Les immanquables de Roland-Garros: La Bérézina pour les Françaises, Hoang superstar et Monfils le showman

TENNIS Tout ce qu'il s'est passé aujourd'hui Porte d'Auteuil

Nicolas Stival

— 

Caroline Garcia, sortie dès le deuxième tour du tournoi de Roland-Garros par la qualifiée russe Anna Blinkova, le 30 mai 2019.
Caroline Garcia, sortie dès le deuxième tour du tournoi de Roland-Garros par la qualifiée russe Anna Blinkova, le 30 mai 2019. — Pavel Golovkin / AP / Sipa

Vous étiez occupés à tailler les rosiers ou à assister au tournoi de foot de votre petit-cousin ? Pas de souci, 20 Minutes vous résume cette journée  à Roland-Garros.

Le fiasco du jour : aucune Française au troisième tour, du jamais vu depuis 1986

Trois Tricolores au deuxième tour de Roland-Garros, ce n’était déjà pas terrible. Mais aucune joueuse au troisième tour du tournoi national, c’est carrément inédit depuis 33 ans. Après « Kiki » Mladenovic et Diane Parry mercredi, c'est Caro Garcia qui a plié les gaules ce jeudi, face à la qualifiée russe Anna Blinkova. En ce jour de l’Ascension, le tennis féminin français s’est enfoncé dans les abysses.

La perf' du jour : Antoine Hoang trace sa route

Dans la catégorie « révélations », Roland-Garros a perdu ce jeudi Elliot Benchetrit, sèchement battu par le Serbe Dusan Lajovic. En revanche, Antoine Hoang a réussi l’exploit face au métronome espagnol Fernando Verdasco. Le Varois de 23 ans, 147e mondial, a dominé en quatre manches la tête de série numéro 23, dans son style résolument offensif. Pas de miracle en début de soirée pour Grégoire Barrère face à Karen Kachanov, la tête de série numéro 10, malgré un étonnant 6-0 réussi par le Français au quatrième set.

La conf de presse du jour : Gaël Monfils se lâche

Hoang, toujours lui, a rendez-vous avec Gaël Monfils, bourreau d'Adrian Mannarino. Autrement dit : il y aura au moins un Français en huitièmes de finale. D’abord sur la réserve devant les journalistes, le Parisien a fini par lâcher les chevaux, au point de transformer la salle de presse en Théâtre des Deux-Anes. Derrière l’humour, un hommage appuyé à son entraîneur actuel, l’Australien Liam Smith.

La déprime du jour : Gilles Simon veut vite rentrer à la maison

Certains (et certaines) arrivent à trouver du positif dans une défaite après avoir marqué trois jeux dans le match. Gilles Simon, lui, pratique l’autoflagellation. « Je n’ai rien réussi du tout », « pas acceptable », « déprimant »… On n’aurait pas osé écrire le quart de ce que le vétéran niçois a lâché en conf de presse. Sévèrement battu par Salvatore Caruso, il laisse au qualifié italien l’honneur d’affronter un impressionnant Novak Djokovic au troisième tour.

Le point du jour : Le service à la cuillère de Bublik

Du haut de son mètre 97, il est capable de servir à plus de 215 km/h. Mais ce farceur d’Alexander Bublik a lâché un service à la cuillère face à Dominic Thiem, avant de marquer le point sur un joli revers croisé. Malin, mais pas suffisant. S’il a bien enquiquiné l’un des outsiders du tournoi, le Kazakh, 91e mondial, a baissé pavillon après quatre manches.