Roland-Garros: «J'ai plus peur de mon coach que de ma meuf»... Quand Monfils régale en conf de presse

TENNIS Qualifié pour le troisième tour de Roland-Garros, Gaël Monfils a signé une conférence de presse mémorable dans la foulée

N.S.

— 

Gaël Monfils, en grande forme ce jeudi.
Gaël Monfils, en grande forme ce jeudi. — K. Tribouillard / AFP

A Roland-Garros, Gaël Monfils n’a pas fait de détails face à Adrian Mannarino, éparpillé en trois sets ce jeudi. Pourtant, lors de son arrivée dans les entrailles du centre médias, la meilleure chance française n’était d’abord pas trop détendue. Son troisième tour « fratricide » à venir contre la révélation Antoine Hoang ? « Tout le monde s’est jeté sur moi pour me parler de ça. Je ne le connais pas très bien. Je n’ai pas grand-chose à dire sur lui. » OK.

« Mais pourquoi être aussi fermé Gaël », a osé un confrère de la presse écrite ? C’est là que la «Monf'», arrivé en retard à la conférence de presse, a lancé son show, un sourire aux lèvres. « Il m’a un peu énervé, a-t-il lâché en désignant le préposé aux médias, posté à sa gauche. J’étais en "hypo", assis et il m’a un peu bousculé. »

Puis est venue une question sur sa petite amie Elina Svitolina, et sur son rôle professionnel. Une bonne occasion d’ouvrir la machine à vannes, tout en mettant en avant son nouvel entraîneur, l'Australien Liam Smith, arrivé au chevet de l’actuel 17e mondial en décembre dernier. Dans la foulée, Monfils avait réussi un excellent début 2019, avant d’être rattrapé par les blessures.

L'hommage à Liam Smith

« J’ai plus peur de mon coach que de ma meuf », a-t-il rétorqué, déclenchant l’hilarité de la salle. « Cette année, j’ai changé d’entraîneur, d’équipe, j’ai changé pas mal de choses. Elina m’aide sur plein de trucs, mais le coach m’aide vraiment énormément. J’ai l’impression qu’il perd un peu de crédit alors qu’il mérite. » Si l'ambitieux trentenaire va aussi loin qu'il le souhaite dans ce Roland-Garros, Liam Smith devrait avoir droit aux lumières que réclame son poulain.