Traversée de la Manche en Flyboard: Sangatte fait sa vie entre deux vols de Franky Zapata

REPORTAGE Dimanche, l’homme au flyboard va tenter une nouvelle fois de traverser la Manche

Mikaël Libert
— 
La digue toute neuve de Sangatte-Blériot.
La digue toute neuve de Sangatte-Blériot. — M.Libert / 20 Minutes
  • Dimanche, Franky Zapata retentera la traversée de la Manche en flyboard.
  • Cette annonce, faite bien en amont, pourrait attirer beaucoup de spectateurs.
  • La ville de Sangatte ne connaît pour autant pas de bond spectaculaire des réservations.

Quand le malheur des uns fait le bonheur des autres. Jeudi dernier, la tentative de traversée de la Manche en Flyboard de Franky Zapata s’est terminée dans l’eau, 17km après son départ de Sangatte-Blériot, dans le Pas-de-Calais.

Un échec sur lequel l’inventeur ne voulait pas rester : il a confirmé en début de semaine une nouvelle tentative pour dimanche. Habitants et commerçants de la commune de départ se frottent les mains.

Sangatte et Blériot-plage sont deux communes associées situées à deux pas de Calais. Enfin, « associées », administrativement parlant : car chacune porte avec plus ou moins de chance le poids de son histoire. Plus d’un siècle après l’exploit de Louis Blériot, Blériot-plage continue de bénéficier de l’aura de cet aviateur légendaire. Sangatte, elle, reste associée au centre d’accueil qui a hébergé jusqu’à 2.000 migrants entre 1999 et 2002. Alors, quand les caméras se posent à Sangatte pour « quelque chose de positif », les habitants sont ravis.

Beaucoup de monde attendu dimanche

« Commercialement, c’est une bonne chose. L’événement a attiré du monde, même si c’était un peu rapide », reconnaît Franck, le patron du café-tabac Le Week-end, à Sangatte. C’est l’heure pour la commune de récupérer un peu de la couverture que Blériot à progressivement accaparé. « En plus, on est au courant bien à l’avance cette fois. Je suis sûr qu’il y aura d’autant plus de personnes pour assister à la deuxième tentative de Zapata », poursuit-il.

C'est depuis ce parking de Sangatte que va s'envoler Francky Zapata.
C'est depuis ce parking de Sangatte que va s'envoler Francky Zapata. - M.Libert / 20 Minutes

Dans leur petite baraque en front de mer, Thomas et Titouan, nageurs-sauveteurs, scrutent une plage désespérément vide. Tous deux ont manqué le rendez-vous de jeudi dernier, « mais sûr qu’on va y aller dimanche, si ce n’est pas trop tôt », plaisante Titouan.

Pour eux aussi, l’exploit de celui qu’ils surnomment « Iron Man » est une bonne chose : « Non seulement ça ramène du monde, mais ça contribue à changer l’image de Sangatte », affirme Thomas. « Blériot a bien un monument, pourquoi ne pas en faire un pour Zapata s’il réussit ? Les gens pourraient y venir en pèlerinage », renchérit Titouan.

Côté Blériot, Mathieu, employé du bar Le Totem, s’attend au coup de feu : « Grâce à Zapata, on a rempli la terrasse jeudi et je pense que ce sera encore mieux dimanche ». Mais ce commerçant ne s’arrête pas à l’aspect économique de l’événement : « Quand on parle de Calais et de Sangatte, c’est toujours en rapport avec les migrants. Je n’ai rien contre eux, mais c’est bien aussi que le nom de notre commune soit associé à autre chose », explique-t-il.

Aucune banderole « Allez Franky » ou « Viva Zapata »

Pourtant, si à Blériot-plage on ne fait pas dix mètres sans tomber sur une référence à l’aviateur, à Sangatte, point de banderole « Allez Franky » ou « Viva Zapata ». « La mairie n’a pas fait grand-chose pour mettre en valeur l’événement la dernière fois », regrette Solenne, la gérante du camping Les Noires mottes. « Nous ne sommes pas les organisateurs », se défend-on à la municipalité. Pour dimanche, la ville a néanmoins prévu d’ouvrir le stade près de l’aire de décollage afin d’éviter le stationnement sauvage le long de la route.

Mercredi, il était donc un peu prématuré de parler d’effervescence. « C’est un plus cette histoire de traversée de la Manche, mais on n’a pas vraiment besoin de ça pour attirer du monde », reconnaît le réceptionniste de l’hôtel Les Dunes, complet avec ou sans Zapata. Idem au camping Le Grand gravelot qui n’a pas vu bondir le nombre de demandes de réservations. « La dernière fois, quelques personnes étaient venues exprès. Ce week-end aussi nous attendons du monde, mais pas en rapport avec cet événement », ajoute Solenne.