Le chemin de promenade autour du Cap Blanc Nez, sur la cote d'Opale, dans le Pas-de-Calais.
Le chemin de promenade autour du Cap Blanc Nez, sur la cote d'Opale, dans le Pas-de-Calais. — M.Libert / 20 Minutes

ATTRACTIVITE

Hauts-de-France: Et si le Nord était en train de devenir une vraie destination touristique?

Le tourisme est en hausse constante depuis bientôt dix ans dans les Hauts-de-France

  • En 2018, la région des Hauts-de-France a connu une fréquentation touristique record.
  • Une météo favorable et le centenaire de la Première Guerre mondiale ont contribué à faire augmenter la part de touristes non-résidents et étrangers.
  • Le Comité régional du tourisme des Hauts-de-France mise sur la Chine et l’Inde pour conquérir de nouveaux marchés.

Soleil et commémorations de la Première Guerre mondiale suffisent-ils à expliquer les bons chiffres ? En 2018, la région de Hauts-de-France a enregistré une fréquentation touristique record, selon une étude de l’Insee. Aussi bien pour les hôtels que pour les campings.

Derrière la Bretagne et la Normandie

« En 2018, il est clair que l’ensoleillement record de la région a dopé les chiffres de l’hébergement de plein air comme le camping. Mais le phénomène semble dépasser le simple cadre de la météo. La tendance générale est en hausse de 21 % depuis quatre ans », souligne l’Insee. Plus globalement, le nombre de nuitées, tout type d’hébergement confondu, est en constante progression depuis 2010.

Et lors du premier semestre 2019, la tendance se poursuit. « Une étude du site Expedia sur l’hôtellerie annonce que les Hauts-de-France connaissent la troisième plus forte progression, derrière la Bretagne et la Normandie », confirme le Comité régional de tourisme (CRT), qui estime que « l’art de vivre, les grands espaces de nature et les villes où il se passe toujours quelque chose sont aussi un réel atout ».

Le nombre de visiteurs australiens a augmenté de 80 %

Et ce ne sont pas que les gens du coin qui gonflent les chiffres. Cette progression est due en grande partie à une augmentation du nombre de touristes non-résidents, et notamment internationaux. En 2018, plus d’un quart des nuitées dans les hôtels était le fait d’une clientèle étrangère. Dans les campings, c’est plus de la moitié des touristes qui viennent d’un autre pays.

En premier lieu, on trouve les Belges, grâce à la proximité géographique, suivis par les Britanniques, les Néerlandais et les Allemands. Mais une part non négligeable vient aussi des Etats-Unis, d’Italie, d’Espagne, de Suisse ou de Pologne.

« En 2018, l’affluence de résidents étrangers se retrouve au niveau de tous les départements des Hauts-de-France », signale l’Insee. Deux départements ont particulièrement profité de cet engouement : la Somme et le Pas-de-Calais, en lien avec le tourisme de mémoire et les commémorations du centenaire de la fin de la Guerre 1914-1918. Pour preuve, le nombre de visiteurs australiens a augmenté de 80 % entre 2017 et 2018.

L’Inde dans le viseur

Mais le CRT a déjà anticipé la fin de l’effet centenaire et vise deux pays : la Chine et l’Inde. « En un an, le nombre de nuitées chinoises, désormais dixième clientèle de la région, a augmenté de 47 %, notamment dans l’Oise », constate l’Insee.

« On travaille avec la Chine depuis plusieurs années et on commence à s’intéresser à l’Inde, raconte le CRT. Il y a quelques semaines, nous avons invité, dans la région, une blogueuse indienne influente. Un tournage de film indien, avec un acteur très connu, vient aussi d’avoir lieu chez nous. Nous espérons connaître des retombées. »