VIDEO. Aix-en-Provence: Elles lancent une application contre le harcèlement de rue

INNOVATION Trois amies aixoises ont décidé de lancer une application afin de lutter contre le harcèlement de rue

Mathilde Ceilles

— 

L'application Garde ton corps vise à lutter contre le harcèlement de rue
L'application Garde ton corps vise à lutter contre le harcèlement de rue — Mathilde Ceilles / 20 Minutes
  • Trois amies aixoises ont lancé une application afin de lutter contre le harcèlement de rue.
  • Cette application envoie automatiquement un SMS en cas de danger. 
  • Elle permet également de se réfugier dans un lieu partenaire.

« Notre idée n’est pas révolutionnaire, sourit Caroline Pheng. Il fallait juste agir. » « On veut que les filles n’aient plus peur de marcher seules le soir », poursuit Pauline Vanderquand. Avec Anaïs Carmona, une autre Aixoise, les deux amies ont lancé Garde ton corps, une application contre le harcèlement de rue.

L’application repose sur trois principes. « Il y a d’abord "Je rentre", énumère Caroline Pheng. Pour savoir si tu es bien rentrée chez toi après une soirée, l’application envoie un SMS automatique à trois contacts ou groupe de contacts que tu as précédemment rentrés, car elle te géolocalise et reconnaît que tu es arrivée à destination. »

Des bars partenaires pour être en sécurité

Une autre fonctionnalité, baptisée « lâche-moi », permet de trouver refuge dans des lieux partenaires, en cas de harcèlement de rue. « S’il y a un mec qui te colle, un bourré qui te suit, si tu te sens en insécurité, tu ouvres l’application et choisis cette fonctionnalité, explique Caroline Pheng. L’application te géolocalise et t’indique les "safe places" les plus proches ». Les « safe places », ce sont des bars et restaurants, tous équipés de vigiles, qui ont accepté de soutenir l’application et qui s’engagent à laisser entre la victime de harcèlement à l’intérieur, dès lors qu’elle lui montre son téléphone avec l’application ouverte, et à bloquer son harceleur sur le pas de la porte.

Enfin, avec « aide-moi », la victime de harcèlement de rue peut déclencher l’envoi d’un SMS d’urgence à une série de contacts favoris qui indique sa position exacte grâce à la géolocalisation. « Cela permet d’agir vite, c’est ça qui est important », note Pauline Vanderquand.

Soutenues par la ville d’Aix

Pour mettre au point ce système, les trois Aixoises se sont fondées sur leur vécu, et celui de leurs amies. « Tout est parti d’une discussion entre nous, raconte Caroline Pheng. On racontait les histoires de nos copines, les mecs relous qui te proposent de rentrer chez toi pour faire la fête. En en parlant autour de nous, on s’est rendu compte que chaque femme avait une histoire et on s’est demandé comment répondre à ce problème collectif. »

Caroline Pheng, ostéopathe, Pauline Vanderquand, masseuse bien-être, et Anais Carmona, artiste, se sont lancées dans cette aventure, dans un milieu bien éloigné de leur domaine professionnel respectif. « J’ai passé une soirée à regarder les tutos sur Internet, j’étais persuadée d’y arriver en une nuit », s’amuse Caroline Pheng. C’est finalement grâce à un développeur trouvé sur Instragram que le projet se concrétise. Au culot, les trois Aixoises contactent via les réseaux sociaux la maire d’Aix-en-Provence Maryse Joissains et l’actuelle secrétaire d’État à l’égalité hommes-femmes Marlène Schiappa. Bingo : le cabinet de cette dernière demande à les recevoir et les encourage à poursuivre dans cette voie.

Quant à la mairie d’Aix-en-Provence, elle accompagne fortement le projet puisque, suite à cette sollicitation, elle a décidé de débourser 20.000 euros pour pouvoir offrir cette application à ses administrées. Disponible pour l’heure uniquement pour les habitantes de la Florence provençale, Garde ton corps pourrait toutefois vite s’étendre à d’autres villes françaises. « On a vraiment envie de se déployer sur le territoire national » confie Pauline Vanderquand.

​​​​