20 Minutes : Actualités et infos en direct
footballKylian Mbappé s’amuse face aux médias mais ne lâche rien sur son avenir

Equipe de France : « Je n’ai pas peur de venir ici », Mbappé s’amuse face aux médias mais ne lâche rien sur son avenir

footballLe capitaine des Bleus est venu en conférence de presse ce vendredi, pour la première fois depuis juin dernier
Kylian Mbappé en conférence de presse avant la rencontre contre Gibraltar, le 17 novembre 2023.
Kylian Mbappé en conférence de presse avant la rencontre contre Gibraltar, le 17 novembre 2023.  - AFP / AFP
Nicolas Camus

Nicolas Camus

L'essentiel

  • A la veille de la rencontre contre Gibraltar, Kylian Mbappé s’est présenté en conférence de presse ce vendredi à Nice.
  • La présence devant les médias du capitaine des Bleus est toujours un événement, surtout quand sa situation au PSG est floue.
  • Il a défendu sa vision du capitanat, a devisé sur ce qu’on attendait de lui en équipe de France et en club, mais n’a (évidemment) rien lâché sur son avenir, alors qu’il sera en fin de contrat en juin prochain.

Une moue qui veut tout dire et les rires de l’assistance, comme un petit jeu bien rodé entre un joueur dont la moindre apparition médiatique est un événement et des journalistes qui tentent le coup, des fois que sur un malentendu… Présent en conférence de presse ce vendredi pour la première fois depuis juin dernier, Kylian Mbappé savait très bien le mélange des genres qui l’attendait. S’il était là en tant que capitaine de l’équipe de France, c’est bien son actualité au PSG qui est la plus croustillante. Mis au placard pendant l’été avant de se rabibocher avec Nasser Al-Khelaifi, l’attaquant n’a pas encore dévoilé ses intentions pour l’avenir, alors qu’il arrive en fin de contrat en juin prochain.

Quand la question lui a été posée frontalement, Kyky s’est régalé. « Ce n’est absolument pas l’actualité de l’équipe de France, je suis là en tant que capitaine des Bleus et j’aimerais le rester pour les 10 jours qui viennent, a-t-il opposé. Si cette question vous tient à cœur, il faut venir au Campus [le nouveau centre d’entraînement du PSG], vous la poserez et j’y répondrai… si je suis appelé à venir en conférence de presse. » C’est là que tout le monde s’est bien marré, et l’intéressé intérieurement aussi, on imagine. Parce que ça ne risque pas d’être demain la veille, évidemment.

Interrogé également sur son silence en ce début de saison, Mbappé a défendu l’idée d’un leadership partagé en équipe de France. « Du fait du rôle d’Antoine, de son expérience, je ne suis pas son supérieur hiérarchique. J’ai fait les trois premières confs, lui les trois suivantes, ensuite on a ouvert la porte à de nouveaux leaders, comme Mike (Maignan) ou Aurélien (Tchouaméni). Là le coach m’a dit de revenir, et je fais ce qu’il me dit. »

Rien à voir, donc, avec une crainte – ou un agacement – de devoir répondre à quelques questions embarrassantes. « Je n’ai jamais été quelqu’un qui se cache ou qui a peur de quelque chose, j’ai toujours assumé. Je n’ai pas peur de venir ici, c’est juste que l’équipe de France n’est pas mon équipe, elle n’appartient à personne. » On peut lui accorder celle-là, le Parisien est du genre doué face aux médias et arrive toujours à trouver la parade, quoi qu’il arrive. Il avait d’ailleurs bien préparé celle-ci, puisqu’il en a étayé son propos avec un décompte précis des questions qui lui ont été posées la dernière fois : neuf sur le PSG, une sur les JO, une sur Gibraltar, « parce que je l’avais demandé ». Touché.

PSG vs Bleus, deux salles deux ambiances (tactiques)

A la décharge des journalistes, il venait alors d’envoyer sa fameuse lettre aux dirigeants parisiens, dans laquelle il annonçait son intention de ne pas prolonger son contrat. On n’allait pas parler des chauffagistes gibraltariens pendant 15 minutes, et pareil pour ce vendredi, alors que les Bleus sont déjà qualifiés pour l’Euro 2024. Au passage, si Mbappé veut être davantage interrogé sur l’équipe de France, il peut aussi venir avant un match à gros enjeu.

Il a tout de même été question des Bleus dans cette conf niçoise, du profil qu’il préfère avoir à ses côtés sur le front de l’attaque, du repositionnement de Marcus Thuram, des premiers pas de Warren Zaïre-Emery. De son rôle différent d’avec le PSG, aussi. Sur ce sujet, Mbappé s’est voulu volontiers loquace :

« « Je suis un joueur différent car ce ne sont pas les mêmes équipes, il y a deux philosophies de jeu différentes, d’un côté le PSG avec un coach qui a la volonté assumée de jouer dans camp adverse, d’avoir le ballon, de toujours penser à nous en considérant que c’est l’adversaire qui doit s’adapter. De l’autre côté on a une autre approche, on s’adapte toujours à notre adversaire, c’est le maître mot pour chaque match. Ça me plaît, ça me permet d’élargir ma palette, d’être plus complet, et ça n’impacte pas mon rendement parce que je marque avec les deux équipes. Je peux m’adapter à tous les schémas. J’ai tout intérêt à écouter ces deux grands entraîneurs car ils vont m’aider à devenir encore meilleur que je le suis aujourd’hui. » »

TOUTE L'ACTU DES BLEUS

C’était là le Mbappé amoureux du foot, du jeu, et drapé de toute l’humilité du monde. A plusieurs reprises, il a répété qu’il était là pour écouter et que tout ce qui l’intéressait était le terrain. « Je l’ai dit à Luis Enrique en début de saison, il n’aura pas de problème avec moi. » En tout cas, tout ce qui peut se dire sur lui ne l’atteint pas, promis juré. « Ce n’est pas quelque chose qui pèse sur moi. Je pense qu’au terrain, j’ai toujours eu des choses à supporter en dehors mais quand je suis sur le terrain je laisse le reste à l’extérieur. Le plus important pour moi, c’est de jouer. »

Sujets liés