20 Minutes : Actualités et infos en direct
BIP BIPAprès un coup de mou avant la trêve, Mbappé a retrouvé son Modjo (et ça fait mal)

PSG – Strasbourg : Après un coup de mou avant la trêve, Mbappé a retrouvé son Modjo (et ça fait mal)

BIP BIPAuteur d’une très bonne prestation face à Strasbourg, samedi, Kylian Mbappé semble avoir profité de la trêve internationale avec les Bleus pour retrouver de la confiance et de l’efficacité
Auteur d'un but et d'une passé dé, Kylian Mbappé a grandement participé au succès du PSG, samedi, au Parc, face à Strasbourg.
Auteur d'un but et d'une passé dé, Kylian Mbappé a grandement participé au succès du PSG, samedi, au Parc, face à Strasbourg.  - FRANCK FIFE / AFP
Aymeric Le Gall

Aymeric Le Gall

L'essentiel

  • Après une période de disette, Mbappé semble avoir retrouvé pleinement sa forme et sa confiance après son passage en équipe de France. Samedi, contre Strasbourg, le Français a réalisé une superbe performance ponctuée par un but et une passe dé.
  • Sa pré-saison perturbée a impacté ses performances, mais son retour en sélection lui a permis de retrouver son rythme.
  • Sa contribution offensive et son jeu dynamique ont été essentiels pour le PSG, qui aura besoin de lui à son meilleur niveau pour les prochains matchs.

Au Parc des Princes,

Des ennuis avec votre patron ? Le petit dernier qui ne fait pas ses nuits ? Un coup de spleen passager ? Better call Deschamps ! On ne sait pas si le sélectionneur tricolore a le don de soigner les écrouelles, mais ce qui est sûr, c’est qu’il peut vous retaper un joueur en manque de confiance ou de cannes en deux temps, trois mouvements. Prenez Kylian Mbappé, auteur d’une superbe performance samedi après-midi lors de la victoire du PSG contre Strasbourg, lui qui n’avait plus planté, ô seigneur, depuis quatre matchs avec les Rouge et Bleus avant la trêve internationale.

Hé bien son passage en Bleu lui a fait le plus grand bien, au point qu’on puisse avancer sans trop de risque de se planter que la saison du futur-ex-ex-futur Madrilène est définitivement lancée. Oh, bien sûr, niveau stat', le garçon avait déjà pris de l’avance sur la concurrence en plantant sept buts en autant de matchs, mais dans le rendu global, les prestations du Kyks manquaient tout de même de relief.

La faute à une pré-saison au placard (aka le loft parisien) qui lui aura fait manquer la tournée au Japon et en Corée du Sud et le premier match de la saison au Parc, avec tout ce que ça entraîne de conséquence sur plan physique, lui dont le jeu fait de vitesse et de percussion réclame un corps à 100 % de ses capacités athlétiques.

Un match plein, sans surjouer

Alors, après avoir retrouvé une bonne partie de son modjo à Amsterdam, face aux Pays-Bas (un doublé les doigts dans le nez dont une merveille d’enroulé du droit dans la lulu), le kid de Bondy a enchaîné face à l’Ecosse dans un match pour du beurre. L’occasion pour nous de voir que le capitaine des Bleus montait clairement en puissance. Sa prestation de samedi ne fut que la confirmation de ce peps retrouvé et visible pas seulement au microscope.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Après une ouverture du score clinique sur péno, malgré un plongeon de Sels, Mbappé a mis le couvert, servi les plats, fait la discussion aux invités, débarrassé la table et fait la vaisselle. Tranchant dans ses accélérations, à nouveau à l’aise dans le 1 contre 1, KM7 a mis le bazar dans la défense strasbourgeoise durant toute la première période, avant de légèrement baisser de pieds – à l’image de toute son équipe – en seconde, mais le score était déjà de 2-0.

Un retour en forme au meilleur des moments

Mention spéciale pour cette action à la demi-heure de jeu quand, après un bon appel croisé dans le dos de la défense alsacienne, Mbappé a pétrifié son vis-à-vis grâce à un passement de jambe ronaldesque, avant de faire dans le social et de servir la soupe à Carlos Soler seul dans l’axe pour le but du break (2-0, 31e). On n’oubliera pas ses deux face-à-face manqués contre Sels, certes, mais cela reste de l’ordre du réglage, et personne ne trouvera rien à lui reprocher tant il a secoué un match qu’on pressentait sans rythme après la trêve.

Si Luis Enrique n’a pas évoqué le retour en forme de son buteur en conférence de presse d’après-match, préférant louer ses replis défensifs qui « donnent la chair de poule », l’Espagnol a bien conscience que c’est là la meilleure nouvelle de sa semaine. Car Paris, qui se cherche encore depuis le début de saison, aura besoin d’un grand Kyky pour effacer la casquette prise à Newcastle il y a deux semaines. Et ça commence dès mardi, avec la réception de l’AC Milan au Parc des Princes.

Sujets liés