RC Strasbourg – FC Lorient : Le Racing termine la saison 15e, « ça peut arriver quand les planètes ne s’alignent pas »

LIGUE 1 Les Alsaciens ont vécu une saison assez frustrante

Thibaut Gagnepain
— 
Habib Diallo a ouvert le score pour le Racing.
Habib Diallo a ouvert le score pour le Racing. — AFP
  • Le RC Strasbourg et le FC Lorient ont fait match nul 1-1 lors de la 38e journée de Ligue 1, dimanche à la Meinau.
  • Grâce à ce résultat, le Racing se maintient dans l’élite au terme d’une saison compliquée.
  • « A chaque fois qu’il y a eu une rencontre à gagner pour franchir un cap, on n’a pas réussi », résume avec lucidité le défenseur Alexander Dijku

Au stade de la Meinau,

La liesse d’un côté, l’indifférence de l’autre… Le match nul (1-1) entre le RC Strasbourg et le FC Lorient n’a pas provoqué les mêmes réactions chez les deux équipes dimanche soir. Pendant que les Bretons fêtaient dignement leur maintien, les Alsaciens quittaient le terrain presque en silence. Comme si, finalement, leur maintien à eux en Ligue 1 n’était pas digne d’être salué.

« Nous, on voulait gagner ce dernier match donc prendre ce but du 1-1 nous a frustrés. Mais on a explosé de joie dans les vestiaires… », explique le défenseur du Racing Alexander Dijku, dont l’équipe avait ouvert le score grâce à Diallo (1-0, 18e). « Même s’il ne faut pas être plus royaliste que le roi, on aurait aimé terminer à une place plus valorisante, appuie son coach Thierry Laurey. Avec un petit but de plus, on était 13e. Mais 15e, dans un club comme le nôtre quand les planètes ne s’alignent pas, ça peut arriver. »

Ce classement final est même assez logique puisque le Racing l’avait déjà occupé à douze reprises avant cette ultime sortie. Il n’était même jamais allé plus haut que le 13e rang, signe de son irrégularité maladive tout au long de la saison. Jamais les partenaires de Stefan Mitrovic n’ont été capables d’enchaîner plus de trois victoires d’affilée…

« A chaque fois qu’il y a eu une rencontre à gagner pour franchir un cap, on n’a pas réussi », résume avec lucidité Dijku. « Il y a eu des matchs importants qu’on a mal gérés. Comme contre Brest (2-2) ou Nantes (1-2) à la maison, qui nous ont coûté des points », ajoute son entraîneur en évoquant aussi « les aléas qui nous ont plombés la saison ». Cela avait débuté dès la préparation estivale avec une dizaine de cas positifs au Covid-19 au sein de l’effectif ou encore les graves blessures du gardien Matz Sels et de l’attaquant Lebo Mothiba.

De ce départ catastrophique, les Alsaciens ne se sont jamais vraiment remis. A part peut-être en janvier quand ils ont enfin enchaîné les succès. Pas trop longtemps. Le soufflé est vite retombé, jamais entretenu par un jeu collectif abouti. Et le Racing a doucement redégringolé, jusqu’à vivre des dernières journées stressantes.

« Cette équipe a tenu la route »

« Personnellement, je ne voyais pas un gros risque à ce dernier match, Vous pourrez prendre ça comme de la prétention mais ce n’est pas mon problème », relativise Thierry Laurey en louant l’état d’esprit de son groupe. « Cette équipe a eu des sautes de concentration, a commis des erreurs, mais elle a tenu la route. Les garçons ont toujours été à la hauteur d’un point de vue mental. »

« Dans les moments difficiles, on est resté unis et solidaires. A Metz (2-1), Nice (2-0), contre Monaco (1-0) aussi, on a signé des victoires importantes. Il faut retenir notre force de caractère », ajoute encore Alexander Djiku, souriant et surtout bien content d’être enfin en vacances. Avant cela, il passera ce lundi, comme tous ses partenaires, un entretien individuel avec ses dirigeants.