Metz-Bordeaux : « Peut-être faire confiance aux jeunes... », coup de bluff ou vraie volonté de Sousa ?

FOOTBALL Le Portugais envisagerait selon ses dires de lancer quelques jeunes pour secouer son équipe à Metz

Clément Carpentier

— 

Paulo Sousa, l'entraîneur des Girondins de Bordeaux.
Paulo Sousa, l'entraîneur des Girondins de Bordeaux. — NICOLAS TUCAT / AFP
  • Les Girondins se déplacent de nouveau ce samedi (20h) à Metz.
  • Après le nouveau match nul décevant à Brest, Paulo Sousa affirme qu’il est peut-être temps de faire confiance aux jeunes joueurs de son effectif.
  • Mais dans les faits, cette déclaration ressemble plus à un coup de pression sur les cadres de l’équipe qu’à une réelle volonté.

Lui a réussi à garder son calme contrairement à son capitaine, Benoit Costil. Mais on se demande bien comment car Paulo Sousa devait en avoir gros sur la patate mercredi soir après le nouveau match nul de ses joueurs à Brest (1-1) alors qu’ils menaient au score et surtout étaient en supériorité numérique dans cette rencontre. Sa colère fut donc froide mais comme souvent ses mots, eux, furent bien choisis.

S’il continue en public de demander « du temps » pour changer notamment la mentalité de son équipe, le Portugais commence sérieusement à s’impatienter : « Je vois des joueurs très détendus depuis un moment. J’essaie de continuer à les éduquer à la culture de la gagne mais si tu n’as pas la possibilité de changer le mental des joueurs, tu dois réfléchir et prendre des décisions. » Lesquelles ?

De qui parle-t-il exactement ?

Face à une équipe qui stagne au fil des mois malgré l’arrivée de huit recrues depuis l’été dernier (Koscielny, Mexer, Kwateng, Aït-Bennasser, Benito, Oudin et Pardo), Paulo Sousa a émis une nouvelle solution : 

« Il faut peut-être faire confiance aux jeunes. Ils ont moins de capacités mais peut-être que eux, au moins, ils auront envie de tout donner. »

Reste à savoir qui parle l’entraîneur bordelais ? D’Adli, de Maja, de Kwateng, de Kalu, de Jovanovic tous membres de l’équipe première et qui jouent pour certains régulièrement ou des très jeunes joueurs venus de la réserve et qui s’entraînent depuis quelque temps avec son groupe (Zerkane, Lemoine ou Sow).

On peut penser qu’il s’agit des premiers à l’écoute des critiques du Portugais envers les seconds cette semaine : « Ils ne sont pas prêts, non seulement pour une question de mentalité qui est loin, loin… De tous les joueurs qu’on a intégrés ici, on a eu beaucoup de difficultés sur la question de mentalité. Sur une question technique, ce sont des bons joueurs, au niveau tactique aussi mais l’intégration de l’espace, du temps, où est le ballon, l’adversaire, tout ça, il manque beaucoup de choses. »

Un bon coup de pression à ses habituels titulaires

S’il n’est pas le genre de coach a balancé des choses en l’air comme ça, Paulo Sousa est un as de la communication. Et cette déclaration ressemble également à un coup de bluff ou de pression selon les préférences de chacun. Histoire de dire à ses joueurs qu’il est peut-être temps que tout le monde prenne ses responsabilités à l’image de son capitaine Benoit Costil, irréprochable. Les mots peuvent piquer : « Il y a des périodes où il faut être déterminé et moi, je vois des joueurs détendus par moments. Si on n’était une équipe forte techniquement et tactiquement qui maîtrise ses matchs, je comprendrais mais ce n’est pas notre cas. On n’est pas le PSG ! » Merci pour le rappel.

Finalement difficile d’y voir clair dans tout ça jusque dans le groupe retenu pour le match à Metz ce samedi (20h). Si on peut remarquer la présence de trois très jeunes joueurs (Corentin Michel, Ismael Saw et Mehdi Zerkane), on peut aussi observer l’absence de Vukasin Jovanovic, Samuel Kalu et surtout de Josh Maja dont le comportement ne serait pas exemplaire en ce moment. Et puis enfin pourquoi tout chambouler en Lorraine alors que les Girondins restent tout de même sur une série de trois matchs sans défaite en Ligue 1 après une période très compliquée (six défaites en sept matchs entre fin décembre et début janvier)…