OL-Brest : « Ce n’est pas de la malchance »… Rudi Garcia est « catastrophé » par l’hécatombe de graves blessures à Lyon

FOOTBALL Après Memphis Depay et Jeff Reine-Adélaïde le mois dernier, le jeune défenseur lyonnais Oumar Solet (19 ans) vient à son tour d’être victime d’une rupture d’un ligament croisé du genou

Jérémy Laugier

— 

Rudi Garcia, ici la semaine passée lors du match de Coupe de France entre Bourg-en-Bresse et l'OL. ROMAIN LAFABREGUE
Rudi Garcia, ici la semaine passée lors du match de Coupe de France entre Bourg-en-Bresse et l'OL. ROMAIN LAFABREGUE — AFP
  • En marge de la qualif' lyonnaise dans le dernier carré de la Coupe de la Ligue, une nouvelle grave blessure au genou a cette fois touché Oumar Solet.
  • Le jeune défenseur central est le troisième joueur de l’effectif à subir pareil coup dur en un mois à l’OL, qui a officialisé le 28 octobre Paolo Rongoni comme nouveau préparateur physique.
  • Rudi Garcia a annoncé mercredi « la mise en place d’une cellule d’études pour voir d’où peuvent venir ces blessures ».

Au Parc OL,

On vous met au défi de trouver trace dans l’histoire d’une équipe professionnelle ayant perdu en un mois trois joueurs de son effectif (out pour le reste de la saison) sur une rupture d’un ligament du genou. L'OL a officialisé cette mésaventure mercredi soir, avec l’annonce de la grave blessure au genou gauche d' Oumar Solet, mardi soir lors de la dernière séance d’entraînement avant OL-Brest (3-1).

Le défenseur central de 19 ans (deux apparitions en L1 dans sa jeune carrière) vit donc la même galère que ses partenaires Memphis Depay et Jeff Reine-Adélaïde, tous deux touchés le 15 décembre lors d’un OL-Rennes (0-1) maudit pour les Lyonnais. Autant de coups durs qui font suite à des pépins musculaires pour Houssem Aouar, Memphis Depay (déjà lui), Fernando Marçal et surtout de plus longues blessures pour Youssouf Koné (cheville) et Léo Dubois (ménisque).

Seuls Fekir et Gouiri avaient été ainsi touchés à un genou depuis 2015

Toutes ces blessures ont un point commun : elles sont survenues depuis la nomination le 28 octobre de Paolo Rongoni, le nouveau préparateur physique du club souhaité par Rudi Garcia. C’est simple, l’OL n’avait été confronté qu’à deux ruptures de ligaments croisés du genou depuis quatre ans (Nabil Fekir et Amine Gouiri) avant d’en subir davantage en un mois. Une série noire qui a poussé Rudi Garcia à réagir, mercredi après la qualification pour les demi-finales de la Coupe de la Ligue.

Nous sommes catastrophés pour Oumar Solet et ça nous oblige à dire que ce n’est pas de la malchance. On a analysé les vidéos de la séance d’hier pour comprendre sa blessure. On se doit de chercher s’il y a des choses qu’on peut améliorer. Ça peut être les chaussures, le terrain, la diététique. On va mettre une cellule d’études pour voir d’où peuvent venir nos blessures. »

S’il n’est pas ouvertement visé par l’ancien coach marseillais, Paolo Rongoni est forcément fragilisé par cette hécatombe, qui tranche avec les saisons précédentes, durant lesquelles l’OL était (enfin) épargné avec Antonin Da Fonseca à la tête de la préparation physique. L’OL ou l’art de modifier un secteur devenu performant.