PSG-Strasbourg: Navas impérial, Icardi adoubé mais Paris préoccupant... Ce qu'il faut retenir au-delà du cas Neymar

FOOTBALL Le PSG s'est imposé sans briller mais avec ses nouvelles recrues face au Racing Club de Strasbourg

Aymeric Le Gall

— 

Mauro Icardi a montré de belles promesses pour sa première sous le maillot du PSG.
Mauro Icardi a montré de belles promesses pour sa première sous le maillot du PSG. — Martin BUREAU / AFP
  • Le PSG s'est imposé sur le fil contre Strasbourg, samedi après-midi au Parc des Princes. 
  • Si les Parisiens n'ont pas été monstrueux dans le jeu, c'est rien de le dire, ils prennent trois points et sont désormais seuls en tête de la Ligue 1. 
  • C'était un soir de premières samedi avec les débuts de Keylor Navas et de Mauro Icardi sous le maillot du PSG. 

De notre envoyé spécial au Parc des Princes,

L’immense focale braquée sur le blockbuster Neymar, mi-paria, mi-héros, ferait presque passer le reste de la soirée victorieuse du PSG contre Strasbourg pour un pauvre générique de fin sans intérêt. Pourtant, ce match face à la bête noire parisienne était chargé en événements. On vous met tout ça pêle-mêle, libre à vous de picorer ce qui vous intéresse.

  • Un maillot tout beau

Ca faisait des semaines que les supporters parisiens l’attendaient (et on ne parle pas de Neymar), samedi, ils ont enfin pu la voir de leurs propres yeux. Qui ça ? Ou quoi ça, plutôt ? La nouvelle tunique immaculée du PSG inspirée du magnifique maillot extérieur des années 80 que portait à merveille le non moins élégant Safet Susic.

Autant vous le dire tout de suite, en toute objectivité, il faudra se lever tôt à l’avenir pour pondre un maillot aussi beau que celui que les Parisiens vont porter à travers l’Europe cette saison. Avec un col à l’ancienne et une simple double bande rouge et bleu sur fond blanc, la liquette du PSG a été l’une des vraies réussites de la soirée côté parisien.

  • Dans le jeu, le néant

Parce que ce n’est pas du point de vue du jeu que le positif est à chercher pour la bande à Thomas Tuchel. Alignés en 4-2-3-1 au coup d’envoi, les Parisiens ont rendu une copie à la limite du ridicule. S’il n’y avait eu ce but ahurissant de Neymar en toute fin de rencontre pour sauver les meubles, on n’aurait pas trouvé scandaleux de demander à Nasser Al-Khelaïfi de nous rendre les deux heures de vie perdues samedi après-midi. D’autant qu’à la même heure il passait un super téléfilm sur la 3.

Sans idées ni organisation ni envie, les joueurs du PSG ont offert une bouillie footballistique à leurs supporters et il y a fort à parier que sans un très bon Keylor Navas dans les buts (Alphonse, si tu nous lis…), les Strasbourgeois auraient pu faire ce qu’ils font de mieux : emmerder le PSG et lui donner la fessée. S’il est encore trop tôt dans la saison pour juger de quoi est capable cette équipe sur le long terme, au moins peut-on dire que la marge de progression est énorme pour « Toureul » ses ouailles. 

  • Keylor Navas impérial

C’est certainement l’une des grosses (des seules ?) satisfaction de la soirée pour le Paris Saint-Germain. Le Real Madrid ne s’est pas foutu du PSG en lui refourguant son gardien triple champion d’Europe dans les toutes dernières heures du mercato. Il n’y a clairement pas erreur sur la marchandise : Keylor Navas est de la race des grands. Son premier arrêt sur une frappe au sol et tendue de Ludovic Ajorque est un modèle du genre. La rapidité avec laquelle le Costaricien s’est couché sur le sol nous ferait douter que la bestiole, au bas mot, fait facilement dans les 80-85 kilos.

En fin de match, l’ancienne muraille madrilène a encore sauvé ses coéquipiers en surgissant avec autorité sur une nouvelle tentative d’Ajorque. Navas n’a pas non plus eu 400 parades à réaliser, mais le propre des grands gardiens est de sortir celle qu’il faut au moment où il faut. Abdou Diallo, lui, est déjà sous le charme. "Ah ouais il est bon. Il est bon, il est bon", a-t-il lâché en zone mixte, les yeux écarquillés. Il nous a fait deux ou trois belles parades. C’est rassurant et ça nous met tous en confiance." Avec ce golgoth dans les bois, Paris a peut-être réalisé là le pus beau coup de son mercato.

  • Icardi, déjà chez lui

C’était l’autre attraction de la journée du côté de la Porte d’Auteuil, les premiers pas de Mauro Icardi sous le maillot du PSG. Si comme Keylor l’Argentin est arrivé dans les toutes dernières heures du mercato, presque en catimini au beau milieu de l’agitation autour du vrai-faux transfert de Neymar au Barça, il ne faudrait pas oublier c’est un top joueur que le club a accueilli et été. Mauro Icardi, c’est un tueur des surfaces, un chien de la casse comme diraient les djeuns, et dont la grinta devrait vite plaire aux supporters parisiens. Ils l’ont d’ailleurs déjà adopté.

Quand l’ancien Intériste s’est rapproché de son banc après un échauffement accéléré, une rumeur d’excitation s’est propagée dans tout le Parc. Une fois sur la pelouse, des « Icardi ! Icardi ! Icardi ! », sont descendus du virage Auteuil. En une grosse vingtaine de minute, le buteur n’a pas réussi à trouver la faille mais il s'en est fallu de peu comme lors de ce sauvetage de justesse de Koné après un tir puissant du numéro 18 dans la surface strasbourgeoise. On sent qu’il ne lui en faudra pas beaucoup pour mettre les défenses en PLS et les gardiens à la retraite. On a hâte de le voir au top de sa forme.