EXCLUSIF. Sarkozy super-agent dans le transfert de Neymar, Rabiot et les soirées chichas… Les bonnes feuilles du livre de Paris United

FOOTBALL «20 Minutes» a obtenu en avant-première des extraits du livre...

Julien Laloye

— 

Unai Emery tente d'expliquer un truc à Neymar.
Unai Emery tente d'expliquer un truc à Neymar. — SIPA

Les supporters parisiens n’en dorment plus depuis des semaines. Certains dirigeants du PSG non plus, a priori. Le collectif Paris United, qui est devenu en moins d’un an une source d’information de référence sur le club parisien, sort un livre très attendu sur les coulisses de la saison des joueurs d’Emery, de la remontada barcelonaise jusqu’au match aller contre le Real Madrid.

Révélations d’une révolution (Editions Amphora, 19,95 euros), disponible mardi 27 mars dans toutes les bonnes librairies, n’épargne personne et éclaire d’une lumière crue les dysfonctionnements qui empêchent le PSG de remporter la Ligue des champions. 20 Minutes vous livre les bonnes feuilles du tome 1 en exclusivité, avant la sortie d’un second déjà en préparation.

>> A lire aussi: Aux origines du livre qui va (peut-être) mettre le feu au PSG

Quand Nicolas Sarkozy intervient (de loin) dans le transfert de Neymar

Une longue partie de l’ouvrage, la plus intéressante, revient longuement sur les mécanismes à l’œuvre derrière le transfert de Neymar l’été dernier, notamment le rôle joué par l’agent (et beaucoup d’autres choses) Pini Zahavi, qui a servi d’intermédiaire entre le clan du Brésilien et Antero Henrique, à qui il a appris presque toutes les ficelles du métier. Le directeur sportif du PSG avait, si l’on en croit les auteurs, conclu le deal en juin, et connaissait même le numéro de l’avion qui allait transporter Neymar et ses proches à Paris. La fameuse photo avec le « Se queda » de Piqué ne changera rien. Mais il faudra attendre que le montage financier soit validé par le Qatar… et l’État français, avec le petit coup de main d’une personnalité inattendue : Nicolas Sarkozy.

Extrait >>>

 Au même moment [Celui de la photo publié par Piqué], Henrique et Zahavi se font plaisir dans un carré privilégié de l’Hôtel national des Arts et Métiers. Champagne, cigares et décibels. L’Israélien, informé du commentaire de Piqué, laisse échapper quelques noms d’oiseaux. Une remarque fuse. "De quoi il se mêle ?". […] Des gens haut placés demandent aux responsables qatariens d’accélérer. Nicolas Sarkozy s’implique aussi en activant ses réseaux au ministère des Sports. L’ancien président fait du lobbying afin que l’État ne se penche pas trop sur le montage financier, donc les taxes. Il est prévu au départ que le joueur ne paie pas d’impôt sur le revenu à hauteur de 50 % pendant cinq ans.

Quand Emery veut sortir Thiago Silva au bout de vingt minutes le jour de la remontada

Le défenseur brésilien en prend pour son grade dans le bouquin. En cause, son attitude néfaste pour le groupe quand il a appris sa non-titularisation pour le choc à Madrid le matin du match. Une décision mûrement réfléchie par Unai Emery, qui a préféré débrancher son portable pour ne pas avoir à s’en expliquer avec Nasser Al-Khelaïfi, averti de l’affront fait à son capitaine dans la minute. Une défiance qui remonte à la fameuse déroute de Barcelone, où l’entraîneur espagnol a longtemps hésité à opter pour Kimpembé, impérial au match aller (4-0).

Extrait >>>

 Deux jours après la défaite, Emery est allé à la rencontre de Kimpembé, qu’il estime énormément, pour lui expliquer qu’il aurait dû le titulariser. Le coach espagnol a même pris un tableau, expliquant au joueur qu’il avait les meilleures statistiques parmi les trois défenseurs centraux du club. Qu’il avait longuement hésité à l’aligner jusqu’au dernier moment. Qu’avec le recul, il s’était trompé. Il ne voulait pas perdre son groupe, d’une part, en laissant son capitaine de côté. De l’autre, son adjoint, Carcedo, craignait le carton rouge. Son agressivité sur le porteur de balle peut desservir l’équipe. Au bout de vingt minutes, Emery veut le faire rentrer. Carcedo l’en dissuade pour ces raisons.

Quand Roman Abramovitch permet de débloquer l’arrivée de Kylian Mbappé

Pini Zahavi, devenu le partenaire préféré d’Antero Henrique, intervient aussi dans le transfert de Kylian Mbappé, qui a refusé de partir au Real Madrid, quand bien même le club monégasque lui indique que tout est ficelé et qu’il est attendu à Miami par Zidane et son équipe, alors en pleine tournée américaine. Sa maman distribue déjà des maillots de son fils floqué aux couleurs parisiennes fin juillet. Encore faut-il convaincre le très rétif président de l’ASM Dmitri Rybolovlev de vendre son prodige au PSG. La solution tient à des questions géostratégiques bien éloignées du foot.

Extrait >>>

Monaco refuse de vendre Mbappé au PSG. Alors Zahavi va s’en occuper. Intime de Roman Abramovitch, l’homme a une idée derrière la tête. Il s’agit d’utiliser le milliardaire de Chelsea pour atteindre le président de l’AS Monaco. Si Abramovitch entretient d’excellentes relations avec le Kremlin, il n’en est pas de même pour Rybolovlev. Ce dernier ne veut pas heurter la susceptibilité de l’Emir du Qatar, au moment même où les relations économiques entre Doha et Moscou fonctionnent. Ce n’est pas ce qui convainc Rybolovlev. C’est en revanche ce qui lui permet de prêter une oreille attentive aux propos d’Abramovitch, capable d’intercéder en sa faveur auprès de l’État russe. Le stratagème de Zahavi marche à merveille. Le président monégasque accepte finalement l’idée d’un départ de Mbappé au PSG.

Quand le vestiaire parisien et Rabiot cèdent trop facilement au plaisir de la chicha

Son départ paraît déjà très loin dans notre esprit mais la figure tutélaire de Zlatan Ibrahimovic hante parfois certains coins de page. Depuis le départ du Suédois, qui avait contribué à professionnaliser le club à tous les étages, l’ambiance de travail se serait largement détériorée. Pas de la faute de l’entraîneur, qui s’étonnait encore récemment de voir autant de personnes circuler librement au Camp des Loges les jours d’entraînement. De mauvaises habitudes qui ont du mal à disparaître, comme la culture de la chicha, très présente au PSG comme dans beaucoup d’autres vestiaires de L1.

Extrait >> >

 Comment qualifier les joueurs qui cachent des chichas dans leur casier d’entraînement ? A part quelques exceptions, tous les joueurs en possèdent une. Si bien que le staff se lamente de se retrouver régulièrement à faire la chasse. S’il n’y a pas forcément de lien direct, on ne peut pas dire que la chicha aide les poumons. Emery trouve, par exemple, que Rabiot stagne dans le domaine physique, alors qu’il est normalement capable d’avoir une activité monstrueuse sur le terrain. Particulièrement adepte, on retrouve parfois le chevelu dans sa chicha préférée, Porte Maillot. Il possède même un service de chicha à domicile.

Quand Neymar Senior veut réintégrer Ben Arfa et imposer ses exigences au PSG

La gestion abracadabrantesque de la blessure de Neymar et l’élimination face au Real Madrid ont remis la question de la faiblesse de l’institution PSG au centre du jeu, sur l’air de « Un joueur peut-il planer au-dessus des intérêts du groupe, aussi grand soit-il ? ». Paris United ne répond pas vraiment à la question, mais il indique tout de même que le club n’a pas cédé à tous les caprices du clan du Brésilien, même au moment de grande tension provoqué par le penaltygate. C’est d’ailleurs le rapprochement progressif entre Cavani et Neymar qui va permettre de freiner les exigences de Neymar père, très présent dans le vestiaire.

Extrait >>>

 En début de saison lorsque les tensions naissaient, les proches d’Edinson Cavani indiquaient que ce dernier pourrait partir en 2018, alors que Neymar Senior soumettait régulièrement le nom de Coutinho au club, avec le replacement de Mbappé en pointe. Petit pêle-mêle de ses doléances : réintégrer Ben Arfa, que son fils trouve performant à l’entraînement, faire jouer Lucas plus souvent. Titulariser Trapp, qui possède une compagne brésilienne. Puis laisser les penaltys à son fils. Jugé "fou" par Antero Henrique, le père de la star est géré au quotidien par Zahavi. Il calme parfois le clan Neymar, qui prend trop de place, y compris dans l’esprit de la star.