PSG: Les femmes des joueurs s'en prennent à Emery, un risque pour le vestiaire?

FOOTBALL Les femmes des deux joueurs parisiens en ont gros à l'encontre d'Unaï Emery...

Aymeric Le Gall

— 

Angel Di Maria et sa compagne lors de l'anniversaire de Neymar
Angel Di Maria et sa compagne lors de l'anniversaire de Neymar — Philippe Blet/Shutterst/SIPA

Il y avait comme des effluves d’amour dans l’air mercredi soir, à l’occasion du match de Ligue des champions entre le Real Madrid et le PSG. Et pas seulement parce que c’était la Saint Valentin. En effet, à peine le match terminé à Santiago Bernabeu et la défaite parisienne entérinée, les femmes de Thiago Silva et d’Angel Di Maria ont manifesté leur colère de voir leurs moitiés scotchées au banc de touche toute la soirée par l’entraîneur Unaï Emery.

« Tactique, tactique ? Mais quelle tactique ? Arff », lâchait la compagne du défenseur central, habituellement titulaire indiscutable et capitaine du PSG, tandis que Mme Di Maria, elle, se perdait dans des calculs mathématiques : « Tes efforts + ton super travail + tes buts + tes passes + ta grande forme du moment = BANC DE TOUCHE. Mais nous ne comprenons rien au foot, nous sommes des femmes… » Ces deux messages, aux faux airs de coup de poignard, visaient clairement le coach du PSG, accusé par celles-ci d’avoir fait de mauvais choix au moment de choisir son XI de départ.

Et si ces deux femmes ne sont, de fait, pas ou peu objectives (puisque défendant leur cher et tendre), elles ont revanche tapé là où ça fait mal. En effet, en feu depuis le mois de janvier, Angel Di Maria affiche une forme incroyable et ses stats (8 buts et 2 passes dé’sur ses 11 derniers matchs) semblaient plaider en faveur d’une titularisation face à la Casa Blanca. Mais son absence du XI n’a surpris personne puisque tout le monde savait qu’Emery allait aligner son trio magique, Mbappé-Neymar-Cavani. En revanche, pour ce qui est de Thiago Silva, ce fut une énorme surprise de le voir sur le banc à la place de Kimpembe. Capitaine du PSG depuis son arrivée en 2011, le Brésilien faisait en effet jusque-là figure d’intouchable.

Un risque pour l’ambiance du groupe ?

Mais, plus que de savoir si elles avaient raison sur le fond, c’est la forme qui interpelle. Comment ces messages publics, loin d’être anodins, vont-ils être perçus, par le coach d’une part, par les joueurs ensuite ? Cela peut-il avoir un impact (négatif, cela va sans dire) au niveau de l’ambiance et des relations dans le vestiaire ? Pour Christophe Hutteau, agent de footballeur, la réponse est claire.

« Je pense que c’est contre-productif, ce n’est pas une bonne chose parce que ça peut exacerber une certaine tension. Les époux auront beau dire que ce ne sont pas eux qui ont communiqué, que ce ne sont pas eux qui ont fait part de leurs états d’âme, ça va quand même forcément leur revenir en pleine tronche tel un boomerang. »

Sachant que, dans le foot, l’équilibre d’un vestiaire est aussi instable qu’une goutte d’eau sur une fleur de lotus, pour paraphraser Confucius (qui, lui, disait cela du coeur des femmes #BalanceTonMachiste), les risques d’un pourrissement de l’ambiance ne sont pas à exclure. Surtout en cas d’élimination dès les huitièmes de finale de Ligue des champions… 

Pour ce qui est du coach Unaï Emery, personnellement visé par ses attaques, Christophe Hutteau ne veut pas croire qu’il fera payer aux joueurs les erreurs de com’de leurs compagnes respectives : « J’espère qu’il aura l’intelligence de ne pas tout mélanger et de faire fi de ce qu’il s’est passé. Ce n’est non plus comme si c’était une déclaration des joueurs dans la presse. »

« L’amour rend aveugle »

Pourtant, il n’est pas totalement farfelu d’imaginer derrière ces messages la main invisible d’un Di Maria ou d’un Thiago Silva, blessé dans son orgueil et dégoûté de devoir faire banquette pour LE match de l’année. « Très sincèrement, je ne peux pas imaginer que ce soit ça, répond Hutteau. D’autant plus que le résultat du match contre le Real donne tort à l’entraîneur et donne partiellement raison aux joueurs qui ont été laissés sur le banc. Donc je ne vois pas l’intérêt pour eux de demander à leur épouse de communiquer de cette façon-là. Ce sont simplement des réactions d’amour, elles souffraient manifestement pour leurs époux. Et comme on dit que l’amour rend aveugle… »

Il n’empêche, il ne faudrait pas que ça devienne une habitude non plus, sous peine de voir un beau bordel naître au sein du groupe parisien. « Vous ne pouvez pas communiquer comme ça à ce moment-là de la saison, avec des échéances aussi importantes, conclut l’agent. Si j’avais des joueurs au PSG, je leur dirais d’être discrets, de travailler et de se concentrer sur les prochains matchs. » Même s’ils doivent encore cirer le banc.