VIDEO. Real-PSG: On a trouvé dix raisons pour croire à la remontada (c’est déjà pas mal, non ?)

FOOTBALL Parce que les Parisiens sont loin d’être éliminés malgré leur défaite à Santiago Bernabéu (3-1)…

Julien Laloye
— 
Edinson Cavani a été transparent à Madrid.
Edinson Cavani a été transparent à Madrid. — Shutterstock/SIPA

De notre envoyé spécial,

Evidemment, cette fin de match salopée nous arrange moyen dans l’idée qu’on se faisait de cette saison historique pour le foot français, entre la victoire du PSG en Ligue des champions, celle de l’OL ou de l’OM en Ligue Europa, puis le triomphe des Bleus en Russie. Mais puisqu’il reste encore le match retour et que les remontadas peuvent marcher dans l’autre sens, il faut y croire. Et plutôt X fois qu’une. Jugez plutôt.

 

Parce que 24 % de chances de se qualifier, c’est quand même pas trop mal

Sur le coup, cette frappe moisie de Marcelo touchée par la moitié de la défense parisienne nous a plombé le moral. Encore une année fichue en l’air en cinq minutes en Ligue des champions. Et puis on a vu les stats, pas loin d'être rassurantes, qui donnent 24 % de chances au PSG de renverser la situation au Parc. Une chance sur quatre, c’est pas si mal, quand on y pense. Il faut dire que les Parisiens y ont contribué. Souvenez-vous Chelsea il y a trois ans. Le slalom de Javier pour le 3-1 de l’aller, le tibia de Demba Ba pour le 2-0 au retour. Et ouais.

Parce que battre le Real Madrid 4-1 à la maison, c’est la routine pour le PSG

Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas maté la tête d’Antoine Kombouaré anticipée par ce génie de Platoche aux commentaires. On est reparti pour trois semaines à se mater au moins une fois par jour la plus belle remontada de l’histoire du football français pour se donner du courage. Allez, tête de Thiago Silva à la 93e au retour pour mettre tout le monde d’accord ?

Parce que le PSG a fait un bon match

Et que les joueurs ne semblaient pas plus désemparés que ça par ce scénario malheureux, à l’image de Verratti.

« Jusqu’à la fin, on a joué à notre façon, mais ce 3-1 n'est pas du tout mérité. Il y a beaucoup de confiance, ceux qui ont parlé ont dit qu’il fallait penser au match retour, c’est le match le plus important pour nous, on ne va pas se cacher. On sait que c’est une qualification très importante, on ne peut pas sortir dès les huitièmes et on va tout essayer pour se qualifier »

Parce que la MCN ne va pas passer au travers deux fois de suite

Sans être brillants individuellement, pour le dire poliment, Neymar et Mbappé ont manqué un wagon d’occasions à Madrid, et ce jusqu’au bout. En mémoire, ce dernier duel caviardé par l’ancien monégasque, suivi d’une reprise aux six mètres balancée au ciel par le Brésilien. Quant à Cavani, n’en parlons pas, c’est comme s’il était resté pêcher en Uruguay. Pas possible que l’attaque la plus chère du monde fasse pire dans trois semaines

Parce que le Real a confirmé qu’il était prenable

C’est ça le pire. Le Real n’a rien montré de plus que ce qu’on lui supposait, avec les mêmes insuffisances à la récupération et le même délitement défensif au fur et à mesure du match. es mecs en ont fait des tonnes après le match sur l’air « le Real Madrid n’est jamais mort, surtout en Coupe d’Europe », mais la réalité, c’est que si ce Real-là est champion d’Europe dans trois mois, on veut bien passer au service culture.

Parce qu’au Parc, le PSG est une autre équipe

Les deux derniers grands d’Europe à avoir visité la ville de l’amour peuvent en témoigner. Paris colle des pains à tout le monde, même les jours de Saint-Valentin. 4-0 face au Barça l’an passé, 3-0 contre le Bayern à l’automne. Tremble, Zinédine.

Parce que sinon, la femme de Thiago Silva va faire sauter les Internets

Chouchou était remplaçant à Bernabeu, à la surprise générale, et c’est peu de dire que maman n’a pas aimé, témoin, ce post Instagram assez peu énigmatique où elle s’interroge sur la tactique choisie par Emery avec des gros points d’interrogation partout. La preuve que le PSG n’a pas besoin des encouragements de Thiago Silva pour faillir mentalement, même si son remplaçant, Kimpembé, a été au niveau.

Parce que quand Rabiot fait la leçon, on l’écoute

Le meilleur parisien à Madrid, une habitude en ce qui le concerne, a eu une sortie à chaud qui risque de faire causer dans le vestiaire. Rabiot a détruit indirectement ses attaquants, et ceux-ci vont avoir envie de faire taire l’impétrant.

Parce que l’arbitre sifflera enfin du bon côté

Nasser Al-Khelaïfi s’en prend rarement aux arbitres, une qualité qu’il peut cultiver assez facilement puisque son équipe met des trempes à tout le monde 90 % du temps. Mais en Europe, c’est pas la même limonade, et le président parisien a tenu à le faire savoir de façon véhémente après la défaite à Madrid. Un coup de vieux roublard pour mettre la pression sur l’arbitre du retour ? Cela semblait spontané, mais si le PSG peut avoir dans sa vie un coup de sifflet un peu litigieux en sa faveur dans un gros match de Coupe d’Europe, on prend.

Parce que Zizou peut pas être béni des dieux comme ça toute sa vie

Cela devient agaçant, tant de réussite accordée à un seul homme. Alors qu’il commençait à être tout doucement critiqué par les médias espagnols qui le considèrent comme un Dieu vivant, Zizou a repris pour 30 ans de crédit avec cette victoire permise par ce changement tactique audacieux à dix minutes de la fin (entrées d’Asensio et Vasquez pour passer en 4-4-2). Le même changement, précisons-le, qu’il fait exactement 9 week-ends sur 10 en Liga et qui se termine 9 fois sur dix par un échec. Il est temps que ce miracle permanent cesse, non ?