Tour de France 2018: Les Bleus en finale, Bardet attendu… La France s’emballe doucement pour ses sportifs

FERVEUR Sur le bord des routes du Tour de France, les spectateurs ne sont pas euphoriques quant aux chances de nos sportifs tricolores...

Camille Allain

— 

Alexandre, fan des Bleus, sur le bord des routes du Tour ce jeudi à Mûr-de-Bretagne.
Alexandre, fan des Bleus, sur le bord des routes du Tour ce jeudi à Mûr-de-Bretagne. — C. Allain / 20 Minutes
  • Les sportifs français sont plutôt en verve ces derniers temps mais le pays ne veut pas s’emballer.
  • Sur le bord des routes du Tour, les spectateurs attendent une victoire dimanche en finale. Mais aussi une belle perf' de Romain Bardet sur ce Tour qui pourrait lui convenir.
  • 20 Minutes a interrogé les spectateurs sur leur ferveur. Pas d’euphorie.

De notre envoyé spécial à Mûr-de-Bretagne

Qui a dit que les Français étaient des râleurs ? Depuis mardi et la qualification des Bleus en finale de Coupe du monde, une bonne partie du pays semble voir la vie en rose. Sur les bords de la route du Tour de France ce jeudi, beaucoup ne parlaient que de sport. Pogba ici, Griezmann là-bas. Et Bardet qui peut gagner. Et le chouchou breton Barguil qui attend la montagne pour briller.

Un supporter de l'équipe de France avec le maillot de Mbappé sur le dos.
Un supporter de l'équipe de France avec le maillot de Mbappé sur le dos. - J.E.E/SIPA

La France serait-elle en train de se prendre d’amour pour ses sportifs ? Pour le savoir, 20 Minutes a interrogé les fans de vélo qui se pressaient le long de l’arrivée de la 6e étape du Tour à Mûr-de-Bretagne ce jeudi. Et on est loin de l’euphorie.

« Moi je suis content quand la France gagne, ça donne le sourire. Mais s’ils perdent dimanche, ce ne sera pas une cata non plus. Il faudra bien aller au boulot lundi ». En bon Breton, Alain ne s’emballe pas. Même quand son pays s’affiche comme favori d’une finale qu’il ne doit pas perdre. « Avec ce qu’ils ont comme salaire, ils peuvent bien gagner une fois tous les 20 ans ». Paf.

« C’est bien pour le pays »

Assis un peu plus loin, Alexis est plus enthousiaste. Lui vit depuis un mois au rythme de la Coupe du monde et suit en même temps la prépa du FC Lorient. « Je regarde tout. Le foot, le vélo, le volley, le hand. J’adore le sport ». Et sa femme ? « Moi aussi ». Donc ça passe. Le parcours des Bleus, le retraité le vit bien, très bien même. « C’est sûr que c’est mieux quand la France gagne. Ça donne le sourire. J’ai vu la ferveur populaire après la demi-finale, c’est bien pour le pays ».

Accoudé à la barrière de sécurité, Alexandre a un chapeau en forme de poule bleu blanc rouge vissé sur la tête. Il a roulé 50 minutes à vélo pour se presser en haut de la côte de Mûr. « Je supporte les Bretons et les Français, peu importe où ils sont ». Le jeune homme vibre devant les Bleus et attend de voir Bardet et Barguil briller pendant le Tour. « Le sport français, c’est toujours par à-coups. Un jour on est bien et après c’est la cata ». Pour illustrer son propos, il cite le niveau des tricolores au rugby. Et se lâche sur le tennis. « Le niveau est pitoyable ». On ne relève pas.

Comme lui, le Français supporte la France, mais la France qui gagne. Et encore. Sans chercher, on a même rencontré des gens qui se moquent éperdument de la finale de dimanche. « Je ne vais pas rentrer de la plage pour ça », lance Eliane. Même avis pour Robert, son mari. « Si la marée est bonne, j’irai à la pêche ». Le couple admet quand même attendre avec impatience le passage de Pierre Rolland. « Parce qu’il est de la famille ». Et Bardet qui peut gagner le Tour ? « Ce serait bien, ça fait longtemps qu’un Français ne l’a pas fait ».

Une chose nous a rassurés quant au soutien des Français. Quand nous avons grimpé la côte de Mûr (en voiture), les drapeaux bleu blanc rouge se comptaient par dizaines. La France est parfois timide. Mais elle vibre.