Ligue 1 : Le rachat de l’OL encore reporté, la dernière avant la bonne ?

Football Le milliardaire américain John Textor n’est toujours pas le nouveau patron de l’Olympique lyonnais. La vente du club a encore été différée même si des « progrès vers une finalisation » sont évoqués

T.G. avec AFP
John Textor (à gauche) et Jean-Michel Aulas main dans la main. L'image date de juin. Depuis, les négociations sont compliquées.
John Textor (à gauche) et Jean-Michel Aulas main dans la main. L'image date de juin. Depuis, les négociations sont compliquées. — OLIVIER CHASSIGNOLE
  • Ça devient un serpent de mer. A quand une vente de l’OL à John Textor finalisée ? Ce jeudi, le rachat du club lyonnais a de nouveau été reporté.
  • Dans un communiqué publié jeudi matin, OL Groupe a indiqué que M. Textor était « confiant » dans le fait que les accords restant à obtenir et à finaliser soient « obtenus et signés à brève échéance ».
  • Eagle Football, holding regroupant John Textor et l’homme d’affaires canadien Jamie Salter, aurait obtenu tous les financements nécessaires au rachat.

Patience, supporteurs lyonnais. Ça fait maintenant six mois que vous en entendez parler… Et c’est reparti pour encore quelques semaines ! OL Groupe a annoncé jeudi un nouveau report dans le rachat de l’Olympique lyonnais par le milliardaire américain John Textor, tout en faisant état de « progrès vers une finalisation » de l’accord avec la holding Eagle Football.



OL Groupe avait donné lundi deux jours de plus à John Textor pour boucler le rachat via Eagle Football du club de Ligue 1 et du groupe, valorisé à 800 millions d’euros, évoquant alors « un ultime délai ». Mais dans un communiqué publié jeudi matin, OL Groupe a indiqué que M. Textor était « confiant » dans le fait que les accords restant à obtenir et à finaliser soient « obtenus et signés à brève échéance ».

Le milliardaire a souligné qu’ils étaient « plus que jamais enthousiastes à la perspective de (s') investir pleinement pour le développement de l’Olympique lyonnais, sous l’impulsion de son président Jean-Michel Aulas et de son équipe ». Il leur a assuré « qu’Eagle Football, au 17 novembre, (avait) obtenu la totalité des financements nécessaires à l’opération et signé les accords fermes » avec des investisseurs.

Textor « confiant »

Il s’est aussi dit « confiant d’avoir l’accord de principe de toutes les parties pour procéder à l’apport en nature à Eagle Football (des) différentes participations dans des clubs de football au Royaume-Uni, au Brésil et en Belgique ». « Dans ces conditions […] les vendeurs et la société ont considéré qu’au vu des progrès réalisés, il existait une probabilité suffisante qu’un ''closing'' ait lieu rapidement », a noté OL Groupe. « La société et son conseil d’administration suivront en temps réel la concrétisation des dernières étapes » et communiqueront « dès que la date de ''closing'' aura été arrêtée », a-t-il conclu.

Eagle Football, holding regroupant John Textor et l’homme d’affaires canadien Jamie Salter, s’est engagée fin juin à acquérir la totalité des actions et la moitié des Osranes (obligations convertibles en actions émises pour financer la construction du Groupama Stadium) détenues par Holnest, la holding de la famille de Jean-Michel Aulas (27,7 % du capital). Plus la totalité des parts détenues par Pathé (19,3 %) et le fonds d’investissement chinois IDG Capitals (19,8 %).

La cession, dans un premier temps fixée fin septembre, a été différée depuis à plusieurs reprises. Est-ce (enfin) la dernière avant la bonne ?