OL : « Je veux vraiment gagner la Ligue des champions », annonce le nouveau boss américain John Textor

FOOTBALL Le nouvel actionnaire majoritaire de l’Olympique Lyonnais a été présenté ce mardi devant la presse, aux côtés de Jean-Michel Aulas

Jérémy Laugier
— 
John Textor, ce mardi aux côtés de Jean-Michel Aulas en conférence de presse.
John Textor, ce mardi aux côtés de Jean-Michel Aulas en conférence de presse. — OLIVIER CHASSIGNOLE / AFP
  • L’Olympique Lyonnais a annoncé lundi soir être entré en négociations exclusives avec John Textor, qui va détenir dans un mois 66,65 % du capital d’OL Groupe.
  • L’homme d’affaires américain de 56 ans était présent ce mardi à l’auditorium du Parc OL, aux côtés de Jean-Michel Aulas, pour tenir sa première conférence de presse.
  • Très à l’aise face aux médias, John Textor n’a pas caché ses grandes ambitions, en indiquant d’emblée « vouloir vraiment gagner la Ligue des champions ».

Jean-Michel Aulas a eu beau régaler d’emblée avec un superbe « Where is the casque for John ? », il n’était pas l’interlocuteur le plus attendu, ce mardi à l’auditorium du Parc OL. Tous les supporteurs lyonnais avaient en effet hâte de découvrir leur nouveau boss, l’Américain John Textor (56 ans). En dix-neuf minutes d’un monologue de présentation aussi intéressant que partant dans tous les sens, et qualifié de « vraie profession de foi » par JMA, on a facilement compris pourquoi les deux hommes d’affaires s’étaient mis d’accord sur les contours de cette nouvelle ère dans laquelle entre l’OL.

A l’issue de l’assemblée générale d’OL Groupe du 29 juillet, John Textor sera ainsi l’actionnaire majoritaire du club, avec 66,56 % du capital, tandis que Jean-Michel Aulas sera bien maintenu pour « au moins trois ans » en tant que PDG de l’Olympique Lyonnais. De quoi pousser ce dernier à lancer mardi avec enthousiasme : « C’est un grand jour pour l’institution ».

« Je n’aime pas ces modèles de clubs comme le PSG »

L’avenir se chargera de trancher cette question mais la présentation de John Textor devant la presse a mis en lumière son « amour sincère pour ce sport », son « énorme intérêt pour le développement des jeunes » ainsi que son attachement à la dimension « familiale et collaborative » qu’il souhaite impulser entre les différents clubs où il est actionnaire, à savoir Botafogo (Brésil), Crystal Palace (Angleterre) et Molenbeek (Belgique). Mais aussi son ambition qui n’est pas sans rappeler celle de son compatriote Frank McCourt lors de son arrivée à la tête de l’OM en 2016.

John Textor a été présenté devant la presse, ce mardi à l'auditorium du Parc OL.
John Textor a été présenté devant la presse, ce mardi à l'auditorium du Parc OL. - OLIVIER CHASSIGNOLE / AFP

« Rêver éveillé, c’est quelque chose de très important et on veut gagner des titres, confie ainsi celui qui a fait fortune dans la production de technologies et d’effets spéciaux pour le cinéma. Je veux vraiment gagner la Ligue des champions. » Avant de distiller de nombreuses piques à l’encontre du PSG, comme l’a tant fait Jean-Michel Aulas depuis l’arrivée de QSI. « Je n’aime pas ces modèles de clubs comme le PSG et j’espère qu’on va pouvoir les battre », a ainsi lancé sans détour John Textor, avant de s’excuser avec le sourire auprès de JMA, en fin de conf', d’être allé sur ce terrain délicat dès son intronisation.

« On aura plus de moyens pour recruter »

Homme fort de l’OL depuis trente-cinq ans, celui-ci assure en tout cas qu’il a senti en John Textor l’envie de « mettre le football au cœur de nos ambitions futures ». Il s’agit justement du principal reproche adressé par les supporteurs lyonnais aux dix dernières années sans titre de l’ère Aulas, davantage marquées par la construction du nouveau stade, de l’Arena, ainsi que du rachat d’OL Reign et du rapprochement avec l’Asvel que par les performances sportives de l’équipe masculine.

« On aura plus de moyens pour recruter et on va être encore plus ambitieux avec la présence de John à nos côtés », martèle donc Jean-Michel Aulas. L’augmentation de capital que va permettre l’arrivée de John Textor, à hauteur de 86 millions d’euros, va en grande partie servir à renforcer l’équipe après cette saison désastreuse, conclue à la 8e place en Ligue 1. L’OL, que l’Américain perçoit comme « le grand frère » des quatre clubs dans lequel il a investi, est prêt à lancer sa mue.