Ultra-trail : La dernière « course du siècle » entre Kilian Jornet et François D'Haene sur la Hardrock 100 ?

TRAIL RUNNING Les deux figures majeures de l’ultra-trail vont se retrouver ce vendredi (14 heures) sur la Hardrock 100 (160 km) dans le Colorado, pour la première fois depuis leur affrontement culte lors de l’UTMB 2017

Jérémy Laugier
— 
Le profond respect entre François D'Haene et Kilian Jornet, ici après leur arrivée à Chamonix en septembre 2017.
Le profond respect entre François D'Haene et Kilian Jornet, ici après leur arrivée à Chamonix en septembre 2017. — JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
  • L’emblématique Hardrock 100, au cœur des Rocheuses du Colorado (160 km, 10.000 m de dénivelé positif), aura une saveur particulière ce vendredi puisqu’elle compte pour la première fois de son histoire comme favoris les deux stars de l’ultra-trail, Kilian Jornet et François D’Haene.
  • Les deux coureurs, qui accumulent les succès majeurs depuis 14 ans (UTMB, Diagonale des Fous, Hardrock 100), ne se sont plus affrontés depuis l’UTMB 2017, lorsque le Savoyard avait su remporter « la course du siècle » devant le Catalan.
  • D’après Jean-Michel Faure-Vincent, manager du Team Salomon, « il y a de très fortes chances que cette Hardrock 100 soit le dernier affrontement » entre ces deux champions âgés de 34 et 36 ans.

Imaginez-vous un instant un postulat dingue : et si au lieu des 40 chocs partagés par Roger Federer et Rafael Nadal, les deux légendes du tennis s’étaient affrontées moins de dix fois ? Bienvenue dans l’univers de l’ultra-trail, qui s’apprête à vibrer pendant plus de 21 heures, à partir de ce vendredi (14 heures en France, 6 heures dans le Colorado) devant une édition historique de la Hardrock 100 (160 km, 10.000 m de D+ et des portions au delà de 4.000 m d'altitude) mettant aux prises Kilian Jornet et François D’Haene.

A savoir la superstar incontestée de la montagne, que ce soit en trail (10 Zegama-Aizkorri, 9 Sierre-Zinal), en ultra-trail (4 Hardrock 100, 3 Ultra-Trail du Mont-Blanc) et même en ski alpinisme (4 Pierra Menta), et le roi de l’ultra (quadruple vainqueur de l’UTMB mais aussi de la Diagonale des Fous à La Réunion). « Ce sont deux coureurs habitués à surdominer les courses auxquelles ils participent, décrypte Julien Chorier, 4e en 2021 sur une Hardrock 100 marquée par le temps record de François D’Haene (21h45). D’ailleurs, François s’est bien fait pousser par l’Américain Dylan Bowman l’an passé ici, mais il a quand même fini avec une heure d’avance… »

« Kilian a envie de frapper un très grand coup cette année »

C’est dire à quel point il y a un monde entre l’Espagnol de 34 ans, le Savoyard de 36 ans, et tous les autres. « On a d’un côté François qui vise à présent le record de cette épreuve mythique dans l’autre sens de la course, et Kilian qui a envie de frapper un très grand coup cette année pour lancer sa propre marque [NNormal], constate Ludovic Pommeret, coureur vainqueur d’un UTMB et d’une Diagonale des Fous. Ça ne peut donc être qu’un événement que j’ai très envie de suivre. » D’autant plus qu’il faut batailler pour trouver trace dans les archives de chocs entre Kilian Jornet et François D’Haene.

  • North Face 100 Australia 2011 : La première trace de gros affrontement entre les deux champions en herbe, respectivement âgés de 23 et 25 ans, remonte à mai 2011 en Australie. Sur une course de 160 km et 3.900 m de D+, l'Espagnol l'emporte avec 5 minutes d'avance sur son futur rival le plus coriace pendant plus d'une décennie. La concurrence est loin, à 30 minutes de François D'Haene. Déjà...
  • UTMB 2011 : Kilian Jornet remporte son troisième sacre à Chamonix sur l’épreuve reine de 170 km, tandis que François D’Haene (première participation) abandonne à 30 km de la fin en raison de douleurs au pied, alors qu’il était dans le coup pour un Top 5.
  • Transvulcania 2012 : Incroyable mais vrai, ni Kilian Jornet (3e et victime d'un coup de chaleur), ni François D’Haene (4e à 14 minutes de Jornet) ne l’emporte sur cette course référence de 73 km aux Canaries, tous deux battus par l’Américain Dakota Jones et l’Anglais Andy Symonds. « Autant, je me connais bien dans le froid, autant je suis nul avec la chaleur », avait lâché le « Kiki » au sujet de ce revers. 
  • Transvulcania 2013 : Kilian Jornet prend sa revanche sur ses terres et s'impose en vrai patron sur La Palma, en franchissant la ligne 23 minutes avant François D'Haene (6e). 
  • Ice Trail Tarentaise 2013 : Kilian Jornet s’impose au bout de 65 km et 5.000 m de D+ à Val d’Isère (Savoie), avec seulement 5 minutes d’avance sur François D’Haene (2e).
  • Diagonale des Fous 2013 : Pour boucler cette année 2013 riche en duels au sommet, François D’Haene gagne pour la première fois le Grand Raid à La Réunion (164 km et 9.900 m de D+), loin devant un Kilian Jornet blessé au genou. Le coureur espagnol finit l’épreuve à la 21e place, aux côtés de sa compagne Emelie Forsberg, 8h30 après son partenaire au sein du Team Salomon.

« Kilian l’avait un peu joué facile sur l’UTMB 2017 »

On peut ajouter à la liste des Pierra Menta (sommet mondial du ski alpinisme avec 10.000 m de D+ autour d’Arêches-Beaufort) où Kilian Jornet surclasse systématiquement François D’Haene, et des records à distance, comme lorsque le Savoyard détrône le Catalan sur la traversée du GR20 en Corse (180 km et 10.000 m de D+) en 2016 ou sur la Hardrock 100 en 2021. Mais il y a surtout eu « la course du siècle » sur l’UTMB 2017, comme le monde de l’ultra-trail l’avait surnommée à l’époque. A savoir le seul affrontement entre les deux champions depuis neuf ans, qui plus est face à deux autres sérieux adversaires au départ, Jim Walmsley et Xavier Thévenard.

Kilian Jornet félicite François D'Haene après son emblématique victoire, le 2 septembre 2017, sur l'Ultra-Trail du Mont-Blanc à Chamonix.
Kilian Jornet félicite François D'Haene après son emblématique victoire, le 2 septembre 2017, sur l'Ultra-Trail du Mont-Blanc à Chamonix. - Franck Oddoux/UTMB

Ce choc des titans s’était révélé passionnant de bout en bout, et arraché en 19h01 par François D’Haene, avec 15 minutes d’avance sur Kilian Jornet. Chacun garde sa lecture propre de cette « super bagarre », comme la qualifie Julien Chorier. « Kilian l’avait un peu joué facile cette fois-là, estime Ludovic Pommeret, vainqueur de l’UTMB l’année précédente. François avait réalisé une super course et il lui avait rappelé à quel point il était un gros client sur le format ultra. »

« Ils font les courses dont ils ont envie, et ce depuis toujours »

Pour Thibaut Baronian, coureur au sein du Team Salomon, « Kilian Jornet n’était vraiment pas dans des conditions optimales en 2017 ». « Il était rentré de sa double ascension de l’Everest en juin avec d’énormes ampoules et il ne pouvait même plus marcher après sa victoire à Sierre-Zinal deux semaines avant l’UTMB », poursuit-il. Mais pourquoi n’y a-t-il pas pu y avoir d’autres affrontements au sommet depuis cinq ans, jusqu’à cette Hardrock 100 que ces deux monstres de la montagne abordent a priori en pleine possession de leurs moyens ?

Depuis l'an passé, François D'Haene est devenu le recordman des sacres sur l'UTMB, avec quatre victoires, contre trois pour Kilian Jornet et Xavier Thévenard.
Depuis l'an passé, François D'Haene est devenu le recordman des sacres sur l'UTMB, avec quatre victoires, contre trois pour Kilian Jornet et Xavier Thévenard. - Laurent Salino / UTMB

« En tout, ça n’a jamais été dicté par Salomon, assure Julien Chorier, leur ancien partenaire dans le Team référence de trail running de 2011 à 2013. Ils font les courses dont ils ont envie, et ce depuis toujours, bien avant que Kilian ne quitte Salomon. C’est juste que Kilian s’est longtemps mis en retrait de l’ultra pour se consacrer aux formats plus courts des Golden Trail Series. » Jean-Michel Faure-Vincent, manager de François D’Haene au sein du Team Salomon, complète :

Leurs fights ne peuvent avoir lieu que sur du très long en montagne, vu comme François est hyper spécialisé dans l’ultra. Etant donné qu’il ne participe pas aux mêmes courses d’une année sur l’autre et que Kilian s’inscrit sur des formats hyper variés, il y a de très fortes chances que cette Hardrock 100 soit le dernier affrontement de leur carrière. »

Deux préparations très différentes avant la Hardrock 100

De quoi savourer encore davantage cette opposition de styles et de physiques entre D’Haene (1,92 m) et Jornet (1,71 m). Mais aussi de préparations, puisque François D’Haene s’est préparé assez tranquillement en montagne, se contentant de rafler en mai la Volvic Volcanic Experience (110 km), le tout pour rejoindre très tôt, dès le 28 juin, les Rocheuses du Colorado.

L’Espagnol vient de rejoindre les Etats-Unis dans la semaine, malgré les 8 heures de décalage horaire. Avant cela, il a préféré s’enquiller un ultra de 163 km, remporté en février en Suède lors du lancement de sa nouvelle chaussure, et « un chrono bluffant » pour gagner Zegama-Aizkorri (42 km, 2.736 m de D+) en mai, avant d’attaquer un triptyque inédit et ahurissant Hardrock 100-Sierre Zinal-UTMB en six semaines. Sixième à Zegama, Thibaut Baronian a retrouvé à cette occasion un Kilian Jornet « hors normes ».

Le 29 mai à Zegama-Aizkorri (Espagne), Kilian Jornet a remporté sa 10e victoire sur cette épreuve de trail majeure de 42 km, record de la course à la clé.
Le 29 mai à Zegama-Aizkorri (Espagne), Kilian Jornet a remporté sa 10e victoire sur cette épreuve de trail majeure de 42 km, record de la course à la clé. - ANDER GILLENEA / AFP

La bataille du GOAT de l’ultra en toile de fond

« Comme à chaque fois qu’il prépare à fond une course, il était imbattable, poursuit le Français. Là, il voulait la barre des 10 victoires et le record, ça s’est senti. Cette saison, il veut gagner sur tous les formats avec la même chaussure, sa chaussure. Mais sur la Hardrock 100, il y aura les aléas du format ultra, et ça va au-delà du physique. On sait que ce n’est pas le grand spécialiste de la nuit. Ça va être une grosse bataille entre François et lui, et même forcément une course référence pour eux deux dans leur carrière. » L’issue de cet affrontement, entre ce vendredi et samedi, ne manquera pas de relancer le débat sur le GOAT (greatest of all time) de l’ultra-trail.

« Kilian est forcément le meilleur traileur, de par sa polyvalence, qui le rend capable de remporter à de nombreuses reprises des courses très différentes, confie Julien Chorier. Son palmarès global est imbattable. Mais en ultra, ils sont peut-être à égalité. Je serais bien embêté si on me demandait de mettre un billet sur un vainqueur. Et franchement, même si l’un ou l’autre finit une heure devant sur cette Hardrock 100, ça ne signifiera pas selon moi qu’il est dans l’absolu le plus fort sur ultra. » Ça ne sentirait pas leur Wimbledon 2008 à eux, bouclé avec une arrivée légendaire main dans la main, samedi à Silverton ?