Equipe de France : Karim Benzema – Olivier Giroud, vers un chassé-croisé ou une nouvelle cohabitation ?

FOOTBALL Auteur d’un retour marquant en Bleu, Olivier Giroud peut espérer enchaîner lors de la Ligue des nations, malgré le retour de Karim Benzema. Didier Deschamps tranchera ce jeudi

Nicolas Stival
— 
Karim Benzema et Olivier Giroud sélectionnés ensemble ? Réponse jeudi.
Karim Benzema et Olivier Giroud sélectionnés ensemble ? Réponse jeudi. — Paul Greenwood / BPI / Shutterstock / Sipa
  • Didier Deschamps donnera ce jeudi (14 h) la liste des Bleus retenus pour les quatre matchs à venir en Ligue des nations.
  • Absent sur blessure au mois de mars, Karim Benzema sera forcément sélectionné.
  • La présence ou non d’Olivier Giroud, auteur d’un retour probant en mars après des mois de frigo, sera particulièrement scrutée.

Avant d’aborder la qualité, une question de quantité. Didier Deschamps va-t-il, comme d’habitude, appeler 23 joueurs ce jeudi à 14 h, ou bien davantage ? Car il faudra du monde pour se coltiner quatre matchs de Ligue des nations en 10 jours (Danemark, Croatie deux fois et Autriche), du 3 au 13 juin, au crépuscule d’une saison déjà éreintante pour la plupart des internationaux.

Si le sélectionneur s’en tient à la formule minimale, d’autres questions apparaissent : quels heureux élus monteront dans le train bleu, qui ne s’arrêtera plus que dans une seule autre gare (deux matchs de Ligue des Nations en septembre) avant son terminus au Qatar, pour la Coupe du monde (21 novembre – 18 décembre) ? La blessure de Paul Pogba pourrait rouvrir la porte à Eduardo Camavinga, alors que les retours de Benjamin Pavard et d’Ousmane Dembélé seraient tout sauf une surprise. Et Olivier Giroud dans tout ça ?



Absent de l’équipe de France depuis l’Euro, et donc hors du coup lors du succès en Ligue des nations, le Milanais était revenu façon passager clandestin au moment des matchs amicaux du mois de mars. Il avait été repêché après le forfait de Karim Benzema, indéboulonnable depuis son retour voici un an.

Deschamps pas enthousiaste avant les matchs de mars

S’il avait vite retrouvé ses marques à Clairefontaine, Deschamps ne l’avait pas accueilli avec un enthousiasme débordant, en tout cas dans ses propos. « C’est toujours la grande difficulté quand il y a un joueur qui a un statut et l’a mérité, s’il n’a pas le même statut et qu’il est toujours là, c’est très difficile à vivre, voire impossible, détaillait Deschamps. C’est humain et pas spécifique à Olivier. » Traduit du basque au français, cela donnait à peu près : si Benzema est apte, Giroud restera à Milan, tout champion du monde et deuxième buteur de l’histoire des Bleus qu’il est.

La suite est connue : « Olive » a encore planté, contre la Côte d’Ivoire (2-1) puis l’Afrique du Sud (5-0), pour ses 111e et 112e sélections. Il s’est non seulement rapproché à trois longueurs du record de Thierry Henry (51 buts) mais a aussi prouvé qu’il n’était pas fini à bientôt 36 ans, plongé dans le bain de jouvence de la Serie A, après des saisons à cirer le banc à Chelsea. « Ce record, je l’ai dans la tête mais ce n’est pas une obsession, lâchait alors l’intéressé au site de la FFF. Mais si je dois faire la passe, je fais la passe. Je pense d’abord au collectif et au bien du groupe. »

Une manière de montrer à Deschamps qu’il était prêt à faire profil bas, après la petite embrouille avec Kylian Mbappé lors de la préparation de l’Euro. « L’avenir, il ne sait pas, je ne sais pas, ça dépendra de beaucoup de choses, évacuait le sélectionneur après le carton contre Afrique du Sud. Il a confirmé qu’il avait cette capacité à marquer. C’est très bien pour lui et le groupe, on verra pour le mois de juin. » Nous y voilà.

Ultrafavori pour le Ballon d’Or, Karim Benzema est cette fois bien disponible. Olivier Giroud a planté beaucoup moins que le Madrilène (12 buts toutes compétitions confondues, le dernier le 24 avril contre la Lazio) mais il continue à jouer un rôle primordial au Milan AC, à une marche de décrocher son premier titre de champion d’Italie depuis 11 ans.

Benzema complimente (un peu) Giroud

Les deux hommes peuvent-ils cohabiter sans souci ? En tout cas, leur relation semble pacifiée, loin de l’époque où KB9 se comparait, mi-sérieux, mi-rigolard, à « une F1 » et assimilait Giroud à « un karting ». Fort de son indiscutable statut, Benzema se montre désormais magnanime. Début avril dans L’Equipe, le Madrilène saluait « l’embarras du choix en bleu » au niveau offensif. Il citait Mbappé, Dembélé, Coman, Griezmann, Ben Yedder, mais aussi son sempiternel rival.

« Avant c’était un point de fixation, maintenant il a toujours cette qualité mais il peut aussi venir un peu plus dans le jeu. Tu peux t’appuyer sur lui mais il lui faut des centres. » Pas le compliment du siècle, mais ça fait toujours plaisir. Alors, le Milanais remplaçant du Madrilène au Qatar dans six mois, c’est possible ?

« Intéressant que les deux soient là »

« C’est intéressant que les deux soient là dans une équipe, relevait l’ancien entraîneur marseillais et bordelais Elie Baup dans 20 Minutes, fin mars. Olivier a un profil différent qui apporte quelque chose de nouveau, qui peut modifier le système de jeu, les initiatives générales. C’est important dans une compétition. » Pour savoir si Didier Deschamps pense la même chose, il faudra encore attendre quelques mois. Mais la liste de jeudi lâchera déjà un premier et très précieux indice.