Vendée Globe : L’aventurier Guirec Soudée cherche un sponsor pour l’édition 2024

VOILE Le navigateur breton, connu pour ses aventures au Pôle Nord avec sa poule Monique a racheté l’Imoca de Benjamin Dutreux

Camille Allain
— 
Le navigateur breton Guirec Soudée, connu pour ses aventures avec sa poule Monique, veut participer au Vendée Globe en 2024.
Le navigateur breton Guirec Soudée, connu pour ses aventures avec sa poule Monique, veut participer au Vendée Globe en 2024. — Guirec Soudée Aventure
  • Le navigateur breton Guirec Soudée veut prendre le départ du Vendée Globe en 2024 et cherche un sponsor.
  • Connu pour ses aventures avec sa poule Monique, il a racheté l’Imoca du skipper Benjamin Dutreux.
  • A peine remis de sa double traversée de l’Atlantique à la rame, Guirec va intégrer l’écurie Kairos de Roland Jourdain pour se préparer à la course au large.

C’était un secret de polichinelle qui s’était rapidement ébruité dans le petit monde de la voile. A peine rentré de sa traversée de l’Atlantique nord à la rame, le navigateur Guirec Soudée vient de confirmer qu’il participerait bien au prochain Vendée Globe, dont le départ sera donné des Sables-d’Olonne en 2024. Le jeune skipper de Plougrescan, notamment connu pour ses aventures au Pôle nord avec sa poule Monique, a racheté l’Imoca qui était aux mains de Benjamin Dutreux lors du dernier Vendée Globe (il avait terminé 9e).

Ce monocoque à dérives (donc sans foil) de 2007 a déjà parcouru toutes les mers du monde entre les mains de Sébastien Josse ou de Roland Jourdain, qui avait remporté la Route du Rhum avec en 2010. D’ici quelques mois, le bateau sera skippé par le navigateur breton, auteur d’une double traversée de l’Atlantique à la rame. Guirec Soudée va d’ailleurs rejoindre l’écurie Kairos montée par Roland Jourdain à Concarneau (Finistère) pour préparer ces échéances.

Un rêve né dans les 50es hurlants

Ce « rêve » serait né en 2018, lorsque Guirec Soudée a affronté les 50es hurlants (zone où se trouve notamment le cap Horn) avec Yvinec, son bateau en acier qu’il avait acheté une bouchée de pain pour affronter le Grand Nord. Avec sa poule Monique, l’aventurier s’était retourné. Ce jour-là, « il s’était fait la promesse de revenir un jour avec un bateau assez rapide pour rivaliser avec les mers les plus redoutées du globe ». A moins de trois ans du départ de la course en solitaire, le jeune Breton est en quête d’un sponsor. « Aujourd’hui le projet est colossal et je suis à la recherche de nouveaux sponsors pour qui la voile sera LE projet fédérateur, et moi, leur ambassadeur. Alors si vous n’avez pas peur d’avoir le mal de mer, je vous attends sur le pont », a glissé Guirec dans un message posté ce jeudi sur son site.

Avant le Vendée Globe, il espère s’aligner sur la Route du Rhum en 2022 et à « d’autres courses du circuit en vue de se qualifier pour 2024 ». Avec sa gouaille, sa fan-base inégalée et sa détermination sans failles, on ne s’en fait pas pour lui.