Tour de France 2021:  La spectatrice « Opi Omi » à l’origine d’une chute évoque « sa honte » face à « sa bêtise »

ALLEZ OPI OMI Lors de la première étape entre Brest et Landerneau, un coureur avait heurté une pancarte où était inscrit « Allez Opi Omi » provoquant une importante chute dans le peloton

C.A.
— 
Une spectatrice brandissant une pancarte Allez Opi Omi a provoqué la chute d'une bonne partie du peloton du Tour de France le 26 juin lors de l'étape entre Brest et Landerneau.
Une spectatrice brandissant une pancarte Allez Opi Omi a provoqué la chute d'une bonne partie du peloton du Tour de France le 26 juin lors de l'étape entre Brest et Landerneau. — Capture d'écran France TV
  • La spectatrice qui tenait une pancarte « Allez Opi Omi » se trouvait toujours en garde à vue ce jeudi, après s’être présentée d’elle-même à la gendarmerie.
  • Le 26 juin, lors de la première étape du Tour de France, elle avait provoqué une importante chute du peloton.
  • En garde à vue, elle aurait confié son sentiment de « honte » face à ce qu’elle appelle « sa bêtise ».

Elle ne supportait plus la pression et a fini par se rendre à la gendarmerie de Landerneau. Devenue célèbre pour sa pancarte « Allez Opi Omi » qui a provoqué une énorme chute lors de la première étape du Tour de France, la spectatrice se trouvait toujours en garde à vue ce jeudi. « Une décision sera prise à l’issue de sa garde à vue. Elle sera proportionnée à la gravité des faits », a fait savoir le procureur de la République de Brest Camille Mansioni. Sans antécédent judiciaire, la mise en cause aurait été identifiée grâce à des échanges de messages enregistrés dans le cadre d’une procédure judiciaire annexe.

L’incident s’était produit lors de la première étape du Tour de France entre Brest et Landerneau le samedi 26 juin. Alors que le peloton était lancé à bonne vitesse à moins de 50 kilomètres de l’arrivée, une importante chute avait envoyé un très grand nombre de coureurs au sol. Sur le bord de la route, le coureur Tony Martin avait heurté la pancarte en carton de cette femme, qui tournait le dos à la course, dans le but de passer à la télévision. Jeudi, l’organisateur Amaury Sport Organisation (ASO) avait retiré sa plainte à l’encontre de cette spectatrice âgée de 30 ans et originaire du nord Finistère. Le coureur espagnol Marc Soler, qui avait dû abandonner, pourrait porter plainte.

Un message pour ses grands-parents fans du Tour

La pancarte « Allez Opi Omi », qui veut dire « allez papi mamie » en allemand, s’adressait à ses grands-parents, sa grand-mère étant d’origine germanique. « Elle cherchait à adresser un message affectueux à ses grands-parents, qui sont des téléspectateurs inconditionnels du Tour de France », explique le procureur, avant d’ajouter. « Elle a un sentiment de honte, de peur aussi face au retentissement médiatique de l’affaire. Elle semble dépassée par ce qu’elle appelle sa bêtise », a ajouté le magistrat.

D’après le procureur de la République, la spectatrice au ciré jaune encourt un à deux ans de prison selon la durée d’indisponibilité des coureurs blessés. L’Allemand Jasha Sütterlin, victime d’une fracture du poignet, est le plus sérieusement touché.

Un appel au calme lancé

Au total, 21 coureurs avaient été blessés par cette chute collective. « L’abandon de la plainte ne signifie pas l’abandon des poursuites », a fait savoir le procureur Camille Mansioni, qui a précisé qu’une deuxième plainte avait été déposée par la CPA (Cyclistes professionnels associés), association internationale des coureurs pros.

Saisie de l'enquête, la gendarmerie a par ailleurs lancé un appel au calme face au comportement véhément de certains internautes. «Nous avons reçu plus de 4.000 commentaires sur l'appel à témoins lancé sur notre page Facebook. Certains étaient très utiles mais d'autres frisaient l'appel à la violence», a regretté le colonel Nicolas Duvinage.