Ligue 1 : « On ne joue pas pour faire 0-0 »… Mais le RC Strasbourg s’en contente contre Angers

FOOTBALL Beaucoup de fautes, peu d'occasions... Ce Racing-SCO était bien un match nul

Thibaut Gagnepain

— 

Habib Diallo a vu sa reprise de la tête heurter la barre transversale à la 89e minute.
Habib Diallo a vu sa reprise de la tête heurter la barre transversale à la 89e minute. — Frederick FLORIN / AFP
  • Le RC Strasbourg et le SCO Angers n’ont pu se départager ce dimanche à la Meinau (0-0).
  • Avant la partie, les supporters strasbourgeois avaient accueilli en héros les leurs, vainqueurs du derby du Grand-Est dimanche dernier à Metz. C’était la plus belle action de l’après-midi !
  • « Il y a beaucoup de frustration », a quand même osé le latéral strasbourgeois Anthony Caci, avant vite de revenir à des sentiments plus apaisés. « Il faut savoir prendre le bon côté, on n’a pas perdu. »

Au stade de la Meinau,

Le spectacle n’était pas sur le terrain, dimanche à la Meinau. Plutôt en dehors. Avant le match contre Angers, plusieurs centaines de supporters strasbourgeois avaient fait une surprise aux joueurs. Vainqueurs du derby du Grand Est la semaine dernière à Metz (2-1), les partenaires de Stefan Mitrovic ont eu droit à des chants, fumigènes et un accueil en héros.

La suite a été moins enthousiasmante. La rencontre face au SCO a été hachée, avec un total de 33 fautes, dont 23 rien que pour les Alsaciens. Entre ces coups de sifflet, il y a bien eu quelques occasions, là encore surtout en faveur du Racing. Mais ni Thomasson (45e+1), ni Diallo, par deux fois (53e, 89e) n’ont réussi à battre Bernardoni. En face, Kawashima a aussi vécu une après-midi sans grande frayeur passée… la 2e minute et cette tête de Thomas cadrée.

Bref, il y avait bien tout pour finir à un vieux 0-0 ronronnant du dimanche après-midi. Ce qui n’a pas semblé déplaire aux acteurs. « Il y a beaucoup de frustration », a quand même osé le latéral strasbourgeois Anthony Caci, avant vite de revenir à des sentiments plus apaisés. « Il faut savoir prendre le bon côté, on n’a pas perdu. » Soit un discours tenu quelques minutes plus tôt par son entraîneur. Quand Thierry Lauray évoquait ce point du match nul comme « un moindre mal ». « On ne joue pas les matchs pour faire 0-0 mais c’est bien parfois de limiter les frais », a ajouté le technicien.

Côté angevin, le résultat nul était aussi apprécié, surtout après 3 sorties sans victoire en Ligue 1. « C’est sûr que ce ne sont pas les matchs dont on rêve, a avoué Angelo Fulgini. On ne prend pas beaucoup de plaisir avec le ballon mais plutôt avec le résultat. »