FC Nantes-OM : Marseille est-il vraiment « sur la bonne voie » après ce match en bois ?

FOOTBALL Les Marseillais, menés 1-0 après une boulette de Steve Mandanda, ramènent finalement un point (1-1) de Nantes ce samedi

David Phelippeau

— 

Payet sur l'égalisation ce samedi à la Beaujoire.
Payet sur l'égalisation ce samedi à la Beaujoire. — Damien Meyer / AFP
  • Marseille, qui restait sur un joli succès (3-2) contre Nice, a été freinée (1-1) à Nantes ce samedi.
  • L’OM, qui a encaissé un but sur une bourde de Mandanda, a réalisé un tout petit match.
  • Nasser Larguet estime néanmoins que Marseille est « sur la bonne voie ».

David Phelippeau, au stade de la Beaujoire

Nasser Larguet, l’entraîneur marseillais, a vu « une première mi-temps correcte », « de l’abnégation, du courage et c’est très positif » et un « Marseille sur la bonne voie ». On n’a le droit de ne pas être d’accord avec lui, à l’issue d’un FCN-OM qu’on oubliera très vite tant le match fut triste à mourir et médiocre sur le plan technique. Marseille, menée 1-0 après une monumentale bourde de Steve Mandanda, a toutefois réussi à arracher l’égalisation par Payet sur une belle action collective et a tenu ce nul (1-1) tant bien que mal…

Pour cette rencontre à la Beaujoire, Nasser Larguet avait décidé de reconduire le même onze que lors du succès (3-2) contre Nice au Vélodrome mercredi. C’est-à-dire un 4-2-3-1 avec un trio offensif composé de Khaoui, Payet et Luis Henrique derrière une pointe, Dieng. Contre les Aiglons, ça avait fonctionné. Contre les Canaris, pas du tout. D’ailleurs, à la pause, le coach marseillais a sorti Luis Henrique et Dieng pour faire entrer Germain et Rongier. Le dernier a donné beaucoup plus de liant au jeu de l’OM sans pour autant lui donner du génie, loin de là. « On n’a pas forcément pesé sur l’adversaire, on n’a pas trouvé beaucoup de solutions dans leur bloc, si ce n’est pour Dimitri [Payet] quand il était bien placé, observe Nasser Larguet. A la mi-temps, on s’est dit qu’il fallait mettre nos latéraux un peu plus haut, pour mettre plus de danger. Malgré l’état du terrain, il fallait qu’on essaie de jouer. »

Quelle boulette de Mandanda !

De bonnes intentions de jeu rapidement réduites à néant avec le « drame » survenu à la 50e. Sur une passe en retrait d’Alvaro, Mandanda s’est complètement déchiré ! Le Canari Blas fut alors tout heureux de récupérer le ballon pour le pousser dans la cage marseillaise… L’excuse de la médiocrité de la pelouse est valable, mais pas suffisante. Le gardien de but international des Bleus a aussi manqué son geste tout simplement, mais n’a pas non plus été aidé par la passe de son défenseur. « Quand vous avez Alvaro qui voit Steve la tête dans le sac après le but encaissé et qui vient lui dire que c’est sa passe qui est en cause, c’est le signe qu’il y a un bon état d’esprit », a apprécié Larguet.

Vraiment pas dans un grand jour, Marseille aurait pu sombrer. Comme sur cette chevauchée de Kolo Muani non convertie par l’attaquant nantais à la 68e… « Mais l’OM a su retrouver de la force pour égaliser », se réjouit Valentin Rongier. « Après le fait de jeu [du but concédé par Mandanda], les joueurs ont été solidaires, ils ont continué à travailler et ils ont été récompensés », embraie Nasser Larguet. A la 69e, Dimitri Payet, qui avait manqué de précision en première période, a repris un centre de Nagatomo pour tromper Lafont du plat du pied. Un but à l’image de la deuxième mi-temps de l’ex-Canari. Dans le 4-3-3, après la pause, Payet a trouvé plus de décalages et s’est montré plus inspiré, à l’image de ce lob du milieu de terrain obligeant Lafont (79e) à claquer le ballon au-dessus de sa barre.

Le milieu de terrain offensif marseillais est néanmoins l’une des rares satisfactions de l’après-midi tant l’OM a souffert. Dans les arrêts de jeu, Sakaï a écopé d’un rouge… Dernier symbole d’une rencontre fade et à oublier très vite pour un Marseille, 6e de Ligue 1, qui vient de faire une vilaine rechute.