FC Nantes-Strasbourg : Gourcuff-Laurey, lequel des deux coachs pourrait prendre la porte en premier ?

FOOTBALL Le FC Nantes accueille le RC Strasbourg, ce dimanche, à 15 heures, à la Beaujoire. Un duel d’entraîneurs sous pression

Thibaut Gagnepain, à Strasbourg, et David Phelippeau, à Nantes

— 

Christian Gourcuff et Thierry Laurey.
Christian Gourcuff et Thierry Laurey. — JOHN SPENCER/SIPA/ Lionel Urman/SIPA
  • Les Nantais et les Strasbourgeois, en proie à des grosses difficultés en ce moment, s’affrontent ce dimanche à 15 heures à la Beaujoire.
  • Christian Gourcuff et Thierry Laurey sont menacés tant les résultats sont mauvais.
  • Qui est le plus menacé des deux ? 20 Minutes a mené son enquête.

Quel entraîneur sera viré le premier ? Le match entre le FC Nantes (14e) et RC Strasbourg (19e), ce dimanche (15 h), à la Beaujoire, pourrait bien être le dernier de Christian Gourcuff ou Thierry Laurey. Les deux techniciens sont à la tête d’équipes en grande difficulté ces dernières semaines. Les Canaris restent sur une seule victoire en cinq matches quand les Alsaciens pointent à l’avant-dernière place de Ligue 1 avec sept petits points. On a tenté de savoir qui était le plus menacé.

Le soutien du président

Il est le plus grand consommateur d’entraîneurs du football français depuis son arrivée en 2007. Au FCN, Waldemar Kita a déjà travaillé avec seize techniciens (en comptant les intérimaires et deux fois Der Zakarian). Christian Gourcuff est néanmoins peut-être celui à qui il est le plus attaché. WK lâchait en septembre sur son coach : « C’est quelqu’un d’honneur, qui n’aime pas les conflits, très respectueux. Nous nous entendons très bien et quand on se voit, on parle le même langage. » La série catastrophique de mauvais résultats en 2020 (cinq victoires en 21 matchs depuis le début de l’année) a néanmoins entamé la confiance présidentielle en son technicien. Samedi, après la défaite à Marseille, Kita a tenu un discours mobilisateur et a insisté sur l’importance des deux prochains matchs (Strasbourg et Dijon à la Beaujoire). Ces deux rendez-vous pourraient conditionner l’avenir de Gourcuff.

A la tête du club depuis l’été 2012, Marc Keller ne s’est séparé « que » de deux entraîneurs durant son mandat. Le premier, son frère François, avait démissionné en mars 2014 alors que l’équipe était en grande difficulté en National. Le second, Jacky Duguépéroux, n’avait lui pas été prolongé une fois sa mission accomplie : l’accession en Ligue 2. Le cas de Thierry Laurey est bien différent. Le natif de Troyes est l’homme qui a remis le Racing en Ligue 1 et lui a permis de remporter une Coupe de la Ligue (2019). Mais il n’a plus que sept mois de contrat et son dirigeant pourrait avoir envie de démarrer un nouveau cycle. Alors, est-il menacé tout de suite ou seulement à la trêve hivernale. Le consultant Pierre Ménès penche pour la première hypothèse. « La grande question est de savoir si Laurey sera encore longtemps l’entraîneur du Racing. Il le sera le week-end prochain à Nantes mais pour sauver sa peau, il faudra que Strasbourg se sorte de cette place de relégable », écrit-il sur son blog. Une analyse à prendre au sérieux quand on sait que c’est un intime du président du club alsacien.

» 50 % de risques d’être viré pour les deux

L’attitude des joueurs

« L’équipe est à l’image du coach », estime un proche de l’effectif pro nantais. Le FCN ronronne, tâtonne, très sérieusement depuis trois matchs. Un défaut qui avait déjà été reproché à ce groupe depuis le début de la saison à maintes reprises. Hormis une excellente première période contre Metz (1-1) et une deuxième convenable à Lens (1-1), les Canaris ont manqué singulièrement de constance dans le jeu lors de leur semaine à trois matchs. « Il n’y a rien à dire, on dort… », a lâché, désespéré, Nicolas Pallois au micro de Téléfoot, samedi à la mi-temps au Vélodrome. Un défenseur central qui n’a pas apprécié que Gourcuff pointe du doigt seulement la défense quelques minutes après dans le vestiaire et qui a partagé à voix haute son désaccord. Certains Canaris s’agaceraient aussi de plus en plus de l’absence de consignes claires tactiques – avant et surtout pendant les matchs – de la part de leur entraîneur.

« J’espère que le fait d’avoir accroché ce point très important va permettre au coach de souffler un peu et lui montrer qu’on est toujours derrière lui. » Adrien Thomasson est venu au soutien de son entraîneur, vendredi dernier après le match nul contre Rennes (1-1). Des mots qui faisaient suite à des attitudes. Pendant toute la partie, les Alsaciens s’étaient accrochés, même en infériorité numérique pendant plus d’une période. Une solidarité nouvelle cette saison et qui arrive après le match courageux à Montpellier. Dans l’Hérault, ils étaient revenus trois fois au score avant de s’incliner (4-3). Les partenaires de Stefan Mitrovic auraient voulu lâcher leur coach qu’ils s’y seraient pris autrement. Le technicien semble avoir le soutien de son groupe, au moins de ceux qui jouent encore.

» 60 % de risques d’être viré pour Gourcuff et 40 % pour Laurey

L’humeur de l’entraîneur

« Je sens Christian, heureux, apaisé. Il sait que c’est sa dernière expérience… », nous confiait Noël Couëdel, ami et président de Gourcuff à Lorient de 1998 à 2000, en janvier. Dans la tempête, le technicien breton, pourtant irrité par les prestations de ses joueurs, ne s’agace que très rarement en conférence de presse contre les journalistes. Il se prête même volontiers au jeu des questions-réponses sur tous les sujets. La semaine dernière, sa sortie à contre-courant sur Maradona ( « Un joueur d’exception, mais pas un exemple ») en est la preuve. Gourcuff sait qu’il n’a plus que six mois à vivre sur un banc de football car il ne prolongera pas. Une donnée qui doit lui permettre de prendre beaucoup de recul.

Moins vindicatif sur son banc ces derniers temps, Thierry Laurey se rattrape en dehors du terrain. Vendredi dernier, il s’en est d’abord pris à un cameraman de Téléfoot. « Ne me suis pas parce que ça va mal finir », lui a-t-il lancé en descendant du bus. Puis il a remis ça en conférence de presse en attaquant frontalement un journaliste. « Si [Rennes] marque à la 92e minute, j’aurais assisté à mon enterrement. […] T’aurais pu ouvrir le champagne », a-t-il lancé en prenant à partie son auditeur. Des signes d’énervement ? Ce petit jeu de conflits avec la presse n’est pas nouveau chez lui mais ne témoigne ici pas d’une grande sérénité. Comme s’il se savait en danger.

» 30 % d’être viré pour Gourcuff et 70 % pour Laurey

En cas de défaite de Strasbourg dimanche, Thierry Laurey semble être l’entraîneur le plus menacé de perdre son poste. En Ligue 1, Patrick Vieira les a devancé. Le champion du monde 1998 a été licencié de son poste à Nice.