Ligue 1 : « Je me suis trompé », avoue Thierry Laurey après la nouvelle défaite de Strasbourg, battu par Lyon (3-2)

FOOTBALL A 2-0 pour Lyon, l'entraîneur alsacien a complètement revu ses plans. Et ça a failli marcher...

Thibaut Gagnepain

— 

Liénard, Simakan et Aholou (de gauche à droite) peinent à retenir le Lyonnais Kadewere. Les Strasbourgeois ont encore commis beaucoup d'erreurs ce dimanche.
Liénard, Simakan et Aholou (de gauche à droite) peinent à retenir le Lyonnais Kadewere. Les Strasbourgeois ont encore commis beaucoup d'erreurs ce dimanche. — FREDERICK FLORIN / AFP
  • Et de six ! les Strasbourgeois ont concédé leur sixième défaite en sept journées de Ligue 1. Lyon est venu s’imposer 3-2 à la Meinau ce dimanche.
  • Le match a été assez fou. L’OL a ainsi mené 3-0 avant qu’un changement tactique opéré par Thierry Laurey permette aux Strasbourgeois de revenir à 3-2.
  • Avec ce résultat, le Racing pointe à la 18e place de Ligue 1.

Au stade de la Meinau,

Il a quitté le terrain sans un regard pour son entraîneur. Lionel Carole ne s’attendait pas à ça. Le latéral gauche avait seulement joué 36 minutes ce dimanche lorsqu’il vu son numéro apparaître sur le panneau brandi par le 4e arbitre. Oui, c’était bien le 23 qui était rappelé sur le banc, à la faveur du 26 d’Habib Diallo.

A ce moment-là, le Racing était déjà mené 2-0 par Lyon. La faute à une entame de match ratée et d’énormes erreurs individuelles. Sur l’ouverture du score, c’était ainsi… Carole qui se ratait dans l’alignement et laissait partir Kadewere, pas hors-jeu sur le coup. Puis, pour ne rien arranger, Kamara loupait son intervention sur un tir pas franchement virulent du jeune attaquant de l’OL (0-1, 12e).

Et que dire alors du deuxième but, œuvre de Toko-Ekambi ? A la suite d’une perte de balle de Simakan, Depay progressait sur près de 50 mètres, sans être attaqué. Avant de centrer tranquillement au deuxième poteau pour son partenaire, lui aussi bien seul. Bref, les Strasbourgeois n’y étaient pas et il fallait changer tout ça.

« Il a voulu tenter un coup de poker »

C’est donc en modifiant son système que le coach alsacien a tenté d’inverser la tendance. Fini ce 4-2-3-1 (ou 4-1-4-1), place à 4-4-2 avec, enfin, un duo d’attaquants à la place du seul Ajorque. « Je suis le premier à le reconnaître et je l’ai dit aux joueurs : je me suis trompé sur ce qu’on voulait mettre en place », a avoué le technicien après la partie. L’entraîneur a été défendu par son milieu de terrain, Dimitri Liénard : « Il a voulu tenter un coup de poker et on ne gagne pas à tous les coups. Mais ce qu’il y a de bien, c’est qu’il l’a vu et a agi. »

D’abord sans grand succès puisque le RC Strasbourg a… concédé un nouveau but, œuvre une nouvelle fois de Toko-Ekambi (0-3, 42e). Mais la physionomie de la partie avait changé avec des joueurs du Racing enfin dangereux. Cela s’est vérifié dans la foulée, avec la réduction du score immédiate de la recrue Diallo (1-3, 43e). Puis, juste après la pause, Aholou a redonné un peu plus de voix à la Meinau (2-3, 55e). Un fol espoir de remontée était né, mais il est resté vain.

Malgré cette belle réaction, les Strasbourgeois pointent à la 18e place après 7 journées de Ligue 1. Pire, un petit écart s’est formé avec les équipes qui le devancent au classement. La situation serait-elle grave ? Ni Laurey ni Liénard ne voulaient le dire dimanche. « Vous allez me dire que je suis fou mais j’ai vu des choses positives aujourd’hui. Dans l’état d’esprit par exemple, on a poussé et pas renoncé […] C’est vrai qu’on est dans le dur. Après, on n’est pas en panique », a expliqué le coach.

« Il faut gommer nos erreurs, moi le premier, et je suis sûr que ça le fera », a ajouté le joueur. « Dans notre situation aujourd’hui, plus d’une équipe aurait lâché ou se serait engueulée. On s’est serré les coudes et on a fait trembler Lyon jusqu’au bout. Si on continue comme ça, je ne vois pas comment on ne pourrait pas s’en sortir. » Réponse à Brest, dimanche prochain.