RC Strasbourg : Egon Gindorf, l’ancien emblématique président du club alsacien est décédé

CARNET NOIR Il laisse d’excellents souvenirs dans la mémoire des supporters du Racing

T.G. avec AFP

— 

Egon Gindorf se plaisait à aller déguster une soupe avec les supporters de la Meinau.
Egon Gindorf se plaisait à aller déguster une soupe avec les supporters de la Meinau. — THOMAS WIRTH / AFP

Il aura laissé son prénom à une célèbre soupe au stade de la Meinau. Egon Gindorf, ancien président du RC Strasbourg (2003-2005) et figure particulièrement appréciée des supporters, est décédé à l’âge de 89 ans.

« Toutes nos pensées vont à sa famille, ses proches et à tous les supporters du Racing qui perdent aujourd’hui une figure emblématique et historique du club », a indiqué le club alsacien dans un communiqué.

Ce sémillant entrepreneur à succès, né en Allemagne et qui partageait sa vie entre Strasbourg et Monaco, avait repris le club en mai 2003 après le désastreux épisode McCormack. Sous sa présidence, le Racing a remporté la Coupe de la Ligue en 2005.

Des matchs partagés avec les ultras

M. Gindorf avait rapidement séduit le public de La Meinau en allant régulièrement regarder les matchs en tribune avec les ultras, ou en partageant avec les supporters un bol de soupe de pois cassé aux abords du stade les soirs de grand froid.

Il avait quitté la présidence du Racing en décembre 2005 pour des raisons personnelles, signant le début d’une lente descente aux enfers et de plusieurs années d’instabilité pour le club alsacien.

L’actuel président du club, Marc Keller, a réagi à cette disparition : « C’est aujourd’hui la perte d’un grand ami. Un complice de plus de vingt-cinq ans. Egon Gindorf a été un grand président du Racing. Nous avons passé tant d’années côte à côte. C’était un homme formidable, sensible, généreux. Il aimait le club. Je revois son sourire, son bonheur lorsque nous avons gagné la Coupe de la Ligue contre Caen en 2005. Il n’a pas hésité une seconde à me suivre, avec les autres actionnaires, quand il a fallu se lancer dans la grande aventure de la reprise du Racing en 2012. Il n’y a pas de mots pour décrire le grand vide qu’il laisse désormais », écrit-il dans un communiqué du club. Les deux étaient très liés. Marc Keller était souvent présenté comme le fils spirituel d’Egon Gindorf.