Stade Rennais: «On a envie d'être à leur place»... Benjamin Bourigeaud un peu jaloux de la Bundesliga

FOOTBALL Le milieu de terrain du Stade Rennais a repris l'entraînement avec ses coéquipiers mais crève d'envie de rejouer au foot

C.A. avec AFP

— 

Le milieu de terrain du Stade Rennais Benjamin Bourigeaud, ici lors du match de Ligue Europa face à Cluj.
Le milieu de terrain du Stade Rennais Benjamin Bourigeaud, ici lors du match de Ligue Europa face à Cluj. — Damien Meyer / AFP
  • Depuis le 13 mai, Benjamin Bourigeaud a retrouvé ses coéquipiers du Stade Rennais sur les terrains de la Piverdière.
  • « C’est compliqué de ne pas pouvoir rejouer correctement au football mais il y a une organisation qui a été faite pour qu’on puisse retrouver les sensations. Ça fait du bien au moral de pouvoir retoucher un peu de ballon ! », juge-t-il.
  • Malgré les stades à huis clos, le milieu de terrain du Stade Rennais jalouse ses homologues de la Bundesliga, qui ont repris ce week-end.

Il a été l’un des premiers joueurs de Ligue 1 à reprendre le chemin de l'entraînement après la levée du confinement. Depuis le 13 mai, Benjamin Bourigeaud a retrouvé ses potes sur les terrains de la Piverdière. Ce week-end, il a regardé comme beaucoup le championnat allemand reprendre. Malgré les stades à huis clos, le milieu de terrain du Stade Rennais a jalousé ses homologues de la Bundesliga. « On aurait dit un match amical. Mais en tant que joueur et compétiteur, on a envie d’être à leur place. On est footballeurs avant tout et notre seule envie, c’est de rejouer au football », a témoigné le Rennais dans un entretien accordé à l’AFP.

Ce week-end, le monde du football s’est tourné vers le championnat allemand, le seul majeur à reprendre en cette période de crise. Outre la victoire du Bayern à Berlin ou la gifle reçue par Schalke 04 à Dortmund, c’est surtout la capacité de la ligue allemande à reprendre son championnat qui a impressionné. La ligue française a opté pour un arrêt de la compétition. « Il y a des risques liés à l’épidémie. Il y a tout un système médical, et le gouvernement, et la Ligue, qui ont décidé cet arrêt. Nous, on n’a pas le choix », résume le milieu rennais.

« On se douche chez nous »

Elément clé du dispositif de Julien Stéphan, l’ancien Lensois est réputé pour être un joueur infatigable, harcelant sans cesse ses adversaires. L’épidémie de coronavirus a calmé ses ardeurs. Pendant deux mois, Benjamin Bourigeaud a été confiné. Et la reprise alors ? « Habituellement on arrivait le matin, on déjeunait tous ensemble, ensuite on travaillait en salle tous ensemble pour aller ensuite sur le terrain tous ensemble. Là c’est différent, c’est par petits groupes. On arrive le matin au centre d’entraînement. Il y a une prise de température dès l’entrée du centre. On arrive déjà habillés, on repart habillés, on se douche chez nous. C’est compliqué de ne pas pouvoir rejouer correctement au football mais il y a une organisation qui a été faite pour qu’on puisse retrouver les sensations. Ça fait du bien au moral de pouvoir retoucher un peu de ballon ! Même si on n’a toujours pas de jeu, toujours pas de contacts ».

Troisième du championnat, le Stade Rennais devrait au moins jouer les tours préliminaires de la Ligue des Champions, voire intégrer la phase de groupe directement si les compétitions européennes venaient à aller à leur terme. « Je ne sais pas de quoi est fait demain. Je ne sais pas dans quelles conditions on va reprendre. C’est un peu flou mais nous on évolue au jour le jour et on voit ce qui se passe et on s’organise pour pouvoir reprendre de la meilleure façon possible », estime le milieu de terrain.