Juventus-OL : Lyon ne confirme pas encore la tenue du match retour à huis clos

CORONAVIRUS Le gouvernement italien a décrété un huis clos généralisé pour toutes les manifestations sportives prévues en Italie jusqu’au 3 avril

Manuel Pavard

— 

La Juve pourrait être privée du soutien de ses bruyants tifosi réunis au Juventus Stadium, l'un des stades les plus chauds d'Italie.
La Juve pourrait être privée du soutien de ses bruyants tifosi réunis au Juventus Stadium, l'un des stades les plus chauds d'Italie. — Pierpaolo Piciucco/Action Plus/REX/SIPA
  • Le gouvernement italien a décidé par décret que tous les événements sportifs se déroulant en Italie se disputeront à huis clos jusqu’au 3 avril.
  • Une mesure qui concerne notamment le huitième de finale retour de LDC entre la Juventus et l’Olympique Lyonnais.
  • L’OL a communiqué sur le sujet ce mercredi, indiquant qu’il n’avait pas encore eu une confirmation officielle du huis clos, que ce soit de la part de la Juve ou de l’UEFA.

Aux grands maux les grands remèdes. Pays européen le plus touché par l’épidémie de coronavirusla barre symbolique des 100 morts vient d’être franchie –, l’Italie prend le taureau par les cornes. Le gouvernement italien a publié ce mercredi un décret stipulant que tous les événements sportifs prévus sur le sol transalpin se tiendront à huis clos jusqu’au 3 avril.

Une mesure qui concerne tous les matchs de Serie A, déjà fortement perturbée depuis une dizaine de jours. Le week-end dernier, cinq rencontres du championnat italien ont ainsi été reportées, dont le choc au sommet, le « Derby d’Italia » entre la Juventus Turin et l’Inter Milan. Mais cette décision englobe également les matchs de Coupe d’Europe, à commencer par le 8e de finale retour de Ligue des champions entre la Juve et l’Olympique Lyonnais, programmé le 17 mars au Juventus Stadium.

« Cette information ne nous a pas été confirmée, ni par l’UEFA ni par la Juventus »

Peu après l’annonce du décret gouvernemental, l’OL a réagi officiellement par un communiqué publié sur son site, dans la soirée. « L’Olympique Lyonnais a pris connaissance des informations provenant d’Italie concernant la tenue à huis clos du match retour entre la Juventus et l’OL (…). Pour le moment, cette information ne nous a pas été confirmée, ni par l’UEFA ni par la Juventus. D’autres solutions sont également envisageables et envisagées », écrit le club rhodanien.

Cette dernière phrase fait notamment écho à une proposition du club turinois, également étudiée par l’UEFA. L’idée serait de délocaliser le match dans le sud de l’Italie, zone moins touchée par le coronavirus et qui compte de nombreux supporters de la Juve. Mais la perspective de voir des milliers de tifosi bianconeri se répandre sur les routes, en provenance des quatre coins de la Botte, n’est pas pour rassurer le gouvernement italien.

Un avantage pour l’OL, qui échapperait à l’ambiance bouillante du Juventus Stadium

Le communiqué lyonnais conclut : « Concernant les supporters de l’OL ayant déjà acquis leur billet pour cette rencontre, nous reviendrons vers eux dès que nous saurons précisément à quel endroit et dans quelles conditions la rencontre se jouera. »

Si le huis clos se confirme et est officialisé par l’UEFA, cela constituerait en tout cas un avantage de taille pour l’OL (vainqueur 1-0 à l’aller). Les Gones échapperaient ainsi à l’ambiance bouillante du Juventus Stadium, réputé depuis son inauguration en 2011 – sur le site de l’ancien Stadio Delle Alpi – pour être l’un des stades les plus chauds d’Italie.

Interrogé à ce sujet en zone mixte, après la défaite face au PSG, Anthony Lopes a botté en touche, assurant que les Lyonnais « joueraient quoiqu’il arrive ». Idem pour Rudi Garcia en conférence de presse d’après-match : « Pour l’instant, c’est loin de mes préoccupations, a-t-il affirmé. On verra en temps voulu. »