OL-Juventus : Les Lyonnais se sont « transcendés » grâce à un douzième homme déchaîné

FOOTBALL A en croire Lucas Tousart, Anthony Lopes et Juninho, le succès de prestige de l’OL (1-0) face à la Juve s’explique aussi par la grande ferveur des supporters lyonnais mercredi soir

Jérémy Laugier

— 

Dans un Parc OL très bien garni (57.335 spectateurs), ce Lyon-Juve a tenu toutes ses promesses, sur le terrain comme dans les tribunes. FRANCK FIFE
Dans un Parc OL très bien garni (57.335 spectateurs), ce Lyon-Juve a tenu toutes ses promesses, sur le terrain comme dans les tribunes. FRANCK FIFE — AFP
  • Joueurs et supporters lyonnais ont sans doute vécu leur meilleure soirée sportive de la saison, mercredi en battant la Juve (1-0) en 8e de finale aller de Ligue des champions.
  • Une osmose qui a notamment permis à l’OL de résister jusqu’au bout aux assauts de l’armada du trio Cristiano Ronaldo-Paulors Dybala-Gonzalo Higuain.

Au Parc OL,

From « valeurs et identités envolées, supporters baladés » to « qui ne saute pas n’est pas lyonnais » very quickly. Trois jours après une tranchante banderole, empreinte de morosité, accrochée par le virage nord au-dessus de la boutique de l’OL à Décines, les supporters lyonnais se sont régalés comme très rarement mercredi. En créant la sensation face à la Juventus (1-0), en 8es de finale aller de la Ligue des champions, les joueurs de Rudi Garcia ont vécu une soirée d’osmose inattendue avec leurs virages, ravis de ce coup d’éclat dans la cour des grands..

D’un hymne du club repris à tue-tête avant le coup d’envoi jusqu’à une véritable communion après la partie, les supporters sont repartis du bon pied avec leur équipe, très loin du désamour ayant connu son apogée lors du précédent match européen contre Leipzig (2-2).

« C’était total régal » au Parc OL

« On avait tous besoin de ça, les supporters aussi, et je crois qu’on leur a fait plaisir, indique Lucas Tousart, surprenant buteur d’une soirée qui fera date. On joue au foot pour vivre des ambiances comme celle-ci, c’était total régal. C’était parfois difficile pour nous en seconde période et entendre tout ce monde crier permet de se surpasser et d’aller chercher la victoire tous ensemble. C’était une victoire de toute la ville et de tout ce stade. »

Une ambiance de folie qui a par séquences pu rappeler au milieu défensif lyonnais d’éclatants succès contre Monaco (6-1), le PSG (2-1) ou l’Ajax (3-1) dans ce Parc OL enfin extrêmement bien garni (57.335 spectateurs). Même Marcelo, en conflit ouvert avec les Bad Gones il y a deux mois, a pu tranquillement fêter ce succès avec un de leurs membres.

Marcelo célèbre ici la victoire de l'OL contre la Juve (1-0), mercredi soir avec un supporter du virage, FRANCK FIFE
Marcelo célèbre ici la victoire de l'OL contre la Juve (1-0), mercredi soir avec un supporter du virage, FRANCK FIFE - AFP

« Si on leur montre qu’on est agressifs… »

« Avec l’apport de notre public, on s’est vraiment transcendés et on a réussi à tenir bon jusqu’au bout, confie Anthony Lopes. Tout a été mis à plat, les discussions ont fait énormément de bien entre personnes intelligentes. » Un timing idéal, au cœur d’une semaine durant laquelle vont s’enchaîner le derby dimanche et la demi-finale de Coupe de France face au PSG mercredi.

Juninho est bien placé pour connaître la valeur du douzième homme lyonnais : « C’est nous, sur le terrain, qui envoyons un message aux supporters. Si on leur montre qu’on est agressifs et qu’on a envie de jouer, je pense que les supporters seront avec nous ». Exception faite de Rudi Garcia, encore copieusement sifflé lors de la présentation des équipes, cette tendance a peut-être repris son envol mercredi.