OL-Juventus : « En Italie, nous aurions eu deux penalties sur ce match »… Maurizio Sarri frustré par l’arbitrage

FOOTBALL L’entraîneur de la Juventus estime que l’arbitre aurait pu sanctionner des interventions de Denayer et Guimaraes, mercredi lors du surprenant succès de l’OL (1-0)

Jérémy Laugier

— 

Cristiano Ronaldo estime qu'il aurait mérité un penalty après un léger contact avec Jason Denayer en pleine surface, à la 84e minute de jeu.
Cristiano Ronaldo estime qu'il aurait mérité un penalty après un léger contact avec Jason Denayer en pleine surface, à la 84e minute de jeu. — Laurent Cipriani/AP/SIPA

Au Parc OL,

Certains supporters lyonnais ont dû se réconcilier avec le VAR, en même temps qu’avec leur équipe, mercredi soir contre la Juventus (1-0). Car au bout d’un intense 8e de finale aller de Ligue des champions, deux situations très litigieuses se sont déroulées à quelques mètres du but d’ Anthony Lopes. Et dans les deux cas, l’arbitre espagnol Jesus Gil Manzano s’est vu confirmer par ses assistants VAR, en seulement quelques secondes, qu’il avait pris la bonne décision en ne sifflant pas.

Il y a tout d’abord eu cette 84e minute, lorsque Cristiano Ronaldo s’est retrouvé sur le point de reprendre de la tête une ouverture d’Aaron Ramsey. Mais la star portugaise a alors été légèrement touchée au niveau du dos par le bras de Jason Denayer. S’écroulant dans la surface avant de vivement réclamer un penalty, le buteur de la Juve n’a pas été entendu par Jesus Gil Manzano.

On allait entrer dans le temps additionnel d'OL-Juve lorsque Paulo Dybala s'est effondré dans la surface lyonnaise après avoir été retenu par le bras de Bruno Guimaraes. FRANCK FIFE
On allait entrer dans le temps additionnel d'OL-Juve lorsque Paulo Dybala s'est effondré dans la surface lyonnaise après avoir été retenu par le bras de Bruno Guimaraes. FRANCK FIFE - AFP

« On jouait en Coupe d'Europe, donc c’est à nous de nous adapter »

Pas plus que Paulo Dybala cinq minutes plus tard. Servi par une remise de la tête de Cristiano Ronado prolongée par Gonzalo Higuain, le petit attaquant argentin, dos au but, s’écroule d’un coup à la suite d’un contact signé Bruno Guimaraes. Sa main gauche a bien touché le torse de l’ancien joueur de Palerme. Là non plus, Jesus Gil Manzana et ses assistants VAR ne changent pas leur décision et passent très vite à autre chose.

Au contraire de Maurizio Sarri, qui n’a pas manqué de signaler ces deux épisodes en conférence d’après-match. « En Italie, nous aurions eu deux penalties sur ce match, un sur Ronaldo et un sur Dybala, estime l’entraîneur de la Juve. Mais ce soir, on jouait en Coupe d'Europe, donc c’est à nous de nous adapter. » Les supporters marseillais te soutiennent dans ce combat, Maurizio.