OL-PSG : Mbappé enterre les espoirs d'un OL séduisant... Paris en finale sur un score très flatteur

FOOTBALL Bousculés pendant une heure, les Parisiens se sont qualifiés pour la finale de la Coupe de France en s’imposant largement (5-1) à Lyon

Manuel Pavard

— 

Kylian Mbappé a été le grand bonhomme de cette demi-finale avec un triplé et des actions de grande classe.
Kylian Mbappé a été le grand bonhomme de cette demi-finale avec un triplé et des actions de grande classe. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Au Parc OL,

Le score est parfois trompeur. Devant un OL séduisant et parfois dominateur, les Parisiens ont dû attendre la dernière demi-heure pour faire la différence, contre des Lyonnais alors réduits à dix. Vainqueurs 5-1 au Parc OL, les hommes de Thomas Tuchel retourneront au Stade de France le 25 avril prochain où ils tenteront de laver l’affront de l’an passé - soit contre son bourreau de 2019, le Stade Rennais, soit face à l'AS Saint-Etienne. Ce sera la sixième finale de Coupe de France consécutive du PSG, record battu !

L’OL a longtemps fait jeu égal avec le PSG

On avait vu un premier aperçu contre la Juventus et l’ASSE. On en a désormais la confirmation : l’OL actuel est métamorphosé et n’a plus rien à voir avec l’équipe moribonde de ces derniers mois. Au cours d’une splendide première mi-temps, où les deux équipes se sont rendu coup pour coup, les Gones ont tenu la dragée haute aux Parisiens. Ce sont même eux qui ont frappé les premiers, avec une perte de balle de Kurzawa parfaitement exploitée par Toko-Ekambi, qui adresse une passe en retrait impeccable à Martin Terrier, lequel arrive lancé et conclut d'une frappe croisée (1-0, 11e).

Et même après l’égalisation de Mbappé (1-1, 14e), les Lyonnais auraient pu reprendre l’avantage grâce au même Terrier, qui s’est ouvert le chemin du but mais a perdu son duel face à Navas (30e). A 11 contre 11, le PSG s'est surtout signalé par ses individualités offensives et aurait pu virer en tête à deux minutes de la pause, avec un petit numéro de Neymar sur le côté gauche suivi d'un centre au cordeau pour Cavani, dont la volée de l'extérieur du droit s'est échouée sur le poteau.

Penalty et expulsion, le tournant de la 60e minute

La deuxième période a repris sur les mêmes bases, avec un ballon allant d’un camp à l’autre et un OL toujours aussi tranchant. Jeu en triangle, combinaisons à une touche de balle, renversements de jeu… Les hommes de Rudi Garcia ont multiplié les actions de classe, à l’image des deux finitions manquées de Dubois, après de superbes séquences collectives, dans la foulée du retour des vestiaires.

Mais à l'heure de jeu, un contrôle un peu trop long de Cavani, à la réception d'un centre dans la surface de réparation, envoyait le ballon sur la main de Marçal. Pas d’hésitation pour l’arbitre : penalty et deuxième jaune synonyme d’expulsion pour le latéral brésilien. Neymar ne s’est pas fait prier pour donner l’avantage au PSG (1-2, 60e).

Mbappé fait la différence mais le PSG ne rassure pas vraiment

Kylian Mbappé, particulièrement en jambes ce mercredi, a fait très mal à la défense lyonnaise, une fois l’OL en infériorité numérique. Impliqué sur quatre des cinq buts parisiens, l’international français a d’abord ouvert le score en renard des surfaces, reprenant une tête de Kurzawa sur corner, avant d’être à l’origine de l’action du penalty, puis d’inscrire le troisième but sur un magnifique exploit personnel. Parti de son camp, il a effacé toute la défense rhodanienne à coups de crochets et feintes de corps, avant de battre Lopes d'un bon vieux pointu des familles (1-3, 70e).

Pablo Sarabia, profitant d'un cafouillage sur un corner (1-4, 82e), puis encore Mbappé, bien servi par Neymar (1-5, 92e), ont ensuite donné au succès parisien une ampleur peu méritée. Mais la défense, handicapée par de nombreuses absences (Thiago Silva, Kimpembé, Dagba), et le milieu du PSG, privé d'un Verratti suspendu en C1, n'ont pas vraiment rassuré, loin de là. Il faudra sans doute montrer autre chose pour renverser le Borussia Dortmund en 8e de finale retour de LDC.