JO 2020: Les grands clubs européens vont-ils gâcher le tournoi de foot à Tokyo?

FOOTBALL Le PSG a finalement décidé de priver Mbappé et ses autres joueurs de JO 2020. Les autres clubs de l'ECA pourraient suivre

William Pereira et Nicolas Camus
— 
Mbappé ne sera pas libéré par le PSG pour disputer les JO 2020.
Mbappé ne sera pas libéré par le PSG pour disputer les JO 2020. — Montage 20 Minutes

Jeu, set et match. Le grand ping-pong de déclarations interposées entre la FFF et le PSG sur la possible participation du Kylian Mbappé aux JO 2020 s’est soldé cette semaine, selon nos confrères de L’Equipe, par un non catégorique des dirigeants parisiens. Guère amadoué par les histoires de « rêve » olympique de son attaquant ni convaincu par les « Neymar a bien été aux JO [2016] » de Le Graët, le Paris Saint-Germain ne s’est pas contenté de mettre un stop à son champion du monde : par le biais d’une lettre, le club a carrément informé la FFF de sa ferme intention de ne laisser aucun joueur partir pour Tokyo 2020. Colin Dagba et Abdou Diallo peuvent donc aussi dire au revoir aux JO, de même qu’Herrera, Bernat et Sarabia, courtisés par l’Espagne olympique, et même Neymar, qui avait chargé le patron de la CBF de faire le forcing auprès de Paris.

« On sait très bien que cela fait partie du jeu »

Pas de quoi choquer Didier Deschamps, lequel a réagi à la polémique en marge du tirage au sort de la Ligue des Nations mardi soir, estimant que « le PSG, et peut-être d’autres clubs d’ailleurs, ont pris position et sont dans leur droit. […] Ce sont des Jeux olympiques, c’est dans une période qui est hors des dates de la Fifa, et les clubs, ce sont les employeurs des joueurs ». Idem du côté de la Fédé, contactée mercredi matin : « On n’est pas surpris, on sait très bien que cela fait partie du jeu. »

Jeu dont les règles pourraient se corser un peu plus si les bruits de couloir sur une opposition massive à la sélection des joueurs pour les JO de la part des clubs membres de l’association des clubs européens (ECA) venaient à se concrétiser. Inquiétante rumeur. Car tout porte à croire que la fermeture du robinet de joueurs par l’ECA menacera durablement la participation de joueurs U23 du calibre de Kylian Mbappé au tournoi olympique, en plus de conférer aux clubs déjà hégémoniques un pouvoir de décision encore plus grand.

Ainsi, si l'on prend une hypothétique sélection française pour les Jeux basée sur les dernières sélections et les hommes en forme, il ne resterait qu'une poignée de joueurs ne faisant pas partie de club de l'ECA. Mais exit, sur le papier, Ikoné (Lille), Aouar Terrier Tousart (Lyon), Guendouzi (Arsenal), Camavinga (Rennes), Nkunku Upemecano Mukiele Konaté (Leipzig), Zagadou (Dortmund), Kamara (OM) ou Edouard (Celtic). Liste non exhaustive et transposable aux autres grands nations comme l'Espagne.

Peu de chances malgré tout que l'on en arrive là. En realité, à terme, l’accord entre clubs membres de l’ECA permettrait à chaque équipe de gérer ses exceptions comme elle l’entend. En fonction, par exemple, de leur sélection pour l'Euro des grands (qui se termine dix jours avant le début des JO) ou leur importance dans l'effectif. 

Déjà des problèmes avec le Mondial U20

Côté FFF, on ne verse d'ailleurs pas dans le catastrophisme. De fait, elle connaît déjà la chanson des clubs qui refusent de lâcher leurs meilleurs éléments U23 – principale catégorie concernée par les JO – ou non. Le bras de fer avec les institutions s’étend même au-delà du simple tournoi olympique. Prenez la Coupe du monde U20, par exemple : Une compétition Fifa… hors du calendrier Fifa puisqu’elle commence fin mai quand la plupart des championnats ne sont pas terminés. Un merveilleux concept qui pousse les sélectionneurs comme Bernard Diomède à anticiper le refus des clubs de libérer leurs petits jeunes.

« Depuis 2015, j’ai conservé une ossature de dix joueurs et je travaille avec un groupe élargi à 33 », expliquait-il l’année dernière à Ouest-France. Et pour ce qui est de la parole des clubs, elle est dépendante de la saison en cours (ou à venir). Diomède, toujours : « on a échangé avec tous les clubs en début de saison [2018-19] et on a anticipé cette question. Le problème, c’est que la vérité de septembre n’est pas forcément celle de décembre, et encore moins celle de juin. C’est dommage et injuste pour les joueurs. » Au moins Kylian, personne ne lui avait rien promis. C’est déjà ça.