OL-PSG : Guimaraes-Tousart-Aouar, le trio qui réveille les Gones

FOOTBALL Impressionnant contre la Juve et l’ASSE, le milieu à trois lyonnais, boosté par l’arrivée du Brésilien, sera un atout majeur face au PSG ce mercredi, en demi-finale de Coupe de France

Manuel Pavard

— 

Houssem Aouar et Bruno Guimaraes impressionnent déjà par leur entente technique.
Houssem Aouar et Bruno Guimaraes impressionnent déjà par leur entente technique. — JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
  • L’OL reçoit le PSG ce mercredi, au Parc OL, pour la première demi-finale de la Coupe de France.
  • L’arrivée du milieu brésilien Bruno Guimaraes a fluidifié et métamorphosé le jeu lyonnais depuis trois matchs.
  • Impressionnant lors des victoires contre la Juventus et l’ASSE, le trio Guimaraes-Tousart-Aouar s’affirme aujourd’hui comme l’un des points forts de l’OL.

« Un formidable joueur de ballon » pour Rudi Garcia, « un régal » et « un joueur assez extraordinaire, avec une adaptation incroyable » selon Anthony Lopes, un renfort qui « nous fait du bien » pour Moussa Dembélé… Les éloges reçus dimanche soir, après une nouvelle prestation brillante de sa part dans le derby, en disent long. En trois matchs (pour trois victoires) avec l’OL, Bruno Guimarães a conquis ses coéquipiers, tout en se mettant l’exigeant et versatile public lyonnais dans la poche.

Que ce soit contre la Juventus ou l’ASSE, le jeune Brésilien de 22 ans, positionné en pointe basse du triangle au milieu, a rayonné - surtout en première période -, récupérant et distribuant les ballons avec aisance, notamment grâce à ses passes vers l’avant capables de casser les lignes. Plaque tournante de l’entre-jeu rhodanien, l’ancien joueur de l’Athletico Paranaense, débarqué dans les bagages de Juninho début février, a ainsi métamorphosé le jeu des Gones. Il a surtout emmené dans son sillage les deux autres membres du trio, Lucas Tousart et Houssem Aouar, également très bons lors des deux derniers matchs.

Ce milieu à trois s’affirme comme la nouvelle arme fatale de l’OL

Avec Bruno Guimarães en sentinelle, dans un rôle de regista, et Tousart et Aouar évoluant un cran plus haut, respectivement sur les côtés droit et gauche, ce milieu à trois s’affirme comme la nouvelle arme fatale de l’OL. Résultat des courses : les Lyonnais, qui semblaient encore dépourvus de certitudes techniques il y a une dizaine de jours, handicapés par les absences de Depay et Reine-Adelaïde, peuvent de nouveau bomber le torse et défieront le PSG sans complexes, ce mercredi, au Parc OL, en demi-finale de la Coupe de France.

Ancien latéral droit de l’OL au début des années 2000, Jean-Marc Chanelet a été bluffé par « la vitesse à laquelle Guimarães s’est adapté et fondu dans le collectif, surtout dans une période pas simple pour un Brésilien ». « C’est un joueur qui joue simple et juste, qui sait se placer, garder la balle et jouer en une touche, et qui montre une grande intelligence de jeu », ajoute-t-il.

« Par ses qualités, Bruno Guimarães libère Aouar et Tousart »

Un registre qui met en outre en valeur ses partenaires du milieu. « Les trois se complètent très bien, juge ainsi Philippe Violeau, ex-milieu défensif de l’OL. Par sa justesse technique et ses qualités sur les tâches défensives, Guimarães libère Aouar et lui permet de mieux s’exprimer sur le plan offensif, et laisse également plus de liberté à Tousart. » Un constat partagé par ce dernier dimanche, après le succès contre Saint-Etienne. « On se trouve bien au milieu de terrain, je peux jouer un peu plus haut avec l’arrivée de Bruno Guimarães et davantage me projeter », estimait Lucas Tousart en zone mixte.

« Avec un milieu plus récupérateur et batailleur et deux milieux plus créatifs, on a un triangle qui donne satisfaction, abonde Jean-Marc Chanelet. C’est important quand, sur trois milieux, il y en a deux qui savent garder le ballon. » L’ancien Nantais et Lyonnais trouve d’ailleurs très prometteuse la relation technique entre Houssem Aouar et Bruno Guimarães : « On constate déjà une vraie complémentarité entre Aouar et lui, avec pas mal d’échanges et de passes redoublées. »

Des solutions pour la rotation au milieu

Reste évidemment quelques inconnues, notamment la capacité qu’aura l’OL de « répéter en deuxième mi-temps les efforts fournis en première mi-temps », prévient Philippe Violeau. Contre la Juve comme face aux Verts, les Lyonnais ont en effet un peu pioché après la pause, baissant de pied physiquement et reculant parfois dangereusement.

« Vu le nombre de matchs qui restent à jouer, on aura besoin de tout le monde, poursuit l’ex-Auxerrois. Il faudra faire des choix et préserver les titulaires sur certains matchs. » Mais avec le jeune Maxence Caqueret et Jean Lucas, sans oublier Thiago Mendes – principale victime de l’arrivée de Guimarães –, Rudi Garcia dispose de solutions pour la rotation au milieu.

« L’OL n’est pas à sa place, il doit être juste derrière le PSG »

Une chose est sûre en tout cas, l’émergence de ce trio vient combler un vrai manque chez les Gones. Car dans le football actuel, « le milieu de terrain est capital dans une équipe », rappelle Jean-Marc Chanelet, qui souligne « l’importance qu’avait Ndombele » à Lyon. « L’OL avait du mal dans ce registre – récupérer les ballons et bien les utiliser – en début de saison, ajoute-t-il. On sentait qu’il y avait du potentiel dans cette équipe mais ça ronronnait. »

Grâce à ce milieu et aux autres joueurs se mettant enfin au diapason, Jean-Marc Chanelet espère que les hommes de Rudi Garcia pourront enfin rattraper les points perdus et entamer leur remontée au classement : « Les joueurs ont montré dernièrement que l’OL n’était pas à sa place en championnat. Normalement, il doit être juste derrière le PSG. » Une affirmation que les Lyonnais auront l’occasion de démontrer dès ce mercredi, face à l’ogre parisien.