OL-ASSE : Un arbitrage défavorable aux Lyonnais… Et un pied de nez aux idées reçues

FOOTBALL Vainqueur 2-0 de Saint-Etienne, l’OL s’est vu refuser deux buts par le VAR tandis que Dembélé aurait pu bénéficier d’un penalty

Manuel Pavard

— 

Le but de Lucas Tousart (ici à la lutte avec le Stéphanois Miguel Trauco) a été refusé par le VAR pour une main involontaire.
Le but de Lucas Tousart (ici à la lutte avec le Stéphanois Miguel Trauco) a été refusé par le VAR pour une main involontaire. — JEFF PACHOUD / AFP
  • L’OL a été victime d’un arbitrage défavorable malgré sa victoire contre l’ASSE, avec deux buts refusés par le VAR et un possible penalty non sifflé.
  • Ces décisions ont provoqué la colère et l’incompréhension des supporters lyonnais, en tribunes comme sur les réseaux sociaux.
  • Cet arbitrage vient surtout bousculer les clichés associés à l’OL, considéré par les supporters des clubs rivaux comme un club favorisé par les arbitres en Ligue 1.

Au Parc OL,

La recette est largement éprouvée. Mixez les mots OL et arbitre, ajoutez-y une pincée de VAR et un zeste de Jean-Michel Aulas, et vous obtenez tous les ingrédients d’une polémique assurée. Les supporters rivaux, notamment stéphanois et marseillais, le crient ainsi sur tous les toits depuis des années, parfois avec une légère dose de mauvaise foi : l’OL serait favorisé par l’arbitrage en Ligue 1… À tel point que l’expression « penalty pour Lyon » est devenue un véritable mème Internet et un hashtag toujours très populaire.

Un peu plus d’une semaine après les propos du latéral messin Fabien Centonze qualifiant l’Olympique Lyonnais d’équipe « très moyenne sans penalty », le club du président Aulas a fait de nouveau l’objet de décisions arbitrales litigieuses lors du derby remporté contre l’AS Saint-Etienne (2-0). Seule différence – mais de taille –, les hommes de Rudi Garcia étaient cette fois dans la peau des victimes.

Un carton jaune pour simulation après un hors-jeu

Il faut dire que les Gones n’ont pas été vernis sur ce point ce dimanche. Tout a commencé à la 63e minute avec un but refusé à Lucas Tousart par le VAR. Croyant initialement à un hors-jeu, l’arbitre Frank Schneider a finalement invalidé le but, après recours à l’arbitrage vidéo, pour une main involontaire du milieu lyonnais.

Quasiment dans la continuité, Moussa Dembélé, lancé dans la profondeur, a semblé accroché par Jessy Moulin à l’entrée de la surface. Mais curieusement, l’homme en noir (en orange ce dimanche) a signalé un hors-jeu très léger, tout en adressant dans le même temps un carton jaune à l’avant-centre rhodanien pour simulation !

Pour l’OL, le coup de grâce est ensuite intervenu avec le second but refusé par le VAR à 10 minutes du terme. Si Karl Toko Ekambi a bien trompé Jessy Moulin, l’arbitre a sifflé un hors-jeu à l’encontre de Dembélé, lequel ne faisait pas action de jeu mais se trouvait entre le portier stéphanois et le ballon au moment du déclenchement de la frappe.

L’arbitre qualifié de « douzième homme stéphanois »

Là encore, pas de vrai scandale arbitral mais une nouvelle décision sujette à interprétation et qui a pour la troisième fois d’affilée tourné dans le même sens. Sans surprise, les supporters lyonnais se sont déchaînés sur les réseaux sociaux contre le VAR et surtout contre l’arbitre, qualifié par les plus polis de « douzième homme stéphanois » – on vous passe les noms d’oiseaux utilisés par une bonne partie d’entre eux.

Heureusement pour les Gones, malgré toutes ces décisions défavorables, Frank Schneider n’a pas eu d’autre choix que de sévir pour une faute de main de Kolodziejczak au bout du temps additionnel. Résultat des courses : « penalty pour Lyon », converti d’une Panenka par Dembélé. Il était moins une mais la tradition a été respectée…