Condamnée à verser un million d’euros à Guy Novès, la FFR salue une décision «équilibrée»

PRUD'HOMMES La Fédération française de rugby a été condamnée lundi à verser un million d’euros par le tribunal des prud’hommes de Toulouse à Guy Novès. Elle n’envisage pas de faire appel

N.S.

— 

Guy Novès et son avocat Laurent Nougarolis le 8 avril 2019, devant le tribunal des prud'hommes de Toulouse.
Guy Novès et son avocat Laurent Nougarolis le 8 avril 2019, devant le tribunal des prud'hommes de Toulouse. — N. Stival / 20 Minutes

C’est ce qu’on appelle voir le verre à moitié plein. La Fédération française de rugby (FFR) a évoqué dans un communiqué une décision « équilibrée, souveraine et respectueuse des arguments juridiques des deux parties ». La FFR a été condamnée lundi à verser 1,008 million d’euros par le conseil des prud’hommes de Toulouse à Guy Novès. Elle ne fera pas appel.

L’ancien sélectionneur du XV de France avait été viré le 27 décembre 2017 pour « faute grave » après une série de six défaites et un nul, alors que son contrat devait durer près de deux ans de plus. Cette « faute grave » n’a pas été reconnue par les prud’hommes, qui n’ont pas non plus accédé à la demande de la FFR de requalifier le CDD de l’entraîneur toulousain en CDI.

Mais la fédération présidée par Bernard Laporte préfère retenir que « le conseil a notamment débouté M. Novès de ses différentes demandes de dommages et intérêts pour rupture abusive, pour sa demande d’indemnité de précarité, pour sa demande de paiement des heures supplémentaires, pour les congés payés et les repos compensateurs ».

Une somme provisionnée « dans sa quasi-totalité par la FFR »

En outre le communiqué souligne que les prud’hommes ont « également réfuté la thèse du harcèlement moral », avancée par l’entraîneur toulousain. Celui-ci réclamait au total 2,9 millions d’euros.

La fédération déboursera au final « une somme proche du montant contractuel courant jusqu’à l’échéance de son contrat », provisionnée « dans sa quasi-totalité par la FFR », assure-t-elle. Guy Novès s’est quant à lui dit « satisfait » du jugement et ne fera pas non plus appel.