Mort d'Emiliano Sala: Les arguments de Cardiff pour ne pas payer le transfert de l'Argentin

FOOTBALL Le Telegraph révèle les clauses sur lesquelles compte s'appuyer le club gallois pour défendre son cas auprès de la Fifa

N.C.

— 

Emiliano Sala lors de sa signature à Cardiff.
Emiliano Sala lors de sa signature à Cardiff. — HO / NOTICIAS ARGENTINAS / AFP

L’affaire ne semble pas près de se régler. Nantes et Cardiff ont entamé depuis quelques semaines une bataille au sujet de l’indemnité de transfert d’Emiliano Sala, mort dans un accident d’avion alors qu’il venait de signer un contrat avec le club gallois, le 21 janvier dernier. Le FC Nantes a déposé un recours devant la Fifa fin février, afin d’obtenir de Cardiff le premier versement de 6 millions d’euros sur ce transfert de 17 millions au total.

Cardiff a jusqu’au 3 avril pour répondre à cette plainte. Mais selon les informations révélées par le Telegraph dimanche, le club gallois n’entend pas payer. Du tout. Il compte dire à la Fifa que le deal est « nul et non avenu », comme l’écrit le journal britannique. Quels sont les arguments du club ? En résumé, ce dernier estime que Sala n’était pas encore tout à fait son joueur. La Premier League avait retoqué le contrat signé le 18 janvier en raison du mode de règlement de la prime à la signature versée au joueur, non conforme à ses statuts.

Les Gallois avaient apporté les modifications nécessaires, mais la nouvelle version du contrat – celle qui aurait permis à Sala d’être effectivement un joueur de Cardiff et de jouer en championnat – devait être paraphée par l’Argentin le mardi 22 janvier, au lendemain du crash.

La Fifa devra trancher

Cardiff avance également qu’une clause, voulue par Nantes, n’a pas été respectée. Elle stipulait que la Fédération galloise et la LFP devaient confirmer aux deux clubs concernés que le joueur « avait bien été enregistré comme un joueur de Cardiff City FC et que le certificat international de transfert avait été délivré. » Une condition non remplie le 21 janvier au soir.

En conclusion, « l’accord entre Cardiff et Nantes était sujet à diverses conditions, et si l’une n’était pas remplie, le contrat était nul et le paiement non dû », a dit une source « une source proche de la Premier League » au Telegraph. Quel sera l’avis de la Fifa ? La Fédération internationale va étudier le cas à partir du 3 avril, une fois la réponse de Cardiff entre ses mains.