Euro 2018: L'épreuve, qui débute en France jeudi, fait-elle vraiment recette?

HAND FEMININ L'équipe de France jouera son tour préliminaire à Nancy puis son tour principal à Nantes...

David Phelippeau

— 

Le hall XXL de Nantes lors du mondial de hand masculin en 2017.
Le hall XXL de Nantes lors du mondial de hand masculin en 2017. — Coudert/Sportsvision/SIPA
  • A ce jour 125.000 billets à l’échelle des cinq sites et sur toute la compétition, soit 75 % des objectifs des organisateurs.
  • L'équipe de France devrait jouer tous ses matchs à guichets fermés.
  • Le Hall XXL de Nantes attend avec impatience les Bleues pour le tour principal.

La France va-t-elle s’intéresser au gratin du hand féminin européen ? Jeudi soir, les Tricolores donnent le coup d’envoi de l’Euro 2018 contre la Russie à Nancy. Quatre autres sites ont été retenus pour l’épreuve : Montbéliard (tour préliminaire), Brest (tour préliminaire), Nantes (tour préliminaire et tour principal) et Paris (tour principal et phase finale). La billetterie bat-elle son plein à quelques heures de la compétition ? Peut-on s’attendre à des salles vides, hors équipe de France ?

Des organisateurs « plutôt satisfaits »

A quelques heures du coup d’envoi, combien de billets ont été écoulés ? « Nous avons vendu à ce jour 125.000 billets à l’échelle des cinq sites et sur toute la compétition, auxquels il faut ajouter 20.000 tickets dus par contrat à des partenaires notamment à la Fédération européenne, explique Alexandre Ferracci, directeur général du Comité d’Organisation de l’EHF Euro 2018. Quand on a construit notre budget et notre modèle prévisionnel de l’opération, notre objectif de vente a été fixé à 165.000 billets, ce qui représente 70 % de remplissage des salles ou de la totalité des billets qu’on a à vendre. A ce jour, on a réalisé 75 % de notre objectif. On est plutôt satisfaits. »

Les affluences prévues ne sont pas si mal que ça sur le premier tour, mais les jauges bien moins importantes qu’à Nantes et bien sûr à Paris poussent à relativiser. « Sur Brest [3.520 places] par exemple, qui accueille un tour préliminaire, deux matchs sont à plus de 90 % de remplissage, dont un sans aucun doute à guichets fermés avant le début de la compétition. » Le Palais des sports Jean-Weille à Nancy (5.220 places), lui, va faire le plein lors du tour préliminaire, la présence de l’équipe de France n’y est évidemment pas étrangère.

Les Bleues ne seront pas seules

La formation d’Olivier Krumbholz jouera à Nancy son tour préliminaire (contre la Russie, le Monténégro et Slovénie) et à Nantes, son tour principal. Et l’engouement autour des Bleues ne se dément pas. « Elle le mérite, estime Alexandre Ferracci. L’Euro est la compétition la plus relevée… La France est tout de même championne du monde et vice-championne olympique. Elle joue pour la première de son histoire à domicile. »

Très peu de matchs de la Nantaise Camille Ayglon et ses partenaires ne devraient pas faire le plein. L’AccorHotels Arena à Paris, qui accueillera la finale le dimanche 16 décembre à 17h30, est d’ores déjà rempli à 92 %. Avec les Bleues ? C’est ce que beaucoup de passionnés de hand doivent imaginer vu le taux de remplissage de l’ultime rencontre…

Nantes, un site particulier

Pour l’Euro 2018, le Hall XXL de la Beaujoire va reprendre sa configuration hand, avec une jauge de 8.500 places. Nantes va accueillir le tour préliminaire avec la Serbie, la Suède, la Pologne et le Danemark (groupe A), puis le tour principal où les trois premiers de cette poule affronteront les trois premiers de la poule des Bleues. « La spécificité de Nantes, c’est que la ville va accueillir l’équipe de France pour son tour principal, mais le format de compétition de cet Euro fait qu’on ne saura qu’à l’issue du tour préliminaire à quelle date joue l’équipe de France ici… » 36.000 tickets ont été vendus sur ce site. La billetterie pourrait donc s’emballer quand la France sera qualifiée et quand on connaîtra le détail de ses matchs.

En attendant, les matchs du tour préliminaire peinent à attirer du monde. Alexandre Ferracci le concède : « Ce sont ces matchs-là qu’on a le plus de mal à remplir. La jauge nantaise est trop importante [8.500] sans le pays hôte sans doute. » On pourrait retrouver 2.500 personnes maximum pour les affiches entre la Pologne, la Serbie, la Suède et le Danemark. « Ce n’est pas si mal, mais à l’échelle de la jauge ce n’est pas beaucoup. » L’engouement est presque plus palpable chez les journalistes. « On a une centaine d’accréditations pour les quatre nations », conclut Tania Michaud, directrice du site de Nantes.

Pour acheter des billets : billetterie@ehfeuro2018.fr, tarifs à partir de 5 euros et 65 % des matchs sont accessibles à moins de 8 euros