VIDEO. Route du Rhum: Challenge «98 secondes pour l'éternité», les voiliers de 1978 prennent la mer et rejouent la course

VOILE Trois bateaux vont concourir dans des conditions similaires à l’édition légendaire de 1978. Le vainqueur Mike Birch avait devancé Michel Malinovsky de 98 secondes…

Camille Allain

— 

Lors de la première Route du Rhum en 1978, Mike Birch sur son petit trimaran jaune double Michel Malinovsky et son voilier au large de la Guadeloupe. Et l'emporte pour 98 secondes.
Lors de la première Route du Rhum en 1978, Mike Birch sur son petit trimaran jaune double Michel Malinovsky et son voilier au large de la Guadeloupe. Et l'emporte pour 98 secondes. — AFP
  • Pour ses 40 ans, la Route du Rhum va célébrer la victoire épique de 1978 obtenue par le Canadien Mike Birch, arrivé 98 secondes devant Michel Malinovsky.
  • Le bateau du Français et trois répliques du trimaran jaune de Birch vont prendre le départ dimanche à Saint-Malo.
  • Les skippers vont naviguer dans des conditions proches de celles de 1978 sans GPS ni radar.

« A 250 mètres de la ligne d’arrivée, je double le long cigare flottant de Michel Malinovsky avec ma petite libellule jaune pour l'emporter de 98 secondes​ après 23 jours de traversée de l’Atlantique. » Ce 28 novembre 1978, le Canadien Mike Birch écrit la première page de l’histoire de la Route du Rhum. Marquée par la disparition d’Alain Colas sur Manureva, la première édition de la course transatlantique sera « rejouée » cette année à l’occasion des 40 ans de l’épreuve.

A travers le challenge « 98 secondes pour l’éternité », le monocoque Kriter V, battu dans les derniers miles menant à Pointe-à-Pitre, sera opposé à deux répliques du petit trimaran jaune Olympus Photo, qui avait permis à Mike Birch de l’emporter sur le fil. L’original de cette série de quatre trimarans, baptisée A capella, a coulé en 1980 lors de son retour en Europe.

« On fait le même parcours »

A la barre, Bob Escoffier, Charlie Capelle et François Corre s’affronteront sur des bateaux à des années-lumière des bolides de la catégorie Ultime. « Avec nos bateaux historiques, on a du mal à descendre sous les 20 jours mais on fait le même parcours qu’eux », déclarait Charlie Capelle au Télégramme. Celui qui va naviguer sur un trimaran de 12 mètres estime qu’il « est important que les plus jeunes connaissent cette histoire-là, celle des 98 secondes. Si nous en sommes là aujourd’hui, on le doit à des marins comme Mike Birch ».

Loïck Peyron, ici devant Happy, le trimaran avec lequel il va prendre le départ de la Route du Rhum. Il s'agit d'une réplique du bateau Olympus Photo avec lequel Mike Birch a gagné la première édition en 1978.
Loïck Peyron, ici devant Happy, le trimaran avec lequel il va prendre le départ de la Route du Rhum. Il s'agit d'une réplique du bateau Olympus Photo avec lequel Mike Birch a gagné la première édition en 1978. - SIPA

Dimanche, une troisième copie du trimaran jaune sera sur l’eau, barrée par l’expérimenté Loïck Peyron. S’il n’a pas souhaité prendre part au challenge « 98 secondes pour l’éternité », le skipper du Pouliguen (Loire-Atlantique) dirigera son petit bateau de 12 mètres Happy dans les conditions de l’époque. Sans GPS, ni radar, Peyron naviguera « à l’ancienne », équipé d’un sextant, d’une boussole et d’une carte. « C’est une façon de rendre hommage à tous ces gens grâce à qui on est là aujourd’hui et montrer qu’il y a plein de manières de s’exprimer sur l’eau », justifie le skipper.

La 11e édition de la Route du Rhum partira dimanche de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) pour rejoindre Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe. Les premiers navigateurs pourraient arriver sept jours plus tard. Les héritiers de 1978 mettront trois fois plus de temps. « On est le seul moyen de transport inventé par l’homme qui va trois fois plus vite aujourd’hui qu’il y a 40 ans. Pas un avion, pas une voiture, pas un porte-avions ne va trois fois plus vite qu’autrefois », poursuit le vainqueur de la Route du Rhum en 2014.