VIDEO. Bretagne: Le mythique Pen-Duick d’Eric Tabarly cherche des fonds pour être retapé

VOILE Le montant de la restauration du bateau est estimé à 650.000 euros...

Jérôme Gicquel

— 

Eric Tabarly à bord du Pen-Duick en 1990.
Eric Tabarly à bord du Pen-Duick en 1990. — Nicolas Tavernier / Sipa
  • La famille du marin disparu recherche des fonds pour réparer le Pen-Duick.
  • Pour financer une partie des travaux, estimés à 650.000 euros, elle a lancé un appel au financement participatif.
  • Le bateau sera exposé au public pour la prochaine Route du Rhum.

Il faut sauver le Pen-Duick, le bateau légendaire d’Eric Tabarly. Premier du nom, le voilier, né en 1898, se trouve actuellement dans un sale état au chantier du Guip à Brest. Sa charpente en bois et sa coque en polyester sont endommagées et le Pen-Duick n’est plus en capacité de naviguer. Pour lui permettre de reprendre la mer et retrouver son lustre d’antan, un vaste chantier de restauration vient d’être engagé. Mais tout cela a un coût, chiffré à 650.000 euros.

La région Bretagne, la Direction régionale des affaires culturelles et le département du Morbihan se sont déjà engagés à financer 70 % du montant total des travaux. Reste donc à trouver 250.000 euros pour l’association Pen-Duick, présidée par Jacqueline Tabarly, la veuve du marin.

Pour l’aider dans sa tâche, elle vient de lancer un appel aux dons auprès des particuliers et des entreprises sur la campagne de financement participatif Gwenneg. En contrepartie de leur aide, les mécènes recevront en contrepartie des pièces provenant du Pen-Duick. « Entretenons la légende », clame l’association Pen-Duick.

Un bateau classé au titre des monuments historiques

Ce n’est pas la première fois que le Pen-Duick va passer sur la table d’opération. Racheté par Eric Tabarly à son père en 1952, le voilier a déjà été sauvé une première fois en 1958. Une coque en polyester avait alors remplacé la coque en bois, jugée irréparable. Eric Tabarly a ensuite navigué avec sur les mers du monde. Fatigué par ces voyages et les intempéries qui en découlent, le bateau a subi une nouvelle intervention en 1983. Pendant six ans, le Pen-Duick a été bichonné dans un chantier de Saint-Malo avant d’enfin reprendre la mer en 1989.

Depuis la disparition du marin, le Pen-Duick appartient à sa famille, qui espère avec cette collecte de fonds prolonger la légende de ce bateau, classé au titre des monuments historiques en 2016. Avant d’envisager un jour reprendre la mer, le bateau sera exposé sur le village officiel de la Route du Rhum du 24 octobre au 4 novembre à Saint-Malo.