FC Nantes: Les supporters des Canaris aux abonnés absents pour la saison 2018-2019

FOOTBALL Le club a dévoilé ce mercredi le nombre des abonnés, il est l’un des pires de ces 20 dernières années en L1…

David Phelippeau

— 

Des supporters nantais.
Des supporters nantais. — GUILLAUME SOUVANT / AFP
  • Le FC Nantes ne comptera que 7.141 abonnés cette saison.
  • Un chiffre qui s'explique avant tout par des résultats sportifs incertains et une absence de spectacle la saison dernière.
  • C'est le pire chiffre depuis le début des années 2000 pour le club nantais.

L’érosion ne s’arrête plus. On savait que le nombre d’abonnés était largement à la baisse, le FC Nantes a confirmé la tendance ce mercredi soir. Le club comptera 7.141 abonnés contre 8.173 la saison dernière, 8.900 en 2016-2017 et 10.100 en 2015-2016. Un mauvais chiffre qui se ressent dans les deux dernières affluences à la Beaujoire (moins de 20.000 spectateurs pour Caen et Reims)

« C’est le nombre d’abonnés le plus mauvais depuis la remontée en L1 [2013], ce n’est pas un résultat satisfaisant, concède Benoît Guillou, responsable de la billetterie. On espérait un peu plus. » Au début des années 2000 (titre de champion de France de 2001), le FCN pouvait se targuer d’avoir près de 15.000 abonnés.

Les raisons de cette baisse flagrante

« Un abonnement est un achat plus engageant qu’un simple billet », précise d’emblée Benoît Guillou. Des explications néanmoins à cette érosion permanente ? « L’horaire et la programmation des matchs n’incitent pas à s’abonner : la saison dernière, le match de Rennes s’était joué un vendredi à 19h. Mardi, Nantes-Nice se jouera à 19 h. Par ailleurs, l’absence de visibilité sur le calendrier nous handicape. C’est un frein pour les gens. » Les résultats sportifs irréguliers et l’absence de beau jeu (et de buts) sont forcément une explication. « Il y a le côté sportif évidemment, corrobore le responsable de la billetterie. On n’a pas vécu une grande année en termes de spectacle la saison dernière. » Il n’y a manifestement pas eu d’effet Cardoso, malgré un joli discours sur le jeu lors de sa présentation et de jolies promesses lors de la première mi-temps des Canaris contre Monaco (1-3) en août.

Et dernier argument : « La concurrence du HBC Nantes [club de hand] qui a des très bons résultats et qui remplit sa salle, et c’est tant mieux pour eux. »

Un nombre bien inférieur comparé aux autres de L1

Et en Ligue1, ça donne quoi ? Face aux 7.141 abonnés nantais, Bordeaux en compte 10.600. Quasiment le même chiffre à Caen. Saint-Etienne en comptabilise presque le double (14.010). Un peu plus de 20.000 à Lille. 35.000 à Marseille. Le chiffre le plus déprimant pour la direction du FCN nous vient de Strasbourg avec 19.187 abonnés (soit 4.000 de plus que la saison dernière).

La baisse la plus importante d’abonnés… en Loire

C’est en tribune Loire que la baisse des abonnés est la plus significative. « Il y a le contexte [sous-entendu extrasportif avec notamment les différentes interdictions de stade etc.] pas simple, explique Benoît Guillou. Et aussi le fait que c’est une "population" - de moyenne d’âge de 30 ans cette saison - plus jeune donc plus volatile. »

Le profil de l’abonné

Encore cette saison, c’est un homme (88 %), qui vient de Loire-Atlantique (82 %). Il y a 21 % de Nantais parmi les fans fidèles, 8 % de Vendéens. L’abonné a 39 ans en moyenne (46 ans en Océane et 30 ans en Loire).

Le club a décidé de « choyer » l’abonné

Ce mercredi soir, à la Beaujoire, les abonnés (un peu plus de 3.000) ont eu le privilège d’assister à la présentation de l’effectif et à un entraînement. « Quand je suis arrivé au club il y a un peu plus d’un an, je trouvais qu’il y avait pas mal de choses faites pour les abonnés qui avaient été supprimées avec les descentes en L2 », explique Benoît Guillou. Cette saison, les abonnés ont par exemple un accès dédié au stade (pour éviter de faire la queue). « Pour nous, l’abonné a un statut particulier », conclut le salarié du FC Nantes.