XV de France: 20 ans, 2,02 m et un gros caractère... Voici Florian Verhaeghe, l'invité surprise face au Japon

RUGBY Le jeune deuxième ligne du Stade Toulousain est l’un des grands espoirs d’un rugby français en pleine tourmente. Il a été convoqué pour le test-match face au Japon…

Nicolas Stival

— 

Florian Verhaeghe, le deuxième ligne du Stade Toulousain, lors du match de l'équipe de France des moins de 20 ans en Italie, le 10 mars 2017.
Florian Verhaeghe, le deuxième ligne du Stade Toulousain, lors du match de l'équipe de France des moins de 20 ans en Italie, le 10 mars 2017. — M. Ciambelli / Sipa
  • Florian Verhaeghe a connu toutes les sélections de jeunes, avant de débarquer chez les grands Bleus.
  • Son profil de deuxième ligne dynamique colle aux standards du rugby actuel.

A peine onze matchs en pro sous les couleurs du Stade Toulousain depuis le mois de mai, et déjà une convocation avec le XV de France. Après une prestation remarquée au sein des Barbarians français face aux Maoris All Blacks (19-15), le deuxième ligne Florian Verhaeghe (20 ans) a été retenu par Guy Novès dans sa liste de 30 joueurs pour le dernier test de l’automne face au Japon, samedi à Nanterre. Les 23 éléments qui figureront sur la feuille de match seront connus ce jeudi.

Mais d’ores et déjà, le grand Verhaeghe (2,02 m) a damé le pion à son expérimenté coéquipier de club Yoann Maestri (29 ans, 59 sélections). Son ancien manager chez les moins de 20 ans, Thomas Lièvremont, suit avec attention et affection sa progression.

Un profil de premier de la classe. Le parcours de Verhaeghe, c’est un peu « Itinéraire d’un enfant gâté ». International dans toutes les catégories de jeunes, champion d'Europe des moins de 18 ans en 2015, l’enfant du Nord, arrivé à quatre ans à Montauban, était encore au printemps le capitaine des U20 français.

Florian Verhaeghe lors du match du Tournoi des VI Nations des moins de 20 ans contre l'Angleterre, le 4 février 2017 à Exeter.
Florian Verhaeghe lors du match du Tournoi des VI Nations des moins de 20 ans contre l'Angleterre, le 4 février 2017 à Exeter. - PPAUK / Rex Shutterstock / Sipa

« Il était respecté de tous mais il était aussi bien épaulé par des garçons comme Baptiste Couilloud [Lyon], Arthur Coville [Stade Français] ou bien «Toto» Dupont [Stade Toulousain] l’année précédente, lorsque Florian était surclassé, assène Thomas Lièvremont, par ailleurs consultant sur Canal +. Cela va vite pour lui. Mais on sent qu’il y a besoin d’une vague de jeunesse et de fraîcheur en équipe de France. Il doit en profiter. »

>> A lire aussi : Voici pourquoi les Bleus doivent vraiment se méfier du Japon

Maître des airs, mais pas seulement. « Florian, c’est quelqu’un d’ambitieux, de travailleur et à l’écoute, poursuit Lièvremont. Il va y arriver. » De par sa taille, le jeu aérien est « sa spécialité », reconnaît le technicien. Mais pas que…

« Dans le rugby moderne, on voit beaucoup de deuxième ligne plutôt longilignes, coureurs, forts dans les déplacements. Il a ces capacités-là. Il est aussi très bon pour gagner ses duels et, pour sa taille, il a une très bonne technique d’appui. C’est également un très bon pousseur, malgré son poids tout relatif. »

Une énergie à canaliser. Justement, avec ses 105 kg, Verhaeghe fait figure de poids léger à son poste. « Il va se densifier, mais ce ne sera jamais Bakkies Botha [l’ancien Golgoth sud-africain de Toulon], sourit Lièvremont. Il manque encore parfois de lucidité, car il court beaucoup, il est très généreux. il se concentre beaucoup sur le rôle ingrat de sécuriser le ballon, parfois à tort. C’est aussi un sanguin. Il a du caractère, ce n’est pas un agneau. Ce n’est pas un défaut, mais il faut qu’il fasse attention, qu’il se canalise. »

>> A lire aussi : Avec un XV de France en lambeau, comment Guy Novès peut-il encore avoir la «positive attitude»?

Au sein d’un XV de France en pleine déconfiture après les défaites face aux All Blacks et aux Springboks, le Toulousain a toutefois une belle carte à jouer, malgré ses défauts de jeunesse,.