Facebook: Avec GlobalCoin, le réseau social devrait lancer sa cryptomonnaie en 2020

MONNAIE VIRTUELLE Cette monnaie virtuelle bon marché et sécurisée permettrait au géant californien de développer son activité de vente en ligne sans dépendre des banques et autres intermédiaires

20 Minutes avec agence

— 

Facebook pourrait lancer sa cryptomonnaie en 2020 (illustration).
Facebook pourrait lancer sa cryptomonnaie en 2020 (illustration). — Richard Drew/AP/SIPA

Facebook serait en train de finaliser le prochain lancement de sa propre monnaie virtuelle, le GlobalCoin, dans environ douze pays. La cryptomonnaie du géant américain devrait arriver en 2020 après des tests menés d’ici la fin de cette année, croit savoir la BBC, qui a révélé l’information ce vendredi. La firme de Mark Zuckerberg devrait communiquer davantage d’informations sur le sujet au cours de l’été.

Facebook vise le secteur de la vente en ligne

Le GlobalCoin serait proposé à l’ensemble des utilisateurs de Facebook, qu’ils possèdent ou non un compte bancaire. Il s’agirait d’un système bon marché et sécurisé qui permettrait au réseau social de prendre de l’importance dans le secteur de la vente en ligne, une des volontés affichées du groupe.

Avec sa cryptomonnaie, le groupe n’aurait pas à dépendre des banques pour mettre en place des fonctionnalités de vente et d’achats comme celles qui se multiplient depuis peu sur Facebook ou Instagram, autre plateforme de l’entreprise.

Une lettre ouverte du Sénat américain

S’il arrange les affaires de Facebook, le Globalcoin est loin de rassurer les autorités. Le Sénat américain a d’ailleurs écrit une lettre ouverte à Mark Zuckerberg au début du mois pour lui demander de s’exprimer sur les mesures prises pour protéger les données personnelles des utilisateurs de la future monnaie.

Facebook avait déjà tenté l’aventure de la monnaie virtuelle il y a une dizaine d’années avec ses « Facebook Credits », abandonnés au bout de deux ans. « Les gens normaux ne veulent pas avoir affaire à une monnaie dont le cours n’arrête pas de monter et descendre », estime l’expert en Blockchain David Gerard. Mark Zuckerberg a pourtant déjà entrepris des discussions avec les gouvernements, les banques centrales et les organismes régulateurs de plusieurs pays.