Appli de rencontre : Avez-vous vraiment plus de chance de trouver l’amour lors du « Love Sunday », le premier dimanche de janvier ?

DATING Le premier dimanche du mois de janvier, connu sous le nom de « Dating Sunday » ou « Love Sunday », est la journée record des inscriptions sur les applications de rencontre

H. B.

— 

Illustration d'un couple qui se donne la main.
Illustration d'un couple qui se donne la main. — Pixabay
  • Chaque année, le premier dimanche de l’année affole les compteurs d’audience des sites de rencontre.
  • Ce jour-là, les célibataires inscrits sur les plateformes seraient beaucoup plus actifs, et leur nombre doublerait même selon certaines applis.
  • Bonne résolution de l’année, pression sociale ou encore météo, plusieurs raisons expliquent cet engouement soudain à trouver l’âme sœur en ce début de nouvelle année.

Ils sont déjà dans les starting blocks… Comme chaque année, les célibataires de la France entière se préparent au traditionnel « dimanche de l’amour ». Le premier dimanche du mois de janvier, connu sous le nom de Dating Sunday ou Love Sunday, est la journée record des inscriptions sur les applis de rencontre et donc, « le » meilleur jour pour tenter de trouver l’âme sœur.

Ce jour-là, c’est-à-dire ce dimanche 3 janvier, le nombre de célibataires inscrits doublerait selon certaines applications de rencontre, et ceux déjà présents sur les plateformes seraient beaucoup plus actifs.

Un pic de fréquentation « entre 21 heures et 22 heures »

D’après les chiffres fournis par Meetic, les Français seraient en effet plus nombreux que d’habitude à chercher l’amour le premier dimanche de l’année, avec un pic de fréquentation « entre 21 heures et 22 heures ». L’an dernier, le dimanche 5 janvier 2020, les inscriptions auraient ainsi bondi de 57 %, affirme la plateforme. Les utilisateurs auraient également consulté plus de profils que d’habitude, et seraient beaucoup plus bavards puisqu’ils échangeraient ce jour-là plus de 60 % de messages supplémentaires, soit beaucoup plus que le jour de la Saint-Valentin par exemple.

Les autres applications de rencontre, comme Tinder notamment, font également le même constat. Cette journée marquerait le début d’une période de « six semaines d’audiences record » entre le dimanche 3 janvier et le 13 février (veille de la Saint-Valentin), nommée « la saison du swipe », explique Tinder. L’appli la plus populaire a même publié cette année une liste de tips (conseils) pour que ses membres profitent au mieux de la Golden Hour qui aura lieu ce dimanche soir de 21 heures à 22 heures.

Pourquoi un tel engouement ce jour-là ?

Plusieurs raisons expliquent cet engouement soudain à trouver l’âme sœur en ce début de nouvelle année. Pour nombre de célibataires, il s’agit d’abord de cocher la première case « des bonnes résolutions de l’année ». C’est le cas de Magali, qui après une année difficile – entre confinement et restrictions en tout genre – a décidé de reprendre sa vie en main. « Certains décident de se mettre au sport, d’autres souhaitent réaliser des projets professionnels importants. Moi mon objectif en ce début d’année, c’est juste de me trouver un compagnon », explique la jeune femme, très active sur les réseaux sociaux, et qui avoue souvent consulter les sites de rencontre en cette période de l’année.

Le pic de fréquentation enregistré lors du Love Sunday s’expliquerait aussi par un phénomène de pression sociale. Le Noël passé en famille – et les injonctions à être en couple [« Pourquoi es-tu encore célibataire à ton âge ? » ou encore « Quand est-ce que tu nous présentes quelqu’un »] – ne seraient pas étrangers à cette volonté de trouver un partenaire à ce moment-là. « Après le repas de Noël avec tata Nicole qui nous a rappelé pour la énième fois notre célibat, on est bien décidé à changer ça », expliquait l’an dernier à 20 Minutes Clémentine Lalande, CEO de Once, une appli de rencontre spécialisé dans le slow dating.

Mais cette affluence lors du premier dimanche de janvier – et d’une manière générale la forte activité entre Noël et la Saint-Valentin – s'expliquerait surtour par un effet de saisonnalité, avancent la plupart des sites et applications de rencontre. Comme il fait froid, les gens sortent moins de chez eux, font moins de rencontres et vont donc plus volontiers swiper sur leur smartphone. Reste à savoir si la crise sanitaire et les confinements passés (et à venir) ne vont pas bousculer davantage cette année les habitudes des célibataires…