Comment réussir à tenir ses bonnes résolutions

CONSEILS « 20 Minutes » vous donne les clés pour enfin tenir vos résolutions de la nouvelle année…

Anissa Boumediene
— 
Faire du sport et rencontrer l'amour sont au top des bonnes résolutions des internautes pour 2015.
Faire du sport et rencontrer l'amour sont au top des bonnes résolutions des internautes pour 2015. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/

Perdre du poids, arrêter de fumer et reprendre le sport. Vous les avez reconnues, vous les avez même sans doute déjà prises : les bonnes résolutions, incontournables à chaque 1er janvier. Mais comme un message de Mission Impossible qui s’autodétruit dans les cinq secondes, nos bonnes résolutions ne font généralement pas long feu. Pas de panique, 20 Minutes est là pour vous donner les clés de la réussite.

Bien choisir ses résolutions

« Souvent, on ne tient pas ses bonnes résolutions parce qu’elles ne nous correspondent pas, elles sont induites par l’extérieur, par des diktats sociaux », analyse Michelle Jean-Baptiste, auteure de Mes bonnes résolutions en action (Fortuna éd.). « La première étape, c’est de bien les choisir », préconise-t-elle. Etre heureux, reprendre le sport, maigrir, rien de cela ne constitue une bonne résolution.

« On a tendance à formuler des souhaits, des contrefaçons de résolutions, trop floues, avertit Michelle Jean-Baptiste. Or il faut se fixer des objectifs clairs et précis ». Pour y parvenir, il faut penser « S.M.A.R.T. : simple, mesurable, ambitieux, réaliste et temporel », précise l’auteure. Inutile donc de prendre un million de bonnes résolutions vouées à l’échec, le monde appartient à ceux qui en prennent avec parcimonie. « Pas plus de trois, qu’on place sur un podium. Celle qu’on fera en premier, puis l’autre que l’on commencera ensuite et la dernière. Sinon on ne tient pas », prévient-elle.

Se fixer des objectifs réalistes

Rentrer à nouveau dans le jean de ses 20 ans ou se transformer en marathonien quand on prend la voiture pour aller acheter sa baguette, ça demande du temps. Pour tenir ses bonnes résolutions, « il faut se fixer des objectifs réalistes et accepter qu’on n’y parviendra pas en quelques jours, recommande Michelle Jean-Baptiste. On ne doit pas décider qu’on va devenir un grand athlète, mais qu’on va aller à la piscine tous les lundis par exemple ».

Il faut aussi arrêter de vouloir tout, tout de suite. Non, ce n’est pas possible de perdre 12 kilos en trois semaines ni de courir 10 kilomètres d’un coup quand on s’initie au running. « Nous prenons de bonnes résolutions pour aller de l’avant et nous épanouir. Il ne faut pas que ce soit un chemin de croix. Si c’est trop dur, on ne tient pas », explique-t-elle.

Déculpabiliser et se féliciter

Craquer sur le plateau de fromages, manquer une séance de sport ou fumer une cigarette : personne n’est à l’abri d’un (ou plusieurs) écart(s) en cours de route. De quoi faire grimper le stress et dégringoler son estime de soi. Le mot d’ordre : ne pas culpabiliser. « On a trop tendance à se focaliser sur ce qui ne va pas, à se comparer aux autres, mais c’est contre-productif de se flageller. Après tout c’est en tombant qu’on apprend à marcher », rappelle Michelle Jean-Baptiste.

Et puisque le chemin qu’on parcourt compte tout autant que le résultat, il ne faut pas oublier de « se féliciter à chaque fois qu’on accomplit une étape dans ses bonnes résolutions, apprécier ses progrès », conseille la spécialiste. Vous n’avez fait que deux tours du lac au lieu de dix ? Félicitez-vous d’en avoir fait un de plus que la fois précédente !