Sonos Arc : La nouvelle barre de son donne-t-elle les mêmes sensations chez soi qu’au cinéma ?

HOME CINEMA Dédiée aux grands écrans, la nouvelle barre de son Sonos Arc possède bien des atouts pour qui ne voudraient pas retourner tout de suite au cinéma, mais elle mériterait de se voir greffer caisson de basses et enceintes surround pour livrer tout son potentiel

Christophe Séfrin

— 

La barre de son Sonos Arc nous fait son cinéma — 20 Minutes
  • Les salles de cinéma ont rouvert le 22 juin après 100 jours de confinement.
  • Les cinéphiles encore frileux à l’idée de s’enfermer dans une salle obscure peuvent déjà profiter de la puissance et de la qualité sonore de la nouvelle barre Sonos Arc.
  • Lancé à 899 euros, l’appareil est à réserver aux écrans d’au moins 55 pouces et son achat doit être considéré dans le cadre d’une installation évolutive.

Attention, frissons. La nouvelle barre de son Arc de Sonos risque de vous en mettre plein les oreilles. Lancée en plein confinement, l’appareil, vendu quand même 899 euros, se dédie à celles et ceux qui lorgnent sur un système home cinéma à la fois puissant et à la page.

Si un retour dans les salles de cinéma ne vous tente pas encore… tout de suite, cette soundbar peut constituer l’instrument d’une bonne cinéphilie distanciée.

Pour les téléviseurs d’au moins 55 pouces

La Sonos Arc n’est pas la première barre de son du constructeur américain. Exit la PlayBar ou encore la PlayBase qui l’avaient précédée dans les chaumières. Sonos conserve encore à son catalogue la barre de son Sonos Beam, mais celle-ci est plutôt à réserver aux petits téléviseurs dans de petits intérieurs.

La barre de son Sonos Beam, à réserver aux plus petits téléviseurs.
La barre de son Sonos Beam, à réserver aux plus petits téléviseurs. - SONOS

Avec sa dimension d' 1,14 mètre de long, l’Arc, vendue 899 euros, voit grand. Pour nos essais, nous l’avons placée au pied d’un téléviseur de 49’’/124 cm. Las ! L’Arc « dépasse » sur les côtés… et masque légèrement le bas de l’écran avec ses 9 cm de hauteur. De fait, son usage va plutôt s’adapter aux écrans d’au moins 55’’/140 cm. A noter qu’il est aussi possible de l’accrocher au mur. Les branchements, eux, prennent 5 minutes. Ne disposant que d’une prise alimentation, d’un port HDMI eARC et d’un port Ethernet, la barre de son impose néanmoins l’utilisation de la nouvelle application du constructeur (Sonos S2) pour être installée.

La Sonos Arc peut être imposante posée devant un écran.
La Sonos Arc peut être imposante posée devant un écran. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Pour un meilleur rendu sonore, le système de calibration Sonos dit TruePlay est convoqué : avant un premier usage, il est ainsi nécessaire de se balader durant une minute avec son smartphone au bout du bras dans la pièce où la barre est installée. Celle-ci émet des sons, le micro du smartphone les analyse et permet ainsi de mieux jauger l’espace à sonoriser. Bémol : ce réglage affiné n’est possible que pour les utilisateurs d’iOS, TruePlay ne faisant pas partie du monde Android…

Google Assistant et Alexa jouent les télécommandes

Pas de télécommande à bord. Outre trois touches tactiles sur le dessus de l’appareil (Play/Pause et Volume +/-), c’est le smartphone de l’utilisateur qui pilote la machinerie. La nouvelle application Sonos S2 ressemble à la précédente mouture, en plus jolie. Mais pas de changement fondamental à signaler. Lorsque l’on regarde la télévision, le son passe instantanément par l’Arc et l’on peut en moduler le volume, mais aussi renforcer les voix ou passer en mode Nuit. Cette fonction a pour effet d’atténuer la masse des basses et d’éclaircir les dialogues afin de ne pas incommoder les voisins. Pratique en appartement…

Sur les téléviseurs disposant d’une prise HDMI Arc, le réglage du volume est automatiquement intégré aux fonctions de la classique télécommande de l’écran. Alternative : la commande vocale, à l’aide de Google Assistant ou Alexa d’Amazon. Il faut un peu fouiller dans l’application pour accéder à ce type de paramétrage. Attention, les fonctions des commandes vocales restent limitées (allumer la télévision, monter et baisser le son…). Pour appeler un programme en particulier, une clé Chromecast de Google ou le Fire Stick TV d’Amazon doivent être installés en complément.

Un subwoofer à ajouter au générique

Compatible avec les flux Dolby (dont le Dolby Atmos si vous possédez un téléviseur avec une connectique eARC), la Sonos Arc emplit littéralement l’espace. Testé durant 15 jours avec films et séries, la barre de son participe au spectacle. Rien à voir, évidemment, avec la communion proposée par une salle de cinéma. L’image sonore de l’Arc est large, certes, mais reste assez frontale. Equipée de trois tweeters en façade et de huit haut-parleurs (dont deux sur les côtés et deux orientés vers le haut pour le Dolby Atmos), l’Arc ne déçoit pas.

Un câble pour l'alimentation et un câble HDMI pour le téléviseur.
Un câble pour l'alimentation et un câble HDMI pour le téléviseur. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Le son produit manque forcément des sensations d’enveloppement que seules des enceintes arrières pourraient apporter. Pareillement, nous avons trouvé que même si l’équilibre sonore de la barre de son était juste et bien dosé, des basses venaient parfois à lui manquer. Un subwoofer s’imposera donc aussi pour les cinéphiles les plus exigeants. Cela tombe bien, la panoplie d’enceintes Sonos permet à l’Arc d’être évolutive et de lancer ses flèches à destination du caisson de basse maison (le Sub, vendu 799 euros) ou d’un pack de deux enceintes que l’on pourra placer à l’arrière du canapé (les One, vendues 229 euros l’unité). Reste qu’au final, la note peut considérablement s’alourdir : 899 + 799 + 229 + 229 = 2.156 euros pour un ensemble complet !

Pas de Bluetooth pour la musique

Téléviseur éteint, nous avons enfin longuement profité de la Sonos Arc pour écouter de la musique. Toujours fermé à l’idée d’intégrer du Bluetooth dans ses produits (à part sur son enceinte nomade Move), Sonos impose donc le passage par le Wifi et son application Sonos S2 pour lire des morceaux. A travers Sonos S2, il est possible d’accéder à l’ensemble des plateformes de streaming, à TuneIn pour les radios, mais aussi à la nouvelle offre Sonos radio (gratuite et apparue durant le confinement).

L'application Sonos intègre la plupart des sites de streaming musicaux.
L'application Sonos intègre la plupart des sites de streaming musicaux. - SONOS

Celle-ci propose stations thématiques et accès aux webradios. La carte maîtresse de Sonos reste néanmoins le multiroom : selon son équipement, il est possible d’écouter telle playlist dans telle pièce, telle radio dans telle autre, etc. Il est même possible d’adresser la piste sonore de la Sonos Arc dans une autre pièce (pour « écouter » le journal de 20 heures dans sa salle de bains, éventuellement…). Et nouveauté de l’application : la création de groupes de pièces, comme pour ne sonoriser qu’une partie de son château (aile ouest ; donjon…), ou, plus sérieusement, un étage ou un autre dans une maison.

Point d’ancrage d’une installation Sonos chez soi ou brique supplémentaire à l’édification d’une installation évolutive, la Sonos Arc reste assurément un bon produit, mais un produit qui, seul, n’offre pas tout son potentiel.