Test de la Sonos Beam : Toute petite, cette barre de son intelligente envoie du lourd

AUDIO Avec sa Beam, Sonos a lancé cette semaine la toute première barre de son avec assistant vocal intégré. «20 Minutes» a monté le son pour la tester…

Christophe Séfrin

— 

La barre de son Sonos Beam, lancée à 449 euros.
La barre de son Sonos Beam, lancée à 449 euros. — SONOS
  • Sonos lance la Beam, une nouvelle barre de son vendue 449 euros et supposée idéale pour tous les salons.
  • Compacte et simple d’emploi, elle délivre un son très musclé et fort en basses, même sans subwoofer.
  • Compatible avec tous les services de musique en streaming, Beam est compatible avec Alexa et SIRI. Google Assistant devrait l’intégrer en fin d’année.

Et un, et deux, et trois ! Troisième barre de son estampillée Sonos (après la Playbase et Playbar), la Beam est disponible depuis le 17 juillet. Vendue 449 euros (un tarif presque démocratique pour le fabricant de systèmes son), elle se veut « compacte et intelligente ».

Compacte ? La Beam l’est à n’en point douter. Avec sa petite taille (65,1 cm de long, 10 cm de profondeur et 6,8 cm de hauteur), la barre de son disponible en noir ou blanc peut prétendre être posée devant n’importe quel téléviseur du marché. Il faudra cependant prendre soin de laisser accès aux quelques boutons tactiles disposés sur sa surface : VOL +/- et touches Skip. Intelligente, la Beam l’est d’abord par nature. A ce jour, elle est la seule barre de son du marché compatible avec l’ensemble des services musicaux en streaming.

La petite taille de la Beam lui permet une intégration discrète.
La petite taille de la Beam lui permet une intégration discrète. - SONOS

 

De Deezer à Tidal, en passant par Amazon Music, Apple Music et même Les Indés Radio, l’appareil n’a pas de religion, ce qui est pour le moins malin. Mais la Beam fait également preuve d’intelligence… artificielle, puisqu’elle embarque Alexa, la « concierge » zélée d’Amazon. Etant compatible avec la norme AirPlay2 d’Apple, on peut aussi convoquer à la voix SIRI, le bon génie de la marque à la pomme, et lui lancer du fond de son canapé : « Dis SIRI, joue ma playlist Eté 2018 ». Enfin, une future mise à jour permettra enfin à la barre de son d’intégrer Google Assistant. Totalement agnostique, on vous dit !

Du gros son, mais sans caisson

Mais par-delà sa fiche technique généreuse, que vaut Beam ? Après une bonne quinzaine de minutes nécessaires à son installation par le biais de l’application Sonos, la barre de son se révèle étonnamment puissante pour un appareil de si petite taille. Son tweeter et ses quatre woofers (deux en façade et deux latéraux orientés à 45° pour transmettre une image stéréo) occupent magnifiquement le terrain en délivrant un son musclé et détaillé.

>> A lire aussi : Enquête Sonos: 74% des hommes français préfèrent écouter de la musique que faire l'amour

En musique, la Beam en envoie. Même constat pour les films ou les jeux vidéo. Beam surprend d’ailleurs en offrant des basses très charpentées, alors que nous l’avons testée sans caisson de basses. Ce qui ne l’empêche pas de reproduire des dialogues très détaillés et présents que l’on peut même choisir de privilégier à travers l’application.

Associées à la Beam, deux enceintes One permettent de créer un son 5.0.
Associées à la Beam, deux enceintes One permettent de créer un son 5.0. - SONOS

 

Evidemment, le système est évolutif et l’on peut greffer à la barre de son des enceintes arrières, comme les One (458 euros la paire) ou les Play : 1 (358 euros la paire).

On se calme quand même deux secondes avec les assistants vocaux : pour l’heure, il reste impossible de demander à la Beam de lancer l’épisode de sa série préférée sur Netflix (mais ce sera possible lorsque Google Assistant sera dedans).

>> A lire aussi : VIDEO. Nous avons testé l’enceinte intelligente Echo d'Amazon et elle connaît la chanson

Beam, Bam, Boum ! Deux points faibles néanmoins : sur l’autel de la perfection acoustique, Sonos s’obstine à bannir le Bluetooth de ses produits. Un choix qui privilégie la transmission en Wifi, non compressée, mais quand même plus contraignante à l’usage. Et la Beam n’est pas compatible Dolby Atmos, ce qui semble pourtant devenir la norme sur ce type de produit…