Affaire Steve Maia Caniço: #SelonlIGPN, le hashtag sur Twitter pour dénoncer les violences policières

TWEETER Une partie de la population raille les conclusions du rapport de la police des polices concernant une intervention faite le soir de la disparition de Steve à Nantes

S.A

— 

Des affiches et messages pour Steve Caniço sur un bâtiment du quai Wilson à Nantes.
Des affiches et messages pour Steve Caniço sur un bâtiment du quai Wilson à Nantes. — SEBASTIEN SALOM GOMIS/SIPA

Au lendemain de l'identification du corps de Steve Maia Caniço, disparu le soir de la Fête de la musique à Nantes, les critiques pleuvent sur le rapport rendu par l'IGPN qui dédouane les forces de l’ordre dans la disparition du jeune homme de 24 ans. Sur Twitter, les internautes, armés du hashtag #SelonIGPN et des clichés aux légendes ironiques, dénoncent les violences policières qui sévissent en France.

« "#SelonlIGPN ces policiers attentionnés aident ce malheureux à retrouver son domicile », écrit par exemple un utilisateur du réseau social. « #SelonlIGPN, ces policiers pratiquent un massage relaxant à l’huile de Jojoba », peut-on également lire.

Steve Maia Caniço s'est volatisé dans la soirée du 21 au 22 juin aux alentours de 4h du matin, alors qu’il participait à une soirée techno quai Wilson, sur l’île de Nantes, avec des amis. La disparition du jeune animateur périscolaire avait coïncidé avec une intervention controversée des forces de l’ordre vers 4h30. Des échauffourées avaient éclaté entre participants et policiers, venus exiger l’arrêt de la musique. Plusieurs personnes avaient chuté dans la Loire et été repêchées. La fête s’était achevée dans la confusion. L’IGPN avait été saisie le 24 juin pour faire la lumière sur les opérations de maintien de l’ordre à Nantes, à l’occasion de la Fête de la musique.

Lundi, le corps du jeune homme a été retrouvé dans la Loire à Nantes au niveau du quai Ferrand non loin du quai Wilson, lieu de sa disparition. L’identité de Steve Maia Caniço a été confirmée hier matin. Dans l’après-midi, le Premier ministre Edouard Philippe et son ministre de l’Intérieur Christophe Castaner ont présenté les conclusions du rapport de l’IGPN sur cette intervention. « Selon l’IGPN, il ne peut être établi de lien entre la disparition de Steve Maia Caniço et l’intervention de la police », a déclaré le chef du gouvernement. Si le rapport entier n’a pas été rendu public, une synthèse de 10 pages a été transmise à la presse.

Une intervention « justifiée »

Selon la police des polices, l''intervention des forces de l’ordre à Nantes lors de la Fête de la musique, en riposte à de « très nombreux jets de projectiles », « était justifiée et n’est pas apparue disproportionnée ». Selon le rapport de l’IGPN, il n’y a pas eu de « charge » de la police. A Nantes, c’était « une avancée avec une possibilité pour les gens de passer sur le côté puisqu’on a même des images de personnes filmant les policiers de dos », explique-t-il. « Il n’y a pas à remettre en cause l’intervention collective des forces de l’ordre », estime l’IGPN.

Des conclusions loin d’être satisfaisantes. La maire de Nantes, Johanna Rolland (PS), a estimé mardi soir « troublant et inquiétant » que l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) ne soit pas « en mesure de dire ce qui s’est passé dans la nuit du 21 au 22 juin dernier sur le quai Wilson à Nantes » après cinq semaines d’enquête. D’autres élus ont réclamé que la vérité soit faite sur la mort du jeune homme.

Entre colère et lassitude, sur Twitter, les internautes ont fait le choix de s’attaquer aux dérives des forces de l’ordre et se montrer plus bruyant que le silencieux ministre de l’Intérieur face à la presse.