Top 14 : « Plaisir », grand frère… Le « dernier beau challenge » de François Trinh-Duc à l’UBB

RUGBY A 34 ans, l’ancien demi d’ouverture du XV de France a rejoint les bords de la Garonne cet été

Clément Carpentier
— 
François Trinh-Duc a rejoint l'UBB cette saison.
François Trinh-Duc a rejoint l'UBB cette saison. — UBB
  • François Trinh-Duc a décidé de s’offrir une dernière aventure en signant cette saison à l’Union Bordeaux-Bègles
  • L’ouvreur a retrouvé son ami de toujours Louis Picamoles et découvre depuis la reprise un club qui lui correspond bien.
  • Il va apporte toute son expérience à un groupe et en particulier épauler Matthieu Jalibert au poste de demi d’ouverture.

Il est là tous les matins dès 8h pour faire de la vidéo dixit Christophe Urios. « D’autres ne le font pas, notamment à son poste », ajoute au passage le manager de l’Union Bordeaux-Bègles au sujet de François Trinh-Duc comme pour envoyer une petite pique à ses autres ouvreurs dont sa pépite Matthieu Jalibert. Bien sûr, ce n’est qu’un détail mais cela prouve bien à quel point l’ancien racingman n’a pas rejoint son copain de toujours Louis Picamoles pour vivre une paisible préretraite sur le bassin d’Arcachon.

D’ailleurs, il peut compter sur son entraîneur pour lui rappeler qu’avant de parler de « plaisir » comme il le répète beaucoup, il a été recruté « pour jouer au rugby » avec l’UBB. « Je me sens bien depuis mon arrivée, je continue à prendre mes marques dans une très bonne ambiance. C’est un dernier beau challenge pour moi, je veux prendre beaucoup de plaisir ». A 34 ans, l’homme aux 66 sélections avec le XV de France « tire ces dernières cartouches » comme le souligne Christophe Urios. Même si une seconde saison n’est aujourd’hui pas exclue, FTD n’a signé que pour un an avec le club girondin pour le moment.

Un rôle de guide auprès de Matthieu Jalibert

Passé par Montpellier, Toulon et le Racing 92, celui qui avait été élu meilleur joueur du Top 14 en 2011 va retrouver un club à taille, peut-être, plus humaine avec l’UBB. « J’arrive dans un club qui grandit chaque saison. De l’extérieur, on a l’image d’une équipe qui n’a pas de stars à tous les niveaux mais qui joue très bien ensemble avec une grosse force collective. Je trouve ça très bien de ne pas être dépendant de 2 ou 3 joueurs », explique-t-il sur son nouveau club. Sa personnalité, « très humble et beaucoup dans le partage » comme le décrit son manager, semble parfaitement coller avec l’Union Bordeaux-Bègles.

Sur le terrain, François Trinh-Duc aura un peu le même rôle qu’au Racing. Comme avec Finn Russell chez les Franciliens, il sera une doublure de luxe pour l’UBB derrière Matthieu Jalibert. Ce dernier étant souvent retenu par le XV de France, que ce soit à l’automne pour la tournée ou au printemps pour le Tournoi des VI Nations. Il aura un rôle de grand frère auprès du jeune et talentueux demi d’ouverture bordelais même s’il n’aime pas trop ce qualificatif : « Je ne sais pas si c’est le bon mot. Mais oui je vais essayer de les accompagner (avec le très jeune Matteo Garcia). Essayer de leur faire gagner du temps avec quelques conseils. Transmettre, j’aime bien ça ».

« Ça n’a pas toujours été facile pour François notamment en Equipe de France, rappelle Urios, il a vécu des moments difficiles. De ce côté-là, il peut apporter des choses à Matthieu ». Comme Louis Picamoles, le patron de l’Union Bordeaux-Bègles attend aussi beaucoup de l’expérience collective d’un joueur comme Trinh-Duc pour franchir un nouveau palier alors que son équipe a buté trois fois en demi-finale la saison dernière. L’objectif est de faire tout aussi bien cette saison voire mieux. Et avec un François Trinh-Duc à la baguette, cela ne peut être qu’un atout supplémentaire…