Roland-Garros: Les demies dames sur les courts secondaires? «Une honte», pour Amélie Mauresmo

TENNIS Et le directeur général de la WTA est bien d'accord avec elle

N.C.

— 

Amélie Mauresmo en tribunes devant un match de Lucas Pouille à Roland-Garros.
Amélie Mauresmo en tribunes devant un match de Lucas Pouille à Roland-Garros. — CHRISTOPHE SAIDI/SIPA

La programmation des demi-finales dames de Roland-Garros sur les courts Suzanne-Lenglen et Simonne-Mathieu, plutôt que sur le Philippe-Chatrier comme d’habitude, ce vendredi fait grincer quelques dents. Celles d’ Amélie Mauresmo en premier lieu. Pour l’actuelle coach de Lucas Pouille, elle est « une honte ». « Quel message envoyons-nous en prenant la décision de mettre les deux demi-finales femmes à 11h00 sur les courts 2 et 3 du stade ? ! Aucun match féminin sur le central ! », s’exclame-t-elle sur son compte Twitter.

La journée de mercredi, où tous les matchs ont été reportés à cause de la pluie, a contraint l’organisation du tournoi à revoir leur programmation. Les quatre demi-finales, hommes et dames, se jouent ce vendredi pour rattraper le retard. Et les matchs Federer-Nadal et Djokovic-Thiem ont les honneurs du Central.

Mauresmo le comprend bien, mais elle avait une autre idée à soumettre : « C’était pourtant simple d’ouvrir le Lenglen en plus du Chatrier et de faire les deux matchs de femmes à 13h00 suivis des deux matchs d’hommes », regrette-t-elle.

« Une décision est injuste et inappropriée » pour la WTA

Steve Simon, directeur général de la WTA, a également critiqué la décision des organisateurs. « Nous comprenons les problèmes de programmation (…), mais sommes cependant très déçus de la décision de programmer les deux rencontres des demi-finales dames sur des courts secondaires. Cette décision est injuste et inappropriée, estime le dirigeant. Les quatre joueuses, qui ont gagné leur place et sont arrivées si loin, ont mérité le droit de jouer sur le plus grand court. »