20 Minutes : Actualités et infos en direct
footballUn groupe avec les Pays-Bas et l’Autriche n’est « pas un cadeau », estime DD

Euro 2024 : Un groupe avec les Pays-Bas et l’Autriche n’est « pas un cadeau », estime Didier Deschamps

footballAu lendemain du tirage au sort de la phase de poules de l’Euro, les Bleus peuvent se projeter sur ce qui les attend l’été prochain en Allemagne
Didier Deschamps en conférence de presse le 13 novembre 2023.
Didier Deschamps en conférence de presse le 13 novembre 2023.  - AFP / AFP
Nicolas Camus

Nicolas Camus

On ne dira pas qu’il y a de quoi en faire des nuits blanches, mais quand même, l’équipe de France aurait pu être un peu mieux lotie pour le prochain Euro, surtout quand on voit le sort réservé à la Belgique (Roumanie, Slovénie et une équipe barragiste). Le tirage effectué samedi soir à Hambourg a donc placé les Bleus dans le groupe D, en compagnie des Pays-Bas, de l’Autriche et de la nation qui sortira gagnante des barrages entre la Pologne, le pays de Galles, la Finlande et l’Estonie.

« Nous avons hérité d’un groupe solide », estime Didier Deschamps. Le sélectionneur, en convalescence après une opération du dos, n’était pas présent en Allemagne mais il a évidemment suivi tout ça de près. Il avait bien noté que la méthode retenue pour élaborer les chapeaux, issus du classement de la phase de qualification et non du rang Fifa, pouvait accoucher de poules relevées pour tout le monde. Voilà comment l’Espagne, la Croatie et l’Italie (tous trois des 10 premiers du classement Fifa), se retrouvent ensemble dans le groupe B – oui, il y a pire que nous aussi.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Pour les Bleus, la compétition débutera le 17 juin à Düsseldorf face à l’Autriche. « Pas un cadeau, a bien conscience DD. Il y a l’importance du premier match. Bien rentrer dans la compétition peut conditionner la suite. C’est une équipe très athlétique, avec de bonnes individualités, en pleine progression. » Le sélectionneur garde un souvenir assez net du match nul concédé à Vienne (1-1) dans le cadre de la Ligue des nations, l’année dernière : « On s’était fait bien secouer. »

Son adjoint Guy Stéphan, qui était lui présent à Hambourg, parle d’une équipe « sous-cotée ». Sous les ordres de l’Allemand Ralf Rangnick (ancien coach de Leipzig et Manchester United) depuis avril 2022, les Autrichiens affichent de réels progrès, portés par leurs leaders David Alaba (Real Madrid), Marcel Sabitzer (Borussia Dortmund) et Kevin Danso (Lens). En qualifs, ils ont écarté facilement la Suède de leur route et ont tenu tête jusqu’au bout à la Belgique. Méfiance, donc.

« S’il vient se rajouter la Pologne… »

Les Pays-Bas sont encore mieux connus des services bleus, puisqu’ils se trouvaient dans le même groupe de qualification. La France a démontré sa supériorité en gagnant les deux matchs, en mars à la maison (4-0) et le mois dernier à Amsterdam (1-2). « On les connaît bien et ils nous connaissent aussi, c’est une grande nation du foot, 6e du classement Fifa, relève Guy Stéphan. On les a battus mais il n’empêche que c’est une équipe de qualité, qui sera revancharde contre nous. »

Les Néerlandais, en pleine reconstruction, sont plus dangereux à mesure que les mois passent. La rencontre du 21 juin à Leipzig ne ressemblera pas à celles de cette année. Pour le dernier match de poule, programmé le 25 juin à Dortmund, il faudra donc attendre les barrages, disputés les 21 et 26 mars, pour connaître l’identité de l’adversaire. « S’il vient se rajouter la Pologne, on aura un groupe très costaud », projette Deschamps.

Bien avancés sur le camp de base

D’ici là, les Bleus auront sûrement trouvé leur camp de base. Selon L’Equipe, qui cite des sources proches de l’UEFA, l’équipe de France a déjà bien avancé et pourrait choisir le Best Western Premier Park de Lippspringe, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie (nord-ouest du pays). Plusieurs avantages à ce lieu : tout le confort souhaité, un stade avec une pelouse en excellent état situé à 15 minutes en bus (le stade de Paderborn) et pas trop loin des lieux où les Bleus iront jouer lors de la première phase.

Il faudra également caler les matchs de préparation pour la compétition, notamment ceux du mois de mars, dernières répétitions avant la liste des joueurs sélectionnés. Le staff se réunira début février pour finaliser tout ça et mettre les Bleu dans les meilleurs conditions pour aller chercher la gagne, trois ans après le douloureux souvenir de cette élimination en 8e de finale contre la Suisse. « Nous abordons cet Euro avec ambition, détermination mais humilité également », prévient Didier Deschamps.

Sujets liés